Compte rendu long: Bruxelles: capitale du XIXème siècle ?

Defraeye Piet, Mitterbauer Helga, Reyns-Chikuma Chris (dir.), Brussels 1900 Vienna. Networks in Literature, Visual and Performing Arts and other Cultural Practices, Leiden/Boston, Brill/Rodopi, 2022, 453 p.

Compte rendu pour Textyles réalisé par
Chiroux Adrien (UCLouvain) & Deblander Maxime (UCLouvain) Adrien.chiroux@uclouvain.be / maxime.deblander@uclouvain.be

Nous publions ici la version longue de ce compte rendu, à paraître dans le prochain numéro de la revue Textyles.


À l’intersection de l’histoire de l’art, de la sociologie littéraire et de l’archéologie des médias, Brussels 1900 Vienna. Networks in Literature, Visual and Performing Arts and other Cultural Practices, propose de comprendre le modernisme comme un réseau international (ici se trouve sans doute une des innovations de l’ouvrage), c’est-à-dire à l’aune des échanges culturels qui ont amené des créateurs de nationalités différentes à échanger, à collaborer, ou plus simplement à se lire. En plaçant la focale sur l’axe qui relie Bruxelles et Vienne, l’ouvrage co-dirigé par Piet Defraeye, Helga Mitterbauer et Chris Reyns-Chikuma cherche ainsi à saisir «la disposition internationale» de ce mouvement de renouveau artistique qui est apparu en Europe à la toute fin du XIXeme siècle (p. 18). À cet égard, le choix du corpus, comprenant des productions d’auteurs belges et viennois de la Belle Époque, est hautement significatif. Bien qu’on ait tendance à l’oublier, la Belgique était alors l’un des plus grands pôles économiques et technologiques du continent. Deuxième nation à se doter du chemin de fer (après la Grande-Bretagne), elle s’est trouvée au fondement de l’expansion ferroviaire européenne, raison pour laquelle, comme le souligne Clément Dessy dans sa contribution, les autres métropoles européennes n’étaient finalement qu’une série d’étapes sur l’axe Bruxelles-Vienne. Si les contributeurs de l’ouvrage ne contestent pas l’importance de la ville de Paris en ce qui concerne la production et la promotion des arts, ils rappellent qu’entre la fin du XIXeme siècle et le milieu du XXeme siècle, les «relations in literature, music, theatre, and fine arts were more complex than a simple centre-periphery model can accommodate» (p. 2). Tous se placent ainsi dans la lignée de l’ensemble de conférences tenues, en 1987, au BOZAR de Bruxelles et intitulé «Bruxelles-Viennes : Reflets croisés 1890-1938», qui avait pour ambition d’interroger le monopole hégémonique de Paris comme centre névralgique, en le désituant, sans toutefois artificiellement chercher à le destituer de son statut de capitale du monde culturel du XIXeme siècle.    Continuer la lecture de Compte rendu long: Bruxelles: capitale du XIXème siècle ?

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search