Compte rendu de l’ouvrage Relire Madeleine Bourdouxhe. Regards croisés sur son œuvre littéraire

Par Émilie Goin, ULg

Kovacshazy (Cécile) et Solte-Gresser (Christiane) (dir.), Relire Madeleine Bourdouxhe. Regards croisés sur son œuvre littéraire, Bruxelles/Berne/Berlin/Frankfurt, P.I.E. Peter Lang/Archives et Musée de la littérature, coll. Document pour l’Histoire des Francophonies, 2011, 220p.

Cette première monographie consacrée à Madeleine Bourdouxhe est basée sur le colloque du même nom organisé à Paris en 2009 et reprend d’ailleurs les mêmes subdivisions que celui-ci en abordant les romans, les nouvelles puis diverses analyses thématiques et contextuelles. Elle est toutefois agrémentée de plusieurs suppléments : trois témoignages de femmes-artistes proches de l’auteur (soit Simone de Beauvoir, son éditrice et traductrice Faith Evans et sa petite-fille cinéaste, N. Benzekni), une partie « Documents » regroupant des images de correspondance (avec Raymond Queneau et Gaston Gallimard) et de deux éditions originales, ainsi qu’une réponse de l’auteur à une enquête menée par La Cité chrétienne sur le thème : « L’écrivain catholique doit-il s’efforcer de produire une œuvre catholique ? ». En fin d’ouvrage apparait une biobibliographie et une bibliographie exhaustive.

Le choix d’aborder les données biographiques et contextuelles après l’analyse de l’œuvre me parait judicieux dans la mesure où l’interprétation de celle-ci a trop souvent été influencée par l’étiquette d’écrivaine féministe accolée à Bourdouxhe, surtout lorsque celle-ci est redécouverte dans les années 1980. D’après Cécile Kovacshazy et Christiane Solte-Gresser, c’est en effet dans l’optique de ne plus soumettre cette œuvre à des grilles idéologiques et de ne plus limiter son appréhension au genre et à la nationalité de l’auteur que se construit ce volume, témoin d’une deuxième redécouverte de l’œuvre bourdouxhienne que l’on devrait peut-être nommer « Re-relire Madeleine Bourdouxhe ». Les directrices de l’ouvrage s’empressent d’ajouter que ces dimensions ne seront toutefois pas « ignorées ». En effet, dans certaines contributions, l’étiquette du féminisme est toujours bien présente et influence lourdement l’interprétation des textes.

Je commencerai par décrire brièvement la troisième partie de l’ouvrage intitulée « Thèmes et contexte », avant de commenter plus longuement les analyses propres à chaque récit qui paraissent plus sujettes à critiques.

Les analyses transversales liées au contexte de production sont au nombre de six. Jacques Dubois ouvre la marche. Il s’interroge sur l’inscription de l’œuvre de Bourdouxhe dans la mouvance populiste en distinguant celle-ci du populisme en politique et de la littérature prolétarienne, ainsi qu’en valorisant une définition du populisme au sens large qui se perpétuerait bien après l’entre-deux-guerres. Mais dans une œuvre comme La Femme de Gilles, l’illustration du monde ouvrier ne semble pas être une fin mais plutôt un prétexte pour se libérer du carcan de l’intellectualisme afin de représenter la pureté et l’universalité des sensations. Dubois se demande donc avec raison si Bourdouxhe n’est pas attirée à son insu dans cette mouvance. C’est aussi sur une question d’étiquette que s’attarde Jeannine Paque : l’œuvre de Bourdouxhe prise dans son ensemble ne devrait pas être qualifiée de féministe ou de militante mais plutôt de féminine, puisqu’il s’agit principalement d’un regard et d’une écriture de femme prenant pour objet la relation des femmes au monde. Les choix énonciatifs censés caractériser fémininement cette perspective sont ensuite décrits, de la vie intérieure représentée sous forme de sous-conversations aux visions fantasmées à partir d’objets du quotidien, en passant par la sexualité présente uniquement sous forme d’allusions. Paque décrit également l’ambivalence de l’engagement féministe représenté dans l’œuvre à la fois par l’espoir et le désespoir : désespoir dans la difficulté d’être au monde et dans la conscience collective de l’impuissance, mais espoir dans le désir de résister néanmoins à l’aliénation et dans la possibilité d’être comprise grâce au geste de l’écriture. La question de l’engagement est également posée par Paul Aron pour qui La Femme de Gilles est définitivement empreinte d’un engagement féministe et personnaliste (cf. l’idéologie du personnalisme théorisée par Emmanuel Mounier). Le suicide de l’héroïne s’expliquerait en effet par un refus de s’enfermer dans un rôle assigné par la société, et il permettrait à Élisa d’enfin obtenir le statut de personne 1. Aron situe également Bourdouxhe du côté de Mauriac dans le débat sur la crise du roman qui, dans les années 1930, oppose ce dernier à Sartre. En effet, pour l’écrivaine, l’auteur ne peut trahir son personnage s’il se contente tout simplement de dire ce qu’il voit. Christiane Solte-Gresser propose, quant à elle, une description des différentes formes de silences et des motifs auxquels ceux-ci se rattachent dans l’œuvre de Bourdouxhe. Malheureusement, elle soumet celle-ci à une lecture féministe qui voudrait que le silence de la femme « libérée » (Marie) mène à la joie de vivre et d’être soi, tandis que celui de la femme au foyer (Élisa, Blanche) serait synonyme d’aliénation2. L’œuvre est ensuite analysée d’un point de vue narratif par Laurent Demoulin, qui y relève plusieurs usages non normés des figures genettiennes de la vitesse (soit le sommaire, l’ellipse, la paralipse, la pause). Trois grands types d’usages déviants (« figure Stendhal », « figure Flaubert » et métalipse) sont décrits et relevés dans l’œuvre de Bourdouxhe où, grâce eux, il est possible d’aborder des thèmes osés liés à la sexualité avec pudeur. Enfin, Véronique Adam propose une étude de l’intertexte entre l’œuvre de Bourdouxhe et celle d’Apollinaire. Elle effectue principalement un rapprochement entre le recueil Alcool et Sous le pont Mirabeau en vertu de la symbolique des différents types de liquides plus ou moins liés au corps féminin.

Les récits de Bourdouxhe font donc l’objet d’études thématiques et contextuelles transversales, mais ils sont également commentés un à un dans les deux premières parties du volume, en étant soumis à des angles d’approche très variés.

Dans sa lecture de La Femme de Gilles, qu’elle présente comme un roman expérimental, Sylvie Thorel-Cailleteau pose deux questions essentielles concernant la production technique de l’œuvre : d’une part, « Comment rendre compte de la vie intérieure d’une femme provenant d’un milieu modeste et étant de ce fait incapable de verbaliser elle-même ses pensées et sensations ? » et, d’autre part, « Comment ne pas tomber dans un psychologisme distancié mais au contraire conserver une forte proximité au personnage ? » Pour répondre à ces questions, Thorel-Cailleteau observe avec justesse le jeu d’interdépendance entre le point de vue du personnage principal et celui de « la voix surplombante » qu’elle se refuse (pour des raisons obscures) à nommer « narrateur ». Si ce roman est qualifié d’expérimental, c’est en vertu de la manière jugée « étrange » dont « la voix » utilise la focalisation interne pour décrire les pensées du personnage tout en s’adressant par moment à ce dernier pour lui conseiller une attitude à suivre.

C’est en comparaison avec ce récit que Thorel-Cailleteau compose ensuite une lecture d’À la recherche de Marie. Dans les deux œuvres, on retrouve le silence qui s’explique en partie par le caractère indicible de la vie intérieure des personnages. Les héroïnes, Élisa et Marie, présentent plusieurs ressemblances : toutes deux vivent un amour fusionnel, prennent du plaisir aux tâches ménagères et seraient animées d’une même indifférence à l’histoire et au monde3. Les deux femmes restent néanmoins bien différentes puisque l’une, épuisée d’attendre son mari adultère, se suicide, tandis que l’autre choisit de « se libérer » en entretenant justement une relation adultère. Thorel-Cailleteau en conclut que la femme libérée, Marie, est conçue par Bourdouxhe comme un aboutissement, une renaissance après la mort nécessaire de la femme au foyer aliénée qu’était Élisa. Je conserve pour ma part quelques doutes quant à la pertinence de cette addition des différents ouvrages de l’auteur dans le but de trouver une morale englobante qui se voudrait encore une fois féministe. Il s’ensuit une analyse comparative des manipulations des perspectives et temporalités dans les deux récits dont les observations s’avèrent intéressantes bien qu’elles soient subordonnées à la conclusion moraliste susdite.

Viennent ensuite les lectures des trois romans inédits. Cécile Kovacshazy explique comment, dans Mantoue est trop loin, différents mécanismes de confusion des intrigues (imbriquées l’une dans l’autre), des personnages, des époques, des lieux et des temporalités permettent de déconstruire la réalité de manière à produire un roman autoréférentiel, autrement dit une fiction. Elle pose donc la question esthétique de la transformation de la réalité en fiction et inversement de la manière de donner un effet de réel à la fiction, en la liant étroitement à la question de l’identité féminine : « Comment devenir soi lorsqu’on est une femme ? » La même commentatrice analyse Le Voyageur fatigué et explique en quoi ce roman fait figure d’exception dans l’œuvre de Bourdouxhe : la nature y est omniprésente au point qu’elle pénètre dans les personnages par le biais des odeurs faisant resurgir des souvenirs d’enfance, la polyphonie intérieure y serait également plus marquée que dans les autres récits (mais tout de même moindre que dans Mantoue est trop loin), posant la question de l’intégration de l’altérité dans son propre être. L’aspect inachevé de la nouvelle est lui aussi mis en question. Enfin, le premier texte de Bourdouxhe, Vacances, est interrogé dans sa structure lacunaire dont on peut se demander si elle n’est pas volontaire, surtout si l’on considère la polysémie du titre. Kathrina Reschka effectue un rapprochement entre la lacune principale du texte (le fait que l’on ne sache pas si l’héroïne parviendra ou non à avoir la vie dont elle rêve) et un existentialisme relativisé pour la femme par Simone de Beauvoir. Elle rattache également la non-réalisation textuelle de l’héroïne et la vie de l’auteur : Bourdouxhe aurait, par son parcours personnel, comblé les lacunes de ce premier texte, devenant la femme que rêvait d’être sa première héroïne. Le rapprochement est touchant et l’est peut-être même un peu trop.

La partie consacrée aux nouvelles s’ouvre sur une lecture de Sous le pont Mirabeau. Christiane Solte-Gresser analyse cette œuvre dans sa structure circulaire et dans sa façon de représenter littérairement l’expérience historique. Elle en déduit que l’absence de cadre historique tracé et la multiplication des fragments scéniques (presque invariants et donnant une impression de déjà-vu perpétuelle) donnent un effet de non-objectivité et de désorientation, lequel est renforcé par une focalisation purement interne qui abolit la distinction entre la réalité de l’Histoire et la perception qu’en a l’individu. Solte-Gresser commente également deux nouvelles du recueil Les Jours de la femme Louise. Et autres nouvelles 4, soit Blanche et Anna. Dans la première, elle relève le contact particulier que l’héroïne noue avec le monde et surtout avec les ustensiles du quotidien qui l’entourent. Lorsque Blanche touche ces objets, les frontières entre intériorité et extériorité s’anéantissent et l’héroïne est alors sujette à des visions tantôt euphoriques, tantôt inquiétantes qui peuvent la mener au bord de la folie. Ces perceptions extraordinaires valorisent Blanche par rapport à son mari plus terre à terre et fermé au monde. Ceci permet à la commentatrice de souligner très justement que l’œuvre ne dénonce pas la mauvaise condition des femmes au foyer mais au contraire valorise celles-ci dans le contact exceptionnel qu’elles parviennent à nouer avec le monde. Solte-Gresser montre ensuite comment la nouvelle Anna échappe à la loi selon laquelle les récits relatent toujours des évènements d’ordre exceptionnel. Si le sujet de la nouvelle est bien « le quotidien », c’est la manière dont ce quotidien est perçu et relaté qui est exceptionnelle notamment grâce aux incursions de la voix de la narratrice dans les récits de pensées et les ambiguïtés entre focalisations interne et externe. Solte-Gresser montre aussi que si l’espace fictif est limité (et l’est encore plus par les impressions de déjà-vu et le caractère circulaire et répétitif de la structure du récit), un autre espace plus vaste est ouvert par les perceptions extraordinaires d’Anna qui transgressent la « normalité » de sa vie. Les objets du quotidien serviraient alors de passerelle entre vie réelle et vie rêvée.

C’est aussi ce thème du passage entre mondes réel et irréel qu’interroge Véronique Adam puisque, d’après elle, la nouvelle « Clara » serait l’expérimentation littéraire d’un « au-delà » du réalisme, c’est-à-dire que l’effet de réel serait inversé de manière à matérialiser la mort dans le récit des derniers jours d’une femme sourde qui s’est suicidée, cette partie de la nouvelle étant narrée par la morte elle-même. La narratrice morte viderait donc les objets du récit de leur fonction référentielle : disparition des détails visuels, omniprésent rappel au silence, la morte ne percevant plus que des mouvements vibratoires qu’elle projette sur son histoire5. La mort serait aussi matérialisée au travers de l’organisation des lieux allant jusqu’à détourner la figure de la fenêtre réaliste (qui ne s’ouvre plus sur un paysage mais sur le néant). Cette réorganisation sémantique de l’espace par la morte est ensuite mise en rapport avec d’autres nouvelles du recueil.

Mireille Ruppli relève également cette matérialisation du rêve dans « Champs de lavande », mais il s’agit ici d’un phénomène purement rhétorique. Il y aurait tout d’abord un éloignement métaphorique de la dame coiffée par le héros. La chevelure de celle-ci ferait ensuite l’objet d’une comparaison synesthésique passant du touché et de l’odeur à la vision d’un champ de lavande. Mais plus la dame est présentée comme insaisissable, plus le comparant champ de lavande est quant à lui actualisé dans la narration, avant de faire lui-même l’objet d’une comparaison métanarrative avec l’image de la création littéraire de la nouvelle.

Les trois derniers commentaires qu’il nous reste à décrire posent la question de l’engagement de l’auteur et de son œuvre dans le surréalisme, la politique et l’existentialisme.

Après avoir livré une brève chronologie critique des différentes parutions de Bourdouxhe et de leur réception (en faisant notamment apparaitre les liens de l’écrivaine avec les orbites féministe, existentialiste et surréaliste), Josette Gousseau s’attarde sur les différentes éditions et adaptations de « Un clou, une rose » avant d’analyser cette même nouvelle. Elle questionne la signification des objets du titre, approche qui se veut typique du surréalisme. Le clou et la rose, symboles de la passion du Christ selon Florence Nys, sont ici appréhendés par rapport à leur fonctionnalité dans le récit. S’agissant de cadeaux d’homme, ils symboliseraient la chance (le clou appartenant à un fer à cheval) et la renaissance (la rose de Jéricho pouvant sans cesse revenir à la vie)6. Ayant divisé le récit en séquences suivant les personnages et voix en présence, Gousseau relève aussi l’importance du dialogue qui permet de transformer les conflits en interactions cordiales.

Peut-on relever dans l’œuvre de Bourdouxhe un engagement politique semblable à celui dont a fait preuve l’auteur dans sa propre vie ? C’est la question que pose Lea Wagner en analysant « L’Aube est déjà grise » qui peut paraitre comme le texte le plus politique de Bourdouxhe puisqu’il traite de l’échec d’une grève ouvrière menée par d’anciens combattants. La réponse serait « oui », car la raison qui aurait poussé l’héroïne à assassiner le responsable de l’échec de la grève ne serait pas d’ordre personnelle mais politique : celle-ci aurait commis ce meurtre par solidarité avec le reste du village, se prenant naïvement pour la « sauveuse » de ce dernier7. Wagner souligne tout de même que la dimension politique du texte est atténuée par une focalisation sur le parcours de la jeune femme, qui bien qu’elle dénote des autres personnages de Bourdouxhe par son engagement, sa liberté, sa mobilité et ses caractéristiques masculines, leur ressemble néanmoins en ce qu’elle est sans cesse hantée par des visions et des souvenirs. Ces derniers revêtent un aspect hallucinatoire et irréel, d’autant plus que l’héroïne est dotée d’un talent de synesthète.

C’est également cette question de l’engagement que pose Jacques Dubois dans son analyse de « Les jours de la femme Louise ». Il se demande en effet pourquoi cette nouvelle est intégrée dans un numéro engagé des Temps Modernes (regroupant féminisme, existentialisme et écrivains de l’exclusion), alors que l’héroïne, bien que provenant d’un milieu modeste, n’émet aucune revendication par rapport à sa condition, elle transcende même son quotidien par de riches sensations, une joie de servir et un amour pour sa maîtresse qui enrobent l’œuvre d’une aura poétique. L’engagement de cette nouvelle se voudrait existentialiste et résiderait en fait dans une critique subtile de la relation maître/domestique. Dubois montre en effet, que si cette relation n’est pas combattue avec violence comme le fait par exemple Genet dans Les Bonnes, ses effets sociopsychologiques néfastes sont néanmoins dénoncés, en toute retenue.

L’ouvrage Relire Madeleine Bourdouxhe a réussi son pari de présenter l’œuvre de l’écrivaine dans son entièreté en utilisant des angles d’approche divers et variés. Si chaque récit fait l’objet d’un commentaire particulier, on peut également apprécier l’effort fourni pour mettre les différents textes en rapport. Toutefois, il me semble qu’additionner le sens global de tous les récits dans le but de déduire l’idéologie générale de l’œuvre entière (idéologie souvent perçue comme féministe) n’est pas une bonne idée. Par ailleurs, si les analyses contextuelles montrent bien en quoi leur approche diffère de celle des critiques des années 1930 et 1980, il n’en va pas toujours de même des analyses thématiques, rhétoriques et narratives, qui non seulement démontrent rarement l’originalité de leur démarche, mais abordent aussi parfois l’œuvre en l’enfermant a priori dans le carcan du féminisme.

  1. Si l’interprétation est séduisante, on déplore tout de même une caricature de l’aliénation d’Élisa : celle-ci serait notamment « myope au monde ». Aron prend comme justification le fait qu’Élisa ne comprend pas l’emploi du mot justice dans la bouche des ouvriers grévistes. Bien plus qu’un signe de désintérêt ou d’ignorance, il s’agit d’un constat de la relativité profonde du sens de cette notion. Élisa constate en effet que personne ne sait définir clairement le sens de ce mot puisque la justice correspond toujours à un intérêt particulier revendiqué par la personne qui réclame justice. Pour Élisa, cette notion n’a pas lieu d’être puisque, en bonne chrétienne, elle estime que l’homme a seulement le droit d’accepter son sort. Elle se moque par ailleurs des personnes comme Victorine qui donnent au terme une définition naïve. []
  2. Or, il me semble que dans La Femme de Gilles, le silence d’Élisa est conçu comme une force qu’on pourrait presque qualifier de chrétienne puisqu’il s’agit de recevoir les coups de la vie sans broncher, tel un martyr. Par ailleurs, celle-ci se sent de nouveau supérieure aux personnes telles que Victorine qui parlent sans cesse pour ne rien dire et sont incapables de se laisser aller à la contemplation de ce qui les entoure. []
  3. Thorel-Cailleteau prend également pour exemple le passage où Élisa ne comprend pas les revendications sociales des ouvriers (voir note 1). []
  4. Tel est le titre de la dernière édition belge, Babel 2009. []
  5. Selon Adam, les objets de la nouvelle ne sont perçus et décrits qu’en surface, ce qui, à ses yeux, est un signe de mort. Pourtant, il me semble observer le contraire : parce que l’héroïne est murée dans le silence, tout ce qu’elle perçoit par ses autres sens devient pour elle mot ou symbole à déchiffrer et à interpréter. Son amie Clara, son nom, son regard, le pyjama fleuri de l’enfant tout propre, tout est surcaractérisé, même l’écorce de bois sur laquelle elle voit Clara passer ses mains : « Tu prenais les bûches, tes mains s’attardaient sur les dessins du bois comme sur des signes déchiffrables, […] Et tout ceci n’a plus valeur que de symbole ou de mot. J’ai besoin de ma vérité, Clara. Je veux rejoindre le large abîme de la vérité infinie, où tout est pur commencement. » (Bourdouxhe (Madeleine), Les Jours de la femme Louise et autres nouvelles, Arles, Actes Sud, coll. Babel, 2009, p. 58-59). C’est donc pour empêcher ce déferlement des signes que l’héroïne se suicide. []
  6. L’agresseur au marteau offre après coup un clou à sa victime lui stipulant que celui-ci lui portera chance. Il aurait peut-être été intéressant de noter l’ironie qui résulte de ce cadeau atypique. []
  7. Il nous semble plutôt que l’héroïne est habitée par les souvenirs traumatisants des guerres auxquelles son défunt compagnon aurait vraisemblablement participé, cet homme avec lequel elle dit à plusieurs reprises ne faire qu’un. Et lorsque, entre deux visions de décors sanglants ou en flammes, elle tue (avec le couteau de son amant perdu) l’homme qui sert de bouc émissaire au village, ce n’est pas parce qu’elle est victime d’une superstition mais parce qu’elle-même et l’esprit du soldat qui l’habite désirent, tout comme les anciens combattants du village, se servir de ce bouc émissaire pour se venger des pertes et souffrances engendrées par la guerre. Le fait que l’héroïne puisse accomplir des tâches d’homme témoigne de cette fusion entre les esprits des amants. []

Compte rendu de l’ouvrage Mesures de l’écrivain

Par André Bénit (Universidad Autónoma de Madrid)

Dozo (Björn-Olav), Mesures de l’écrivain. Profil socio-littéraire et capital relationnel dans l’entre-deux-guerres en Belgique francophone, Presses universitaires de Liège – Sciences humaines, coll. Situations, 2011.

Après la publication en 2010, aux éditions Le Cri, de La Vie littéraire à la toise. Études quantitatives des professions et des sociabilités des écrivains belges francophones (1918-1940) – un ouvrage contenant des études publiées dans la foulée de sa thèse de doctorat (préparée sous la direction de Jean-Marie Klinkenberg) ainsi que des inédits –, Björn-Olav Dozo fait paraître aux Presses universitaires de Liège, dans la collection Situations dirigée par Jean-Pierre Bertrand et Pascal Durand, Mesures de l’écrivain. Profil socio-littéraire et capital relationnel dans l’entre-deux-guerres en Belgique francophone. Il y expose en détail le cadre théorique et méthodologique de ses recherches, lesquelles s’articulent essentiellement autour de deux axes, la sociologie de la littérature et les humanités numériques.

L’analyse, extrêmement minutieuse, menée par le chercheur liégeois autour de la vie littéraire belge francophone dans l’entre-deux-guerres s’appuie sur une réflexion rigoureuse à propos de la mise en série d’informations sociologiques et historiques sur les écrivains, ainsi que de la construction de catégories adaptées à l’étude en question et que du traitement quantitatif de ces séries. C’est dire que, loin de s’en tenir à des listes de noms et des tableaux de chiffres (malheureusement certains sont imprimés à l’envers, ce qui rend leur lecture peu aisée), Dozo offre une lecture sociologique, fondée sur la mise en relief de ces données.

L’essai comprend deux parties. La première pose les fondements théoriques et méthodologiques généraux. Après avoir situé l’approche quantitative au sein des études littéraires (lesquelles ont permis d’objectiver l’approche du personnel littéraire grâce à la méthode prosopographique, dont l’objectif est de mettre en évidence la structure du champ littéraire en fonction des attributs qui décrivent les agents) et s’être interrogé sur la manière la plus adéquate de s’en servir pour rendre compte de son objet d’étude, Dozo présente deux outils quantitatifs : l’analyse factorielle des correspondances multiples (outil statistique de présentation et d’analyse de tableaux de données, apte à réconcilier le point de vue individuel de l’écrivain avec son inscription sociale) et l’analyse structurale des relations sociales considérée comme un paradigme propre, et ce avant de spécifier les enjeux de leur usage et d’exposer les indicateurs de centralité – degré, proximité, intermédiarité, pouvoir d’un individu – indispensables pour établir le niveau de sociabilité littéraire des écrivains. Autant de mesures qui seront mobilisées par la suite, lors de l’étude du réseau des lieux de sociabilité au sein du sous-champ littéraire belge francophone de l’époque envisagée.

Dans la deuxième partie, consacrée à l’analyse des profils du personnel littéraire belge francophone, après une présentation des caractéristiques de la base de données du ciel (Collectif Interuniversitaire d’Étude du Littéraire) – laquelle reprend les données prosopographiques actuellement disponibles et lui fournit l’essentiel des informations pour son étude socio-statistique – et de ses sources, Dozo s’attache avec soin à définir son corpus d’agents ainsi que les différentes variables retenues, analytiques et synthétiques. L’étude fondée sur des variables analytiques (études, professions, genres pratiqués…) lui permet non seulement de mettre en évidence des grands profils d’écrivains liés aux générations socio-littéraires et à leur classe professionnelle mais aussi de dégager des rôles littéraires restés dans l’ombre jusqu’ici. Il met ainsi en lumière la catégorie des animateurs de la vie littéraire (préfaciers réguliers, directeurs de revue, secrétaires de groupe littéraire, gestionnaires et hauts fonctionnaires du service public impliqués dans les instances décisionnelles…) : autant de figures dont Dozo souligne la légitimité et l’influence dans le sous-champ littéraire belge – espace où les relations se révèlent primordiales. Le chercheur substitue au concept de « génération littéraire » celui de « générations socio-littéraires » afin de prendre en compte l’ancrage social de la littérature dans sa grande diversité : la génération sociale lui semble plus pertinente que la simple classe d’âge pour rendre compte du vécu commun à un groupe d’individus confrontés aux mêmes événements au cours d’une période déterminée. Fort de ce concept, il définit quatre variables synthétiques : le « capital relationnel » (celui que l’agent doit à sa position dans son tissu de relations sociales), le capital économique (calculé sur la base de la profession de l’agent et de celle du père), le capital culturel (qui renvoie à la formation de l’agent, dans un sens très large comprenant le cadre familial ou les hobbies…) et la « reconnaissance symbolique » (acquise – et exploitée – par les écrivains belges tant dans leur pays natal qu’en France). Les deux graphiques qui en résultent tendent à montrer globalement une même structure relationnelle pour les attributs catégorisant le personnel littéraire, que ces attributs prennent la forme de variables analytiques ou synthétiques ; ils permettent ainsi de définir une série de profils types d’écrivains belges correspondant à trois « moments » de l’histoire de la littérature belge, qui se côtoient de manière éphémère au cours de l’entre-deux-guerres.

Parmi les apports les plus originaux de l’approche proposée dans cet essai fort instructif (mais de lecture assez ardue pour les non-initiés !), il convient également de souligner la mise en évidence de la rupture socioprofessionnelle, qui se produit après la Première Guerre mondiale, entre la génération de 1880 – celle qui incarne des positions désormais considérées comme d’arrière-garde – et la génération nouvelle – celle qui s’efforce de renouveler tant les thématiques que les esthétiques. Dozo analyse également la forte corrélation entre une reconnaissance importante au sein du sous-champ littéraire belge francophone et un capital relationnel élevé, ainsi que l’impérieuse nécessité, pour les littérateurs belges de l’époque, de s’intégrer dans un réseau de relations afin d’exister en tant qu’écrivains.

Appel à contributions : journée d’étude « Traduction et médiation culturelle en Belgique de 1830 à nos jours »

Traduction et médiation culturelle en Belgique de 1830 à nos jours

Journée d’étude de la revue Textyle

22 juin 2012

Si la France a depuis longtemps joué un rôle d’intermédiaire capital et privilégié dans la diffusion et la médiation d’oeuvres littéraires étrangères en Europe et dans le monde, la Belgique francophone s’est également distinguée en matière de médiation culturelle, depuis la naissance de l’État belge en 1830 jusqu’à ce jour. Tel est du moins le postulat qui sous tend la prochaine journée d’étude de la revue Textyles qui se tiendra le vendredi 22 juin 2012.

Ce sujet a paradoxalement été assez peu étudié, quand on considère que le discours de construction identitaire en Belgique s’est fondé sur l’idée de « carrefour de l’Occident » et ainsi de terre de prédilection pour médiateurs et « passeurs », notamment entre la romanité et la germanité. C’est pourquoi il nous semble indispensable, dans un premier temps, de dresser un état de la question, d’inventorier les recherches qui ont été menées dans ce domaine et de déterminer le ou les directions que pourraient prendre les recherches à venir. Bref, c’est à un état des lieux que nous convions tous les chercheurs intéressés par le sujet.

Le présent appel s’adresse à toutes les personnes désireuses de présenter une contribution qui porterait sur un des domaines suivants :

  • Étude d’une présence étrangère (un auteur, un genre, une littérature), notamment dans les revues belges de langue française ;
  • Portrait de médiateurs et d’intellectuels (traducteurs, critiques, essayistes, professeurs d’université, journalistes, etc.) ;
  • Analyse d’une production éditoriale et/ou examen de la programmation des théâtres belges francophones ;
  • Étude de la réception belge de tel ou tel auteur étranger, de la constitution de l’image d’une culture étrangère, du rôle et de la fonction de l’espace littéraire belge dans un processus de transfert, etc.

La journée d’études est davantage conçue sous la forme d’un atelier que d’un colloque. En fonction de la cohérence de la journée, les présentations pourraient ensuite être retravaillées pour mener à une publication.

La diversité des objets et des approches devrait permettre d’esquisser les bases d’un tableau de la médiation culturelle en Belgique francophone. Le cadre chronologique choisi (de l’Indépendance à nos jours) est volontairement large. Il suggère que les études de réception et médiation prennent tout leur sens en fonction d’une perspective diachronique de long terme. De cette manière, les organisateurs aspirent à ce que le terrain soit, à terme, balisé le plus complètement possible et que, peut-être, soient établies des filiations ou, au contraire, des solutions de continuité.

Les propositions (1/2 à 1 p.) doivent parvenir à Laurent Béghin (laurent.beghin@ilmh.be) et Hubert Roland (hubert.roland@uclouvain.be) pour le 15 mars 2012.

Url de référence :
http://www.textyles.be

Adresse : Faculté de Philosophie, Arts et Lettres, Collège Erasme, Place Blaise Pascal 1, B-1348 Louvain-la-Neuve

Appel à contributions : dossier « littérature et photographie »

Littérature et Photographie

Appel à contributions

Textyles, n° 43 (2012)

La revue Textyles, revue interuniversitaire des lettres belges de langue française, publiera en 2012 un dossier Littérature et photographie.

L’étude des liens qui se sont progressivement tissés, depuis le dix-neuvième siècle, entre la littérature et la photographie – que ce soit sous la forme d’un thème ou de pratiques croisées – constitue un domaine de recherche encore relativement nouveau. Ce n’est en effet que depuis une dizaine d’années que la question de la photographie a véritablement acquis droit de cité dans le champ de la critique littéraire francophone, avec la publication d’Imageries. Littérature et image au xixe siècle (2001), de Philippe Hamon, Photographie et langage(2002), de Daniel Grojnowski, et La Littérature à l’ère de la photographie (2002), de Philippe Ortel – trois ouvrages s’attachant à définir de quelles façons les hommes de lettres ont réagi à l’émergence d’une nouvelle culture visuelle, perturbant leur traditionnel face à face avec l’art pictural. Depuis lors, paraissent chaque année de nouvelles monographies concernant l’impact de l’invention de la photographie sur la littérature, ainsi que les actes des différents colloques ayant été consacrés à cette question : Jardins d’hiverLittérature et photographie (Garnier : 1997), Traces photographiquestraces autobiographiques (Méaux, Vray : 2004), La Photographie au pied de la lettre (Arrouye : 2005), La Littérature à l’ère de la reproductibilité technique (Piret : 2007), Littérature et Photographie (Montier, Louvet, Méaux, Ortel : 2008).

Certains écrivains belges de langue française sont bien représentés dans ce domaine de recherche : nous pensons à Georges Rodenbach et à Maurice Maeterlinck pour la période symboliste, aux surréalistes bruxellois (Paul Nougé, en particulier) et, pour la littérature contemporaine, à Jean-Philippe Toussaint. L’objectif du présent dossier est d’étudier la question des relations entre littérature et photographie dans toute l’histoire des lettres belges et, cela, à partir de quatre axes de réflexion prioritaires :

1) La photographie souligne le caractère médiat, fictionnel, du langage

Étant le produit de l’impression de rayons lumineux émis par un objet sur une pellicule (ou un capteur) sensible, l’image photographique apparaît comme un signe substantiellement lié à la chose qu’il désigne. Aussi souligne-t-elle par contraste le caractère médiat, différentiel, fictionnel, du langage verbal. Cette définition de l’image photographique (significativement élaborée au moment où l’intérêt pour les études structuralistes commençait à s’essouffler, mais cependant prégnante dès l’invention de la photographie) offre avant tout un « objet théorique » idéalisé (Krauss, Le Photographique, 1990 : 12) auquel les écrivains vont répondre de diverses façons. À ce titre, le paradigme photographique est susceptible de questionner la crise du langage survenue dans le domaine des lettres vers la fin du dix-neuvième siècle, crise dont les effets se font ressentir jusqu’à nos jours.

2) La littérature invente ses propres « fictions photographiques »

Nous renvoyons ici aux travaux de Jérome Thélot (Les Inventions littéraires de la photographie, 2003) et de Paul Edwards (Soleil noir. Photographie et Littérature, 2008). Les recherches que ces derniers ont effectuées ont montré que les écrivains ont également inventé leurs propres discours sur la photographie et ont de cette façon influencé notre manière de la concevoir, sinon d’en faire usage.

3) Photographie et expérience d’écriture

Il s’agit ici de questionner l’intérêt manifesté par certains écrivains pour la photographie dans le cadre de leur travail d’écriture. La photographie constitue par exemple un lieu commun des récits autobiographiques – qu’il s’agisse d’écrire à partir de photos-souvenirs témoignant d’une histoire familiale ou de créer des dispositifs où se côtoient le texte et l’image. Depuis son invention, la photographie a ainsi nourri, de façons très diverses, la création littéraire : il serait opportun d’analyser les usages qu’en ont fait les écrivains.

4) La littérature à l’ère de la reproductibilité technique

Il convient enfin d’interroger les effets de la révolution photographique sur la conception de l’écriture : de même que la photographie dépend d’un acte technique qui fait passer au second plan la fonction de l’artiste (et, partant, sa signature), l’écriture peut être considérée comme un acte et le langage, comme un matériau étranger que l’on manipule pour obtenir certains effets : immédiateté, objectivité, par exemple.

Numéro dirigé par Nathalie Gillain (nath_gillain@hotmail.com) et Pierre Piret (pierre.piret.rom@uclouvain.be).

Les propositions de contribution sont à adresser aux responsables du numéro pour le 15 octobre 2011.

Les articles (maximum 25.000 signes, espaces compris) son attendus pour le 1er mars 2012.

Adresse : Pierre Piret Université de Louvain Faculté de philosophie, arts et lettres Place Blaise Pascal, 1 Boîte L3.03.331348, Louvain-la-Neuve Belgique

Annonce : journée d’étude « Éditer les écrivains belges »

Journée d’étude Textyles

« Éditer les écrivains belges » – 24 juin 2011

Textyles. Revue des lettres belges de langue française

Lieu : éditions Le Cri – Avenue Léopold Wiener, 18 – 1170 Bruxelles

Cette journée d’étude se veut une rencontre conviviale chez notre éditeur, les éditions Le Cri. La matinée sera consacrée aux doctorants qui présenteront l’état de leurs recherches. L’après-midi verra plusieurs intervenants évoquer la problématique de l’édition des écrivains belges. La journée se prolongera par un barbecue.

Programme

9h30 Accueil

10h Alice RICHIR (UCL), Écriture et fantasme chez Tanguy Viel et Jean-Philippe Toussaint : diffraction littéraire de l’identité

10h30 Cristina PETRACHE (Université de Bucarest), Réussite et échec du personnage masculin de Pierre Mertens

11h Pause

11h30 Elisabeth CASTADOT (UCL), Le discours humoristique face à la crise des identifications : une voie du théâtre francophone contemporain

12h Florence HUYBRECHTS (ULB), Les écrivains et la musique, entre presse et littérature : de la critique à l’ekphrasis (1918-1940). Le cas d’E.L.T. Mesens

12h30 : Repas de midi

14h Björn-Olav DOZO (ULg) et Fabrice PREYAT (ULB), Quelle politique publique pour promouvoir la bande dessinée? Le cas de la Communauté française de Belgique

14h30 Jean-Luc OUTERS (CFWB), La fragilité de l’éditeur

15h Pause

15h30 Tanguy HABRAND (ULg) et Pascal DURAND (ULg), Les Mutations contemporaines du champ éditorial en Wallonie et à Bruxelles : Entre concentration et mutualisation

16h00 Christian LUTZ (Le Cri édition), Trente ans d’édition à caractère littéraire à Bruxelles – contradicteur : Jacques CARION (UCL)

18h00 Barbecue

Inscriptions (avant le 15 juin 2011) : bo.dozo@ulg.ac.be, imayeur@ulb.ac.be

Le repas de midi est offert. Pour le barbecue, une participation aux frais de 15 euros sera demandée. Merci de préciser dans la réservation si vous souhaitez y prendre part.

Appel à contributions : dossier « L’histoire littéraire des femmes en Belgique »

Appel à contributions

Textyles, n° consacré à « L’histoire littéraire des femmes »

Dir. Laurence Brogniez, Vanessa Gemis

Ces dernières années ont été marquées par la publication d’un nombre croissant d’études sur la littérature des femmes (biographies, analyses textuelles, études socio-historiques, etc.)1. Ce regain d’intérêt pour les oeuvres et les auteurs féminins s’inscrit le plus souvent dans le champ des études de genre (gender studies), c’est-à-dire dans une démarche intellectuelle et militante de réinscription des femmes dans l’histoire. Mettant en évidence – surtout pour les xixe et début xxe siècles – un écart significatif entre les rares « femmes illustres » passées à la postérité et le nombre effectif de femmes auteurs à une époque donnée, l’objectif de ces travaux est généralement double : enrichir le patrimoine et proposer une réflexion sur l’histoire littéraire nationale, voire européenne2, qui participe d’une remise en question de l’universalité du « canon ».

Dans la lignée de ces travaux, et à la suite d’un numéro déjà ancien de la revue sur les « Romancières » (1992, n°9), Textyles publiera, en 2011, un numéro consacré aux femmes écrivains belges. L’ambition de ce volume est d’interroger le corpus des femmes auteurs belges sous un angle à la fois littéraire, socio-historique et historiographique, et partant d’enrichir le patrimoine des lettres belges en suscitant l’intérêt des chercheurs et des lecteurs pour une problématique encore trop peu étudiée dans le domaine belge3. Plusieurs questionnements seront ainsi privilégiés :

Ø L’invisibilité des femmes écrivains au sein de l’histoire littéraire invite à une réflexion sur les découpages qui structurent cette histoire (périodisation, écoles, découpage « vie et oeuvre », etc.) et sur leur inadéquation aux trajectoires littéraires de femmes. Quels seraient, dès lors, les outils, les réflexions et les méthodes invitant à réintégrer les femmes dans l’histoire littéraire, et, ce faisant, à produire une histoire littéraire mixte ?

Ø Parallèlement à une réflexion sur les enjeux idéologiques qui sous-tendent l’exclusion historiographique des femmes écrivains, il s’agira également d’interroger le rôle des femmes dans l’élaboration de l’histoire littéraire. Ce questionnement a pour ambition d’éclairer à la fois les modalités d’accès des femmes aux discours critiques, et le rapport critique que les femmes écrivains entretiennent vis-à-vis de l’institutionnalisation d’un ordre symbolique qui les stigmatise, les limite, les exclut.

Ø Les femmes écrivains reconnues sont soit présentées comme exceptionnelles, soit, au contraire, réduites à un collectif qui leur dénie tout positionnement individuel.  « Dans quelle mesure ce phénomène joue-t-il un rôle dans l’exclusion dont sont victimes les femmes écrivains ? Quelle est la réalité socio-historique de la catégorie qu’elles forment ? Les femmes écrivains s’identifient-elles comme telles ? Se reconnaissent-elles en tant que groupe spécifique ? Se pose ici la question des réseaux, des sociabilités, de la solidarité littéraire, voire de la filiation et de l’héritage spécifique.

Ø Enfin, réinsérer les femmes écrivains dans l’histoire littéraire belge invite naturellement à s’interroger sur l’existence de spécificités propres à la Belgique.

Les propositions d’articles qui pourront également prendre la forme d’études de cas, sont à transmettre à Laurence Brogniez (lbrognie@ulb.ac.be) et à Vanessa Gemis (vgemis@ulb.ac.be) avant le 10 mars 2010. Les contributions retenues seront à remettre avant le 1er septembre 2010.

  1. Boynard-Frot Janine, « Les écrivaines dans l’histoire littéraire québécoise », dans Voix et Images, vol. VII, n°1, automne 1981, pp. 147-167 ; Milligan Jennifer E., The Forgotten Generation. French Women Writers of the Inter-war Period, Oxford, New York, Berg Publishers Limited, 1996, 236 p.; Planté Christine (dir.), Femmes poètes du XIXsiècle. Une anthologie, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1998, 238 p. ; Savoie Chantal, «  La page féminine des grands quotidiens montréalais comme lieu de sociabilité littéraire au tournant du XXe siècle », dans Sociabilités imaginées : représentations et enjeux sociaux, n° spécial deTangence, n° 80, hiver 2006, pp. 125-142 ; Vallotton François, « Femmes de plume et hommes de poids ». Réflexions sur l’émergence des femmes dans le champ éditorial romand (1850-1930) », dans Monique Pavillon (dir.), Itinéraires de femmes et rapports de genre dans la Suisse de la Belle Époque, n° spécial Les Annuelles, n°10, 2007, Lausanne, Éditions Antipodes (coll. « Histoire et société contemporaines » ) ; Les femmes-écrivains en Italie, 1870-1920 : ordres et libertés (actes du colloque des 26 et 27 mai 1994, Université de Paris 3.), n° spécial de Chroniques italiennes, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, n°39-40, 1994, 360 p. ; Fuori norma. Scrittrici italiane del Novecento. Vittoria Aganoor, Paola Drigo, Rosa Rosà, Lina Pietravalle, Tufani, 2003, 260 p.). []
  2. Comme le suggère l’ouvrage de Patrick Vincent sur les poétesses romantique (Vincent H. Patrick, The Romantic Poetess. European Culture, Politics and Gender 1820-1840, Durham, New Hampshire, University of New Hampshire Press, 2004, 267 p. (coll. Becoming Modern : New Nineteenth-Century Studies). []
  3. Parmi les quelques études publiées sur la question : Sextant, t. 17-18 : « Poésie », Bruxelles, Université Libre de Bruxelles, 2002 ; Sextant, t. 6 : « Femmes en lettres », Bruxelles, Université Libre de Bruxelles, 1996 ; Sextant, t. 11 et t. 12 : « Femmes artistes », Bruxelles, Université Libre de Bruxelles, 1999 ; Cécile Vanderpelen, Écrire sous le regard de Dieu : la littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, Editions Complexe, 2004, 317 p. ; Gubin Eliane, Jacques Catherine, Piette Valérie, Puissant Jean (dir.), Le Dictionnaire des femmes belges. XIXe et XXe siècles, Bruxelles, Éditions Racine, 2006 (septante-deux notices y sont consacrées à la littérature). []

Appel à contributions : journée d’étude « Filiations »

Date limite : 31 mai 2009
Journée Textyles

« Filiations » — 30 octobre 2009

La littérature belge, une grande famille ? Dès que l’on y réfléchit, une série de noms viennent spontanément à l’esprit : les frères Piqueray, Suzanne Lilar et Françoise Mallet-Joris, Marie Gevers et Paul Willems, Charles Plisnier et Charles Bertin, les Nothomb… Pour la période entre 1920 et 1960, la base de données du ciel recense une cinquantaine de liens de filiation entre écrivains,  parfois moins connus. Ces cas constituent-ils autant d’accidents, ou y a-t-il là une spécificité ?

La revue des Lettres belges de langue française Textyles propose d’étudier cette question lors de la prochaine journée Textyles, qui aura lieu le 30 octobre 2009 à Liège.

Il ne s’agira pas de construire des arbres généalogiques littéraires, mais d’illustrer une série de problématiques par des cas de figure particuliers. Par exemple, que cache le choix d’un pseudonyme ? Qu’en est-il de l’héritage littéraire ? Celui-ci constitue-t-il un bénéfice ou, au contraire, représente-t-il un poids au niveau institutionnel ? Quelles sont les raisons qui poussent un descendant d’écrivain à prendre la plume ? Peut-on mettre en avant, par exemple, des stratégies de réhabilitation de noms ?

Dans les textes eux-mêmes, trouvent-on des traces de ces filiations ? Des points communs, des démarquages ? Les engagements idéologiques, esthétiques ou formels d’une génération se prolongent-ils dans les oeuvres de la suivante ? Peut-on mettre en évidence un choix linguistique différent entre les membres de certaines familles ? Et que dire de ceux qui sont demeurés sans filiation ?

Ces questions ne sont qu’une série de pistes pour explorer les « familles littéraires » belges.

Les communications ne devront pas dépasser le quart d’heure. Nous attendons les propositions pour le 31 mai 2009. Elles seront soumises au comité de rédaction de la revue et réponse sera donnée pour le 15 juin au plus tard.

Contact : Björn-Olav Dozo bo.dozo@ulg.ac.be et Laurent Demoulin ldemoulin@ulg.ac.be

Appel à contributions : dossier « écriture et art contemporain en Belgique (1960-2000)

La relation entre les arts et les lettres constitue un des piliers sur lesquels, en Belgique, le développement de la littérature francophone a pris appui, depuis De Coster jusqu’à aujourd’hui. Cette relation a été investie sur un plan identitaire, au point de donner naissance à un lieu commun de la culture belge attribuant à l’écrivain une sensibilité plastique, et à l’artiste une aspiration littéraire. Le volume consacré par la revue Textyles à « La Peinture (d)écrite » s’était donné pour tâche de décrypter les fondements et les mécanismes de ce double stéréotype. Le dossier « Écriture et art contemporain en Belgique (1960-2000) » voudrait reprendre cette problématique en la situant dans le contexte de la période contemporaine.

Il faudrait d’abord se demander dans quelle mesure la substitution de nouvelles disciplines – les arts plastiques – aux catégories traditionnelles – les beaux-arts – modifie la prétendue origine picturale de la littérature francophone. Dès les années 1860 environ, nombre d’écrivains ont enrichi leurs activités littéraires par une pratique artistique. Il serait ainsi fructueux d’interroger l’actualité d’une figure récurrente en Belgique, celle de l’écrivain-peintre, en orientant l’analyse sur les moyens utilisés par les hommes de lettres : la picturalité de l’écriture (le dernier Michaux, Dotremont, Keguenne), la photographie (Vaes, Toussaint), le collage (Stas), la peinture (Bauchau, Pirotte), le cinéma (Blasband, Broodthaers).

Corrélativement à la question des pratiques plastiques des écrivains, se pose celle des écrits d’artistes. Pour un artiste, une activité littéraire peut constituer une promotion soulevant plusieurs questions. Les écrits d’artistes s’inscrivent-ils dans des genres spécifiques ? Ceux-ci ont-ils une histoire singulière ? Quel est leur statut dans le champ littéraire ? Quelles sont les particularités formelles des textes ? Il conviendrait également de s’interroger sur les pratiques scéniques des plasticiens (Nyst, Corillon, Fabre).

La redéfinition des postulats esthétiques dans les années 1960 a pour effet de modifier les pratiques artistiques : la peinture perd son rôle dominant au bénéfice de disciplines inédites. Il serait dès lors pertinent de s’interroger sur l’intégration, par les nouveaux médias, de ce qu’il est convenu d’appeler la « peinture littéraire ». On pourrait ainsi étudier les dispositifs mobilisés par les plasticiens pour mettre en scène une écriture liée au monde de l’art : l’installation, le livre illustré, le livre d’artiste, l’archive, la lettre ouverte et la peinture-mot qui, quant à elle, pose la question de l’héritage de Magritte dans l’art contemporain en Belgique.

On sait qu’entre 1860 et 1960, la peinture est perçue par le milieu littéraire comme un modèle transposable dans l’écriture. Plusieurs études ont été consacrées au processus par lequel un ou plusieurs écrivains revendiquent une appartenance à un pays réputé comme étant naturellement prodigue en maîtres de la peinture. Il conviendrait de s’interroger sur le devenir de la soi-disant « prédestination merveilleuse » (Lemonnier) associant l’écriture à la peinture dans un contexte esthétique où la peinture, précisément, voit son hégémonie basculer. Ceci soulève plusieurs questions. Quelle est la représentation de l’art, et plus particulièrement de l’art contemporain, dans les textes littéraires ? Quels sont les contours de la critique d’art contemporain en Belgique ?

Informations pratiques
Les propositions d’articles sont à transmettre par courriel à Denis Laoureux (denis.laoureux@ulb.ac.be ) avant le 1er juin 2009. Les contributions retenues devront être remises avant le 1er février 2010. Site web : www.textyles.be

Appel à contributions : colloque « La bande dessinée francophone belge contemporaine »

La revue Textyles, Revue des lettres belges de langue française, organise les 2 et 3 octobre 2008 un colloque sur “La bande dessinée francophone belge contemporaine”.

Depuis l’aube des années 1970, la bande dessinée francophone connaît une légitimité croissante. Medium trop rapidement et injustement rangé au rayon des productions pour enfants, la bande dessinée a généré depuis plus de trente ans des discours de rupture variés. Elle revendique une maturité et une exigence artistique que ne viennent pas démentir, pour l’observateur, la diversification des procédés artistiques ou esthétiques mis en œuvre. Cette maturité se lit également dans la mise en place d’un appareil de consécration spécifique (festivals, prix, etc.) et dans l’apparition de nouvelles pratiques éditoriales (les « indépendants »). Enfin, la bande dessinée fait désormais l’objet d’analyses scientifiques, essentiellement sémiotiques et sociologiques.

La BD a néanmoins peiné, durant les années 1980, à trouver sa place dans l’horizon culturel. La plus grande part de sa production, déclinée sous forme de biens de grande consommation, figure au palmarès des livres les plus vendus, occultant par la même occasion les productions pointues qui prolongeaient les tentatives de légitimation issues des années 1970. La bande dessinée, privée d’une mémoire ou d’une histoire — accessible à quelques amateurs seulement —, s’est réfugiée derrière des appellations — « neuvième art », « roman graphique » — qui ont eu autant valeur d’antiphrase que de revendication (voir Thierry GROENSTEEN, Un objet culturel non identifié, Angoulême, Éditions de l’An 2, 2006, « Essais »). La « littérature graphique » n’a cessé de pâtir de ses handicaps symboliques. Genre bâtard qui allie l’image au texte, son message ou ses techniques ont souvent été assimilés à une branche dégradée des arts visuels qui aurait renoncé à suivre l’évolution de l’art moderne. Ses tirages industriels et la standardisation des formats (le fameux 48 couleur cartonné) ont favorisé l’effacement de la figure de l’auteur ; au point que les créateurs sont devenus interchangeables au sein de « studios » de production. Ces derniers, raisonnant en termes de « séries », ont entretenu un « imaginaire d’adolescent mâle » qui a lui-même faussé la réception de tout un genre. Si la bande dessinée est néanmoins parvenue à forcer la porte des institutions scolaires et religieuses, ce fut le plus souvent au mépris de ses spécificités.

Cette crise profonde, visible notamment par la cessation d’activité de maisons reconnues, comme Futuropolis, ou l’arrêt de collections ambitieuses, telle Á suivre chez Casterman, n’a pourtant pas porté un coup fatal au mouvement d’autonomisation du champ de la bande dessinée. Au contraire, certains auteurs ont eux-mêmes salué les années 1990 comme une période de renouvellement des maisons d’édition, grâce à l’apparition d’éditeurs, dits « indépendants », qui ont généré un mouvement de fond dont l’on peut aujourd’hui mesurer l’impact sur la grande distribution. Cette évolution a permis non seulement une réappropriation de l’histoire du medium et de ses pratiques par les auteurs et les éditeurs mais il a également encouragé l’éclosion d’un nouveau courant critique et d’un méta-discours intégré souvent au sein même des œuvres. Les innovations esthétiques et les essais picturaux (par exemple, en Belgique, Fréon et Amok devenu Frémok, La Cinquième couche) et les recherches narratives (en Belgique toujours, Benjamin Monti et le collectif Mycose, ou encore José Parrondo) représentent autant d’interrogations du code même de la bande dessinée. Auteurs et éditeurs cherchent par ces expérimentations à explorer les potentialités d’un medium, à questionner ses limites, en transgressant les définitions traditionnelles et figées qui lui ont été assignées.

Le colloque organisé à Liège début octobre 2008 par la revue des lettres belges de langue française – Textyles – se structurera autour de trois pôles, chacun se concentrant sur un pan représentatif de ces évolutions : le premier pôle analysera les nouvelles pratiques esthétiques, narratives et éditoriales (qui s’inscrivent dans une histoire de la pratique de la bande dessinée) ; le second examinera les stratégies actuelles de légitimation du medium et le troisième étudiera les sociabilités nouvelles liées au fonctionnement des « maisons indépendantes ». Si ces trois pôles possèdent un ancrage socio-historique fort (donc un mode d’approche externe à la bande dessinée), ils sollicitent également une approche interne, notamment par l’analyse des discours et des œuvres qui privilégient la représentation et la mise en scène de ces thèmes dans la bande dessinée contemporaine. Ce colloque privilégiera les études mobilisant des exemples puisés dans la production contemporaine belge ou les études comparatistes faisant intervenir la Belgique (notamment dans ses rapports avec les autres pays francophones).

Le colloque aura lieu à Liège les 2 et 3 octobre 2008. Il prendra la forme, d’une part, de trois demi-journées de communications et, d’autre part, d’une dernière demi-journée consacrée à une table ronde. Celle-ci sera l’occasion d’un débat sur la problématique du colloque entre différents acteurs de la bande dessinée : auteurs, éditeurs, universitaires et libraires.

Les propositions de communication sont à envoyer pour le 31 janvier 2008 au plus tard à Björn-Olav Dozo (bo.dozo@ulg.ac.be) et Fabrice Preyat (fpreyat@ulb.ac.be). Les propositions seront soumises au comité scientifique et les avis d’acceptation seront envoyés aux auteurs pour le 15 février 2008.

Comité scientifique Paul Aron (ULB/FNRS), Jean-Pierre Bertrand (ULg), Laurence Brogniez (FUNDP), Laurent Demoulin (ULg), Benoît Denis (ULg), Björn-Olav Dozo (ULg), Pierre Halen (Université de Metz), Véronique Jago-Antoine (Archives et Musée de la Littérature), Jean-Marie Klinkenberg (ULg), Denis Laoureux (ULB), Michel Otten, Pierre Piret (UCL/FNRS), Fabrice Preyat (ULB/FNRS), Marc Quaghebeur (Archives et Musée de la Littérature), Hubert Roland (UCL/FNRS), Jean-Maurice Rosier (ULB).

Annonce : journées d’études « Écrit(ure)s de peintres belges »

Journées d’études  

Écrit(ure)s de peintres belges  

24-25 mai 2007 

Département de Langues et Littératures romanes

Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix

(Namur) 

Appel à contributions

Débattue depuis plus d’un siècle, la question des rapports entre peinture et littérature en Belgique occupe depuis une quinzaine d’années une place déterminante dans l’étude du champ littéraire belge. Souvent envisagée sous l’angle de l’analyse des « écrits d’art » (critique d’art ou transposition littéraire d’œuvres picturales), des pratiques « mixtes » où mots et images se partagent le même espace (logogrammes et poèmes visuels) ou encore de la problématique des « écrivains-peintres », l’étude des rapports solidaires qu’entretiennent champs littéraire et artistique en Belgique depuis la moitié du XIX e siècle n’a, en revanche, que très rarement donné lieu, du point de vue des études littéraires, à des travaux sur la question des « écrits de peintres ».

Certes, il existe des travaux sur l’influence réciproque d’un moyen d’expression sur l’autre dans les créations d’artistes doubles, à la fois reconnus en tant que peintres et écrivains, comme Jean Delville, Henri Michaux ou Christian Dotremont. Mais les écrits de peintres stricto sensu (qu’il s’agisse d’écrits intimes ou de textes destinés à la publication) n’ont jamais fait l’objet d’une étude systématique quant à leur statut discursif et leur inscription dans le champ des lettres belges.

C’est donc au départ de ce constat, et à la faveur de publications traitant du sujet dans le champ français (telles que les études de J.-P. Guillerm ou d’Anne Larue sur le journal de Delacroix, les recherches de Richard Hobbs sur les conditions d’apparition du peintre-écrivain au milieu du XIXe siècle en France, ou la publication, sous la direction de Françoise Levaillant, des actes du colloque international sur les écrits d’artistes français depuis 1940 (a)), que le projet de deux journées d’étude consacrées aux « Écrits de peintres belges   » a vu le jour aux Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur. Celles-ci devraient avoir lieu les 24 et 25 mai 2007 à Namur.

Dans cette perspective, nous souhaiterions rassembler des propositions d’intervention portant, notamment, sur les questions suivantes :

•  L’examen de la position historique et institutionnelle de la figure du peintre-écrivain

•  L’analyse du mode d’inscription sociologique des « écrits de peintres » (édition, diffusion, conservation, etc.)

•  La définition du statut générique des « écrits de peintres »

•  Les spécificités formelles de l’écriture du peintre

Par ailleurs, lors de ces deux journées, le Département de Langues et Littératures françaises et romanes aura le plaisir de présenter sa base de donnéesPictoriana , outil inédit consacré aux peintres-écrivains belges.

Les propositions de contribution sont à envoyer avant le 20 novembre à Laurence Brogniez ( laurence.brogniez@fundp.ac.be ) et Charlyne Audin (charlyne.audin@fundp.ac.be )

(a) Guillerm (Jean-Pierre), Couleurs du Noir. Le Journal de Delacroix , Lille, Presses Universitaires de Lille, 1990 ; larue (Anne), Romantisme et mélancolie. LeJournal de Delacroix , Paris, Champion, 1998 ; Hobbs (Richard), « L’Apparition du peintre-écrivain », Le Champ littéraire 1860-1900 , K. Cameron et J. Kearns (éd.), Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 1996, pp. 127-137 ; Les Écrits d’artistes depuis 1940 . Textes réunis par Levaillant ( Françoise ), Actes du colloque international (Paris et Caen, 6-9 mars 2002), IMEC, 2004.

Lancement du site de la revue (première mouture)

Comment le premier site de la revue a été annoncé :

Créée en 1985, TEXTYLES est la seule revue scientifique exclusivement consacrée aux lettres belges de langue française. Animée par un comité de rédaction interuniversitaire, elle a pour objectif de stimuler les recherches consacrées à la littérature de Belgique et de faire connaître les travaux qui lui sont consacrés. Ses pages sont donc ouvertes à tous les chercheurs qui travaillent dans ce domaine. TEXTYLES s’adresse aussi bien à la communauté scientifique qu’aux professeurs et étudiants soucieux de se documenter sur les lettres et écrivains francophones de Belgique. TEXTYLES paraît deux fois par an.

Chaque numéro de TEXTYLES comporte un dossier complet, consacré à un écrivain ou à une problématique précise, faisant l’objet d’analyses serrées et croisées. S’y ajoutent des articles de varias. Tous les volumes proposent également une rubrique de compte rendu sur les dernières publications critiques, ainsi que des échos des manifestations récentes (colloques, expositions, journées d’études, etc.) dont l’objet était, en tout ou en partie, les lettres belges de langue française. Enfin, une fois par an, paraît une bibliographie courante des travaux sur la littérature francophone de Belgique.

Le site de la revue (http://www.textyles.be) vous donne toutes les informations pratiques relatives à la revue et à ses activités. Vous y trouverez également un sommaire détaillé des numéros et des articles publiés. Il est également possible de télécharger le contenu des numéros 1 à 15, ainsi que celui des deux numéros hors-série.

Url de référence :
http://www.textyles.be

Annonce : Christian Dotremont et la revue Textyles

Rendez-vous :
jeudi 16 novembre 2006
Christian Dotremont et la revue Textyles
de 18h à 19h
Rencontre avec l’oeuvre d’un des plus grands poètes belges, initiateur du mouvement d’avant-garde européen COBRA, à l’occasion du numéro spécial que lui consacre la revue TEXTYLES.

Christian Dotremont (Tervuren, 1922 — Bruxelles, 1979) fut membre du groupe surréaliste belge, cofondateur du mouvement Cobra (1948-1951) ; il fut l’un de ses principaux théoriciens et le rédacteur en chef de la revue du groupe. Marqué par un voyage en Laponie (1956), il se lança dans une recherche à la fois graphique et poétique, où le logogramme, né du pinceau sur la feuille blanche comme la trace du traîneau sur la neige, compose des empreintes à la recherche d’une forme (Logbook, 1974; Traces, 1980).
Interventions de Paul Aron (U.L.B), directeur du dossier « Dotremont » dans le prochain numéro (sous presse) de Textyles, et Nathalie Aubert (Brookes University, Oxford), auteur d’un article dans ce dossier et d’un livre sur Dotremont, à paraître.

Entendre Christian Dotremont :
http://www.dmnet.be/voix/main/fr/pgatfr/autfr31.html

Maison de la poésie, 28 rue Fumal, 5000 Namur
http://www.maisondelapoesie.be

Affiche de la rencontre en PDF

Appel à contributions : dossier « Simon Leys »

La revue Textyles , revue interuniversitaire des lettres belges de langue française, publiera en 2007 un dossier consacré à Simon Leys.

Après des études de droit et d’histoire de l’art à l’Université catholique de Louvain, de langue, de littérature et d’art chinois à Taiwan, Pierre Ryckmans entame, par le biais de la traduction et de recherches sur la peinture chinoise, une brillante carrière de sinologue, qui le conduit à enseigner en Australie, où il s’installe en 1970. Il devient Simon Leys au moment de publier Les Habits neufs du président Mao . Cet essai est suivi d’autres ouvrages polémiques, qui le placent sous les feux de l’actualité au début des années 80. Il poursuit sa carrière d’écrivain en diversifiant ses intérêts et en faisant preuve de talents multiples. Il traduit par exemple le classique américain de Richard Henry Dana, Deux années sur le gaillard avant et publie des essais sur Orwell, Confucius, Malraux, Simenon, Balzac, D.H. Lawrence, Gide, Hugo, Cervantès, etc., ainsi que des récits, comme La Mort de Napoléon et Les Naufragés du Batavia .

On s’aperçoit aujourd’hui que les textes de Simon Leys transcendent les circonstances dans lesquelles ils ont été écrits. Ainsi les Essais sur la Chine ont-ils été réédités et continuent-ils d’être lus, même par les générations qui n’ont pas connu le maoïsme. Un tel constat amène à considérer son entreprise comme proprement littéraire. Au-delà de sa valeur propre, son ouvre nous semble également constituer un objet de recherche intéressant de par les positions atypiques occupées par l’écrivain : au plan idéologique et politique, il évolue souvent à contre-courant et ses textes apportent par là même un éclairage singulier sur certains aspects ou « moments » du champ littéraire ; au plan esthétique, il s’illustre dans des genres relevant de ce qu’on appelle la littérature d’idées (essai et, plus récemment, recueil de citations), genres très peu reconnus en Belgique francophone ; au plan géographique, il est sans doute le plus international des écrivains belges, puisqu’il bénéficie d’une large audience tant dans le monde francophone que dans le monde anglo-saxon.

C’est sous ces différents angles que nous souhaitons aborder l’ouvre de Simon Leys, par la collection d’études portant (notamment) sur les aspects suivants :

1) les principes esthétiques : les théories explicites ou implicites de l’écriture et de ses enjeux, l’articulation des questions éthiques et esthétiques, les affinités et les influences (notamment de l’esthétique chinoise), la reprise et l’usage des genres (essai, anthologie, récit historique, conte philosophique, compte rendu critique, etc.), la question de la traduction, l’activité critique ;
2) les contextes historiques : la valeur polémique de l’ouvre (avec qui polémique-t-il, par quels canaux, selon quelles méthodes ?) ; la situation de Leys dans le champ littéraire (occupe-t-il une position d’intellectuel ?) ;
3) le rayonnement international, dont il s’agirait de prendre la mesure, notamment au travers d’une analyse des revues où publie Simon Leys (le Magazine littéraire New York Review of books .).

Les propositions de contribution sont à envoyer avant le 30 septembre 2006 à Pierre Piret : piret@rom.ucl.ac.be

Les articles (30 000 signes au maximum) sont attendus pour le 31 décembre 2006.

Annonce : colloque « Droit et lettres en Belgique »

Droit et lettres en Belgique
Colloque
6e rencontre interuniversitaire organisée par
Textyles
revue des lettres belges de langue française

16-17 mars 2006
FACULTÉS UNIVERSITAIRES NOTRE-DAME DE LA PAIX
Salles des Conseils (6e étage)
61 rue de Bruxelles
5000 Namur 

Depuis quelques années, des groupes de recherche à vocation interdisciplinaire proposent en Europe travaux, séminaires et colloques autour du thème « Droit et littérature ». En Belgique, c’est aux Facultés universitaires Saint-Louis que se sont organisées les recherches, sous la direction de François Ost et de Laurent Van Eynde, autour d’un questionnement sur les conditions d’ouverture et d’articulation réciproques des deux disciplines. Rencontres et publications ont créé une dynamique de recherche qui invite à poursuivre ce questionnement dans de nouvelles directions en lui proposant d’autres objets d’étude.

Dans le cadre de sa 6e journée d’études, qui prendra cette année la forme d’un colloque de deux jours aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur, Textyles propose d’aborder la question en la confrontant aux spécificités du champ littéraire belge. Plusieurs thématiques, où se croisent lettres et droit, nous semblent en effet susceptibles d’éclairer des aspects méconnus ou peu traités de notre histoire littéraire. Des phénomènes qui méritent développement et à propos desquels spécialistes de la littérature et du droit sont invités à échanger leurs points de vue et à apporter leurs lectures respectives.

COMITÉ ORGANISATEUR
Paul Aron (ULB/FNRS), Jean-Pierre Bertrand (ULG), Laurence Brogniez (FUNDP), Laurent Demoulin (ULG), Benoît Denis (ULG), Björn-Olav Dozo (ULG), Pierre Halen (Université de Metz), Denis Laoureux (ULB), Ginette Michaux (UCL), Véronique Jago-Antoine (Archives et Musée de la Littérature), Pierre Piret (UCL/FNRS), Marc Quaghebeur (Archives et Musée de la Littérature), Hubert Roland (UCL/FNRS)

COMITÉ SCIENTIFIQUE
Paul Aron (ULB/ FNRS), Laurence Brogniez (FUNDP), Jean-Marie Klinkenberg (ULG), Ginette Michaux (UCL), François Ost (FUSL), René Robaye (FUNDP), Anne Simonin (CNRS)

PROGRAMME

Jeudi 16 mars

Matinée

9h30
Présidence de séance : François Ost (FUSL)

Conférence inaugurale
Anne Simonin (Chargée de recherche, CNRS-Maison Française d’Oxford)
 » Eloge de l’éclectisme : histoire positive d’un champ impossible à constituer. Le mouvement « Droit et Littérature » aux Etats-Unis « 

Paul Aron (FNRS-ULB)
 » Formes littéraires de la littérature des juristes « 

Björn-Olav Dozo (ULG)
 » La présence des juristes dans le personnel littéraire belge (1920-1960). Faits et représentations « 

Pierre Halen (Université de Metz)
 » La sur-représentation des magistrats dans le corpus des auteurs coloniaux « 

Déjeuner

Après-midi

14h 
Présidence de séance : Pierre Piret (UCL/FNRS)

Séverine Dusollier (FUNDP)
 » Le Droit à la défense des auteurs: droit d’auteur et ouvres littéraires en Belgique « 

Emmanuelle Danblon (FNRS/ULB)
 » La rhétorique du langage juridique « 

Pause

Table ronde présidée par Léon Ingber (ULB)
Avec Christian Biet (Université de Paris X-Nanterre), Pol Heyvaert (Victoria), Karel Vanhaesebrouck (Erasmushogeschool Brussel) : autour de la pièce  » Aalst/Alost  »
Pierre Mertens (sous réserve), René Robaye (FUNDP), René Swennen, Xavier Thunis (FUNDP)

Vendredi 17 mars

Matinée

9h30
Présidence de séance : René Robaye (FUNDP)

Emmanuel Pierrat (Paris)
 » La Belgique, terre de refuge pour éditeurs et écrivains français censurés « 

Benoît Denis (ULG)
 » L’écrivain et son double. Représentations de l’homme de loi chez Camille Lemonnier « 

Lisbeth Hansen (Université de Copenhague)
 » Droit, loi et littérature dans l’ouvre romanesque de David Scheinert « 

Bibiane Fréché (ULB)
 » L’épuration des Lettres en Belgique francophone : se faire justice ou que justice soit faite ? « 

Conclusions

12h30
Banquet de clôture

Informations : laurence.brogniez@fundp.ac.be 
Inscriptions au repas-sandwich du jeudi 16 et/ou au déjeuner du vendredi 17 : michele.devos@fundp.ac.be

Affiche disponible en cliquant ici au format PDF.

Appel à contributions : dossier « Littérature et Grande Guerre en Belgique »

L’intérêt renouvelé pour la guerre de 14-18 (voir par exemple le colloque 2005 de Cerisy-la-Salle « Mémoire et antimémoires du XXème siècle: la première guerre mondiale »), s’observe aujourd’hui non seulement à travers la multiplication des travaux d’historiens consacrés à cette période clé du XXème siècle mais encore à travers l’importance que lui accorde la littérature de fiction. Xavier Deutsch et Xavier Hanotte participent en Belgique à un regain d’intérêt international dont témoignent ailleurs Pat Barker, Sebastian Faulks, Claude Simon, Jean Rouaud ou Philippe Claudel, pour ne citer que quelques auteurs parmi les plus visibles. L’actualité cinématographique récente n’est pas en reste.

C’est dans ce contexte d’actualité de la Première Guerre mondiale que Textyles publiera en 2006 un numéro spécial consacré à la Littérature et la Grande Guerre en Belgique. L’ambition du volume est double : il s’agira d’une part de (re)visiter un corpus ancien qui a longtemps été négligé, de l’autre de s’interroger sur l’actualité thématique de la Grande Guerre. Il est permis d’espérer que des passerelles jetées entre la période de l’entre-deux-guerre et notre époque contemporaine viendront éclairer d’un nouveau jour la question de l’écriture de la guerre.

En effet, la Grande Guerre n’est pas seulement une période-charnière dans l’histoire de l’Europe, c’est aussi une époque qui voit s’opérer des changements significatifs dans l’image de la Belgique intra et extra muros. Elle représente encore un traumatisme par rapport auquel les différentes générations d’écrivains qui ont suivi n’ont cessé de se référer : l’exemple d’Henry Bauchau l’atteste de manière éloquente. Les positions sont multiples et ont pu varier selon les époques, puisqu’il peut s’agir pour l’auteur de témoigner, de mettre en garde mais aussi, à l’heure actuelle, de s’inscrire dans un lieu, de perpétuer une mémoire, de donner un sens à l’histoire belge et internationale.

En 14-18 et pendant la période de l’entre-deux-guerre, la Belgique a vu l’apparition d’écrivains de guerre d’importance, qui n’ont toutefois pas rejoint la liste des Barbusse, Dorgelès et Remarque : ainsi Max Deauville, dont on s’apprête à rééditer l’ouvre. D’autres auteurs méritent qu’on s’y attarde dans une perspective qui pourrait être historique ou contemporaine, générique ou thématique. Le succès, fût-il momentané, de la poésie de guerre – celle d’E. Verhaeren, mais aussi celle de L. Christophe, R. Lyr ou A. Giraud – requiert qu’on s’intéresse à son fonctionnement, de même que par ailleurs la réception de certains essais ; l’activité de propagandiste des célébrités littéraires belges à l’étranger (Europe, Amérique du Nord) mérite également l’attention. Les années 1930 ont vu l’apparition d’ouvrages qui se revendiquent du climat pacifiste de l’après-guerre mais qui sont souvent publiés par ceux qui sombreront dans la collaboration (Paul Colin, Robert Poulet). L’analyse du drame patriotique – avec M. Maeterlinck – appelle davantage que des généralités. Dans ce corpus généralement mal connu, les ouvrages de Camille Hanlet ( Les écrivains belges contemporains de langue française , tome II, Liège, H. Dessain, 1946, p. 1150-1175) et celui qui a été inspiré par Maurice Gauchez (Amicale des Ecrivains Anciens Combattants, Vingt ans après !… Récits, contes et impressions de la guerre 1914-1918, Bruxelles, Fred. Wellens) peuvent fournir un point de départ. On pourra s’interroger également sur les solidarités personnelles et institutionnelles nées du conflit mondial, par exemple sur les amitiés indéfectibles forgées au front (M. Thiry.), ou très loin du front (F. Hellens à Nice.).

A côté de la question du pacifisme, des regroupements thématiques peuvent s’établir autour de la littérature héroïque (M. Lekeux), du roman d’occupation (J. Tousseul, P. Broodcorens, E. Glesener, R. Vivier) ou du roman mettant en scène le retour du soldat (M. Deauville). De même certaines images fortes de la littérature de la Grande Guerre peuvent retenir l’attention : celle de l’invasion (M. Ley), celle de la mort, des conditions de vie ou encore des troupes coloniales.

Les propositions sont à transmettre à Hubert Roland ( roland@licg.ucl.ac.be ) et à Pierre Schoentjes ( pierre.schoentjes@ugent.be ) avant le 25 février 2006. Les contributions retenues seront à remettre avant le 30 juin.