Appel à contributions: Ésotérisme et littérature belge (Titre provisoire: Ésotérique Belgique)

Présentation

Ces dernières années, un intérêt croissant pour les questions de spiritualité et d’ésotérisme s’est manifesté dans le milieu culturel et scientifique. À ce jour, on ne compte plus le nombre d’expositions, de publications ou d’événements abordant de près ou de loin ces questions à la croisée d’autres domaines de recherche : l’ésotérisme et la peinture (Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l’au-delà au Musée Maillot à Paris, 2020), l’ésotérisme et la magie au féminin (Witches : histoire de sorcières, Espace Vanderborght/ULB, Bruxelles, 2021-2022), l’ésotérisme et la science (Phénomènes. L’inexpliqué face à la science, Musée d’Histoire de la Médecine de Paris, 2022-2023) ou plus largement les savoirs cachés (expositions annuelles de la Bibliothèque Saint-Geneviève de Paris sur les « Savoirs cachés »), pour ne citer que quelques exemples. Le sujet passionne autant qu’il questionne, comme en témoignent la récente enquête lancée par le journal Le Monde en décembre dernier (« Les fantômes ne font plus peur aux chercheurs ») ainsi que le numéro spécial de L’Express sorti en août 2023 « L’Ésotérisme, un essor inquiétant ». Si étymologiquement, l’ésotérisme ou l’occultisme – son faux jumeau –, renvoient à un ensemble de savoirs cachés qui ne se transmettent qu’à quelques initié·e·s, force est de constater que le terme s’est aujourd’hui popularisé pour désigner un ensemble flou de savoirs déviants (chiromancie, astrologie, angélologie, radiesthésie, etc.) et de courants marginaux (gnose, kabbale, hermétisme, spiritualisme, théosophie, etc.).  

Continuer la lecture de Appel à contributions: Ésotérisme et littérature belge (Titre provisoire: Ésotérique Belgique)

Compte rendu long: Cabu Coralie, La (re)construction d’Henry Bauchau. De Gengis Khan à Œdipe sur la route, Liège, Presses universitaires de Liège, 2023, 116 p.

Compte rendu pour Textyles réalisé par Myriam Watthee-Delmotte (FNRS-UCLouvain).


Cet ouvrage correspond à un mémoire présenté à l’Université de Liège en 2019. L’entreprise est louable. Elle consiste à « comprendre comment, par le biais de l’écriture, Bauchau s’emploie à démêler le nœud de problèmes générés par l’entremêlement de ses fantasmes ».

L’étude se donne pour ambition d’éclairer le lien entre les deux périodes de la vie d’Henry Bauchau, celle qui précède sa carrière littéraire au cours de laquelle il est pris dans l’action politique et sociale, et celle où il s’est engagé ouvertement en littérature, qui commence par la publication du recueil Géologie en 1958. Il s’agit ici de voir ce qui relie ces deux périodes sur le plan de la « posture » de l’écrivain (concept emprunté à J. Meizoz) et de l’évolution de ses « obsessions » et de ses « fantasmes ». Ces mots sont compris ici non dans leur acception en psychanalyse mais en tant que les premières sont « de l’ordre de l’affichable » (ce sont donc des thèmes textuels) et les seconds « ne transparaissent que de façon moins manifeste », ce qui induit la chercheuse à se chercher des outils d’interprétation non pas dans l’analyse du discours comme on s’y attendrait, mais dans la théorie de « l’agentivité » de Claude Coste (ici détournée puisqu’il ne s’agit pas de se concentrer sur l’action de l’œuvre sur le public mais sur l’écrivain, lecteur de lui-même) et sur les « économies de la grandeur » délimitées par les sociologues Luc Boltanski et Laurent Thévenot. Continuer la lecture de Compte rendu long: Cabu Coralie, La (re)construction d’Henry Bauchau. De Gengis Khan à Œdipe sur la route, Liège, Presses universitaires de Liège, 2023, 116 p.

Compte rendu long: Bruxelles: capitale du XIXème siècle ?

Defraeye Piet, Mitterbauer Helga, Reyns-Chikuma Chris (dir.), Brussels 1900 Vienna. Networks in Literature, Visual and Performing Arts and other Cultural Practices, Leiden/Boston, Brill/Rodopi, 2022, 453 p.

Compte rendu pour Textyles réalisé par
Chiroux Adrien (UCLouvain) & Deblander Maxime (UCLouvain) Adrien.chiroux@uclouvain.be / maxime.deblander@uclouvain.be

Nous publions ici la version longue de ce compte rendu, à paraître dans le prochain numéro de la revue Textyles.


À l’intersection de l’histoire de l’art, de la sociologie littéraire et de l’archéologie des médias, Brussels 1900 Vienna. Networks in Literature, Visual and Performing Arts and other Cultural Practices, propose de comprendre le modernisme comme un réseau international (ici se trouve sans doute une des innovations de l’ouvrage), c’est-à-dire à l’aune des échanges culturels qui ont amené des créateurs de nationalités différentes à échanger, à collaborer, ou plus simplement à se lire. En plaçant la focale sur l’axe qui relie Bruxelles et Vienne, l’ouvrage co-dirigé par Piet Defraeye, Helga Mitterbauer et Chris Reyns-Chikuma cherche ainsi à saisir «la disposition internationale» de ce mouvement de renouveau artistique qui est apparu en Europe à la toute fin du XIXeme siècle (p. 18). À cet égard, le choix du corpus, comprenant des productions d’auteurs belges et viennois de la Belle Époque, est hautement significatif. Bien qu’on ait tendance à l’oublier, la Belgique était alors l’un des plus grands pôles économiques et technologiques du continent. Deuxième nation à se doter du chemin de fer (après la Grande-Bretagne), elle s’est trouvée au fondement de l’expansion ferroviaire européenne, raison pour laquelle, comme le souligne Clément Dessy dans sa contribution, les autres métropoles européennes n’étaient finalement qu’une série d’étapes sur l’axe Bruxelles-Vienne. Si les contributeurs de l’ouvrage ne contestent pas l’importance de la ville de Paris en ce qui concerne la production et la promotion des arts, ils rappellent qu’entre la fin du XIXeme siècle et le milieu du XXeme siècle, les «relations in literature, music, theatre, and fine arts were more complex than a simple centre-periphery model can accommodate» (p. 2). Tous se placent ainsi dans la lignée de l’ensemble de conférences tenues, en 1987, au BOZAR de Bruxelles et intitulé «Bruxelles-Viennes : Reflets croisés 1890-1938», qui avait pour ambition d’interroger le monopole hégémonique de Paris comme centre névralgique, en le désituant, sans toutefois artificiellement chercher à le destituer de son statut de capitale du monde culturel du XIXeme siècle.    Continuer la lecture de Compte rendu long: Bruxelles: capitale du XIXème siècle ?

Appel à contributions pour un dossier de la revue Textyles sur l’animal dans les lettres belges (titre provisoire : « Bêtes de livres »)

Coordination : Paul Aron et Judyta Zbierska-Mościcka

La question du vivant – malmené, menacé, méconnu, et pourtant essentiel – s’impose de plus en plus urgemment et demande une réflexion susceptible de produire des manières de penser et d’agir qui sauraient entraver la dégradation de l’environnement naturel. Depuis un certain temps, le domaine de la recherche littéraire se voit, lui aussi, concerné. Des perspectives herméneutiques croisées prolifèrent, qui placent la lecture des œuvres dans des contextes allant de la philosophie aux sciences naturelles en passant par l’éthologie, l’écologie, la sociologie, la géographie, et la liste est loin d’être exhaustive. L’éco- et zoocritique ainsi que l’éco- et zoopoétique, développées aux États-Unis et en Angleterre à partir des années 1990, pénètrent aussi, non sans quelques résistances, dans le domaine français et francophone européen, et multiplient des questionnements qui permettent d’approcher la thématique environnementale de manières jusqu’ici inédites.

Continuer la lecture de Appel à contributions pour un dossier de la revue Textyles sur l’animal dans les lettres belges (titre provisoire : « Bêtes de livres »)

Appel à contributions: Dossier monographique consacré à Caroline Lamarche (L. Brogniez et L. Demoulin dirs.)

Caroline Lamarche est assurément devenue une des références incontournables et essentielles quand il est question de littérature francophone de Belgique. Son œuvre, entamée en 1991 avec un recueil de poèmes assez confidentiel, prend son véritable envol dès 1996 avec Le Jour du chien qui lui a valu le Prix Rossel. Sa bibliographie est riche et variée : elle compte à ce jour une vingtaine de titres, des romans, des recueils de nouvelles et de poèmes, des récits autobiographiques et des livres illustrés, des contes pour enfants, sans oublier un nombre impressionnant de textes brefs parus dans divers magazines « papier » ou en ligne, des adaptations pour la radio ou pour le théâtre… En ce qui concerne les livres proprement dits, une partie de cette production est publiée à Paris chez de grands éditeurs (Minuit, Le Serpent à plumes, puis Gallimard) et une autre se répartit entre plusieurs éditeurs belges (Les Impressions nouvelles, La Pierre d’Alun, LeFram, Tétras Lyre, Le Cormier, Esperluète…).

Continuer la lecture de Appel à contributions: Dossier monographique consacré à Caroline Lamarche (L. Brogniez et L. Demoulin dirs.)

Appel à contributions: Cultures of Belgian Space / Cultures de l’espace belge, 1850-1924 16-17 October 2020

Call for Papers / Appel à Contributions

 Cultures of Belgian Space / Cultures de l’espace belge, 1850-1924

16-17 October 2020

Kasteel d’Ursel/ d’Ursel Castle, Hingene, Belgium

 Keynote speaker: Patrick McGuinness (St Anne’s College, Oxford, UK)

Submission deadline: 15 March 2020

The second half of the nineteenth century witnessed the emergence of a modern city culture within a globalised economy, built on industrial mass production, an early consumer society, and colonial expansion. Both modernism and colonialism led to the creation of otherness. Non-industrial, pre-modern or exotic societies, and furthermore the racial, moral or female other were not just conceived in reaction to the emergence of modernism, but were also interiorised. Otherness, for example, surfaced in the modern world’s own pre-modern past as well as in the unconscious of the modern self, where the remains of the primitive lurked, as both a threat and a source of creativity and primeval meaning. These ambiguities at the very core of modernism continuously reconfigured the relationship between the public and private dimensions of the self, between domesticity and sociability. They equally affected the self-image and the (re)construction of the history of the modern nation states. Continuer la lecture de Appel à contributions: Cultures of Belgian Space / Cultures de l’espace belge, 1850-1924 16-17 October 2020

Appel à communications: Littérature et télévision en Belgique francophone (Bruxelles)

Journée d’études Textyles, organisée en partenariat avec les AML (Archives et Musée de la littérature) – Bruxelles, 4 décembre 2020 s. dir. Selina Follonier (Université de Lausanne) & David Martens (Université de Louvain)

La question des relations entre littérature et télévision, qui, en France, a fait l’objet de travaux significatifs, reste à être explorée dans le contexte de la Belgique francophone. C’est dans cette perspective que cette journée d’études se donne pour objectif de mettre en lumière les formes de médiatisation du littéraire à la télévision belge ainsi que de cerner les modalités de la représentation audiovisuelle des écrivains et de leurs œuvres. Continuer la lecture de Appel à communications: Littérature et télévision en Belgique francophone (Bruxelles)

Appel à contributions: « Penser la bibliothèque: bibliothèques d’écrivains et d’artistes belges (XIXe-XXIe siècles) »

Le présent appel à contributions concerne un numéro thématique de la revue des lettres belges de langue française, Textyles.                                                                                                                                                                       

 « […] on m’oubliera. En attendant, j’aurais écrit, aimé, bondi de surprise en surprise, et surtout lu, lu sans fin », déclare Caroline Lamarche, auteur belge, sur la page « varia » de son site officiel. Cet onglet, qui aurait pu être nommé « Cabinet de lecture » tel le collage réalisé par l’écrivain et affiché sur la même page, présente une série de citations tirées de divers ouvrages : Autobiographie de Thérèse d’Avila, Histoire d’une solitude de Milán Füst, Histoire de l’œil de Georges Bataille, et bien d’autres. Alors que la personne même de l’écrivain, selon Lamarche, sera finalement oubliée après « avoir été fauchée par le néant » – pour paraphraser cette dernière –, cette liste de lectures perdurera et nous rappellera que « l’écrivain mort, l’ensemble de ses livres parle encore » (Valéry). Ainsi, en dévoilant une partie de son horizon de lecture, Lamarche révèle le terreau de ses idées et de sa création littéraire, un rapport ontologique s’établissant entre elle et sa bibliothèque.

Selon cette perspective, il est possible d’envisager la bibliothèque comme un terrain de recherche pertinent pour ses dimensions intellectuelle et herméneutique, tant dans le champ littéraire qu’artistique. Les ouvrages, aujourd’hui de référence, Bibliothèques d’écrivains, dirigé par Paolo D’Iorio et Daniel Ferrer (CNRS éd., 2001) et Les Bibliothèques d’artistes (XXe-XXIe siècles), dirigé par Françoise Levaillant, Dario Gamboni et Jean-Roch Bouiller (Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, 2010), ainsi que le projet « Bibliothèques d’artistes », lancé en 2017 et dirigé par Ségolène Le Men, sont autant de signes de cette nouvelle mise en évidence de la bibliothèque comme ressource pour les études littéraires et artistiques. Continuer la lecture de Appel à contributions: « Penser la bibliothèque: bibliothèques d’écrivains et d’artistes belges (XIXe-XXIe siècles) »

Appel à contributions: François Emmanuel

François Emmanuel est un auteur discret. Pourtant, son œuvre connaît un indéniable succès public et critique. Si les articles sur l’auteur se sont multipliés ces dernières années, aucun volume monographique n’a jusqu’ici vu le jour : le moment est venu de combler cette lacune scientifique à travers ce numéro de la revue Textyles.

Dix-huit romans et récits, quatre recueils de nouvelles, quatre pièces de théâtre et cinq ouvrages poétiques : la diversité formelle et thématique n’entame en rien la grande cohérence de l’œuvre, qui semble même s’en nourrir. Depuis Retour à Satyah jusqu’à Ana et les ombres, François Emmanuel explore l’humain dans sa fragilité, à travers des figures qui, sous des dehors faussement anodins, s’avèrent flirter avec les limites de la psyché. Il est vrai que sa formation de psychiatre et son activité de thérapeute l’ont sans doute sensibilisé à la variété des structures mentales et à leurs configurations extrêmes. Toutefois, il serait trompeur de vouloir réduire l’œuvre de cet écrivain à une forme d’illustration de cas cliniques. Au contraire, François Emmanuel bâtit un univers fictionnel en écrivain, au moyen d’un imaginaire et d’une langue qui lui sont propres.

L’aventure du roman n’a jamais été autre chose pour moi : un territoire intime et pourtant étranger, un lieu qui m’attire mais à l’orée duquel je ne sais rien. […] Nécessité pour moi d’être immergé sans résistance dans un univers qui m’emplit et m’emporte, m’oblige à faire fi de tout dessein préalable, un peu comme le rêveur, acteur apparent du rêve mais agi par celui-ci, incapable d’en modifier le cours, et qui plus tard cherchera à en reconstituer l’ordonnancement […]. » (Les Voix et les ombres)

L’univers romanesque de François Emmanuel s’étend à l’échelle du monde : les personnages affichent des origines patronymiques souvent exotiques et évoluent à travers toute l’Europe comme dans des territoires plus lointains, tels l’Amérique du Nord (Le Tueur mélancolique), l’Amérique latine (Ana et les ombres), l’Inde (La Partie d’échecs indiens), l’Afrique (Jours de tremblement), le Moyen-Orient (Retour à Satyah), etc. Si le monde contemporain se donne comme le théâtre de la plupart des intrigues, le spectre de l’Histoire récente plane souvent par-dessus les destinées fictionnelles, en particulier des événements liés à la Seconde Guerre mondiale (La Question humaine, La Passion Savinsen, Retour à Satyah) ou à la Guerre froide (La Chambre voisine, La Partie d’échecs indiens, Grain de peau), qui déterminent à leur manière les relations entre les personnages. Cependant, cette œuvre protéiforme s’affirme résolument comme littérature, à l’heure où le roman et le théâtre se nourrissent ad nauseam de réalité.

Toute l’œuvre de l’écrivain exploite avec inventivité les ressources de la fiction, jouant du romanesque (avec ce qu’il peut emprunter à l’intrigue policière : La Partie d’échecs indiens, Le Sentiment du fleuve, Bleu de fuite, etc.), d’une forme de réalisme magique (La Nuit d’obsidienne, Le Sentiment du fleuve, L’Invitation au voyage, Ana et les ombres), d’un humour consommé (Grain de peau, Le Sentiment du fleuve, Contribution à la théorie générale, 33 chambres d’amour), du tragique (Retour à Satyah, La Passion Savinsen, La Leçon de chant, Le Vent dans la maison, L’Enlacement), de l’onirique (La Nuit d’obsidienne, Sept chants d’Avenisao, Avant le passage, Ana et les ombres), etc. Les textes foisonnent ainsi de subtilités narratives. Pour façonner avec le plus de précision la singularité qu’il imprime à ses personnages, l’écrivain investit des techniques qui ouvrent de nouvelles perspectives au sein de la langue littéraire (La Question humaine, Regarde la vague, Le Sommeil de Grâce, Joyo ne chante plus, Les Consolantes, Ana et les ombres).

Les narrateurs des romans, par exemple, jouent le plus souvent un rôle de médiateur plus que d’acteur soumis aux péripéties (Retour à Satyah, La Leçon de chant, La Question humaine, Cheyenn, Ana et les ombres, etc.), quoique leur rôle demeure capital au sein de l’évolution de l’intrigue. Les personnages – romanesques ou dramatiques – se racontent les uns aux autres, en quête d’un discours qui puisse révéler ce qui demeure tu. La dimension du secret, qui creuse la fable de l’intérieur, ordonne une narration dont des pans entiers échappent – insensiblement ou violemment – aux personnages aussi bien qu’au lecteur. Les implications stylistiques de ce phénomène, du silence jusqu’aux usages lyriques ou expérimentaux de la langue, débordent la seule dimension narrative et investissent aussi les genres dramatique et poétique pratiqués par François Emmanuel, jusqu’à une certaine indistinction générique dans certains textes (Portement de ma mère, Là-bas, Sept chants d’Avenisao, Avant le passage).

C’est dans cette perspective que nous invitons les contributeurs à explorer, de façon transversale ou spécifique à un genre ou à une œuvre particuliers, les problématiques suivantes (non exhaustives) :

  • Les modes d’investissement des genres littéraires ;
  • Les procédés narratifs ;
  • Le cérémonial du théâtre ;
  • Les usages lyriques ;
  • La recherche d’un ton propre à chaque œuvre ;
  • La langue et la voix ;
  • Le secret et le silence ;
  • La mémoire et l’oubli ;
  • La souffrance intérieure ;
  • Les expériences initiatiques ;
  • La dimension psychanalytique ;
  • Les relations familiales et les liens de filiation ;
  • Les rapports entre l’histoire individuelle et l’Histoire monumentale ;
  • Les sources historiques ;
  • L’espace et le voyage ;
  • Etc.

Les propositions d’articles (250-350 mots) sont à envoyer à Laurence Boudart (laurence.boudart@aml-cfwb.be) et à Christophe Meurée (christophe.meuree@aml-cfwb.be) avant le 15 octobre 2019.

Une réponse aux auteurs sera envoyée le 30 novembre 2019. Les articles devront être envoyés pour le 15 juillet 2020 au plus tard. Le numéro paraîtra à la fin de l’année 2021.

Appel à contributions: “Jean-Marie Piemme. Quel théâtre pour le temps présent ?” (Journée d’étude)

Louvain-la-Neuve, le jeudi 29 novembre 2018

La revue Textyles, revue interuniversitaire des lettres belges de langue française, organise une journée d’étude consacrée à l’œuvre et à la pensée théâtrales de Jean-Marie Piemme, à Louvain-la-Neuve, le jeudi 29 novembre 2018, en présence de l’auteur. Elle publiera ensuite, en 2019, un numéro spécial sur le même sujet. Continuer la lecture de Appel à contributions: “Jean-Marie Piemme. Quel théâtre pour le temps présent ?” (Journée d’étude)

Appel à contributions: Achille Chavée

Dossier Textyles. Coordination : Gérald Purnelle et Gwendoline Morán

Achille Chavée est décédé le 4 décembre 1969. Cinquante ans après ce décès, la revue Textyles consacrera en 2019 un numéro thématique à cette personnalité majeure des lettres belges, reconnu comme la figure centrale du surréalisme dans la région du Hainaut. Chaque aspect de son parcours mérite d’être étudié ou réinvesti ; les « thèmes » ouverts aux propositions de contributions sont donc multiples. Continuer la lecture de Appel à contributions: Achille Chavée

Appel à contribution: Belgique. Portraits d’un pays

Dossier Textyles, s. dir. Laurence Brogniez (ULB) & David Martens (KU Leuven – MDRN)

Dans le vaste domaine de la littérature de voyage, plusieurs genres tiennent le haut du pavé. Le récit de voyage est sans doute celui qui a bénéficié au cours de la modernité récente de la légitimité la plus marquée et de la plus grande reconnaissance littéraire. Présentant d’autres finalités et d’autres formes, le guide touristique a cependant lui aussi transformé la pratique du voyage et connaît un succès durable depuis le XIXe siècle. Fortement standardisé et relevant de la culture de masse, il est peu investi par les écrivains. Entre ces deux pôles de la littérature viatique, le portrait de pays constitue un genre méconnu. Il consiste en la description d’un territoire déterminé, qu’il s’agisse d’une nation, d’une ville ou d’une région, qui constitue le sujet principal ou exclusif du propos. Continuer la lecture de Appel à contribution: Belgique. Portraits d’un pays

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search