Appel à contributions: « Jean-Marie Piemme. Quel théâtre pour le temps présent ? » (Journée d’étude)

Louvain-la-Neuve, le jeudi 29 novembre 2018

La revue Textyles, revue interuniversitaire des lettres belges de langue française, organise une journée d’étude consacrée à l’œuvre et à la pensée théâtrales de Jean-Marie Piemme, à Louvain-la-Neuve, le jeudi 29 novembre 2018, en présence de l’auteur. Elle publiera ensuite, en 2019, un numéro spécial sur le même sujet. Continuer la lecture de Appel à contributions: « Jean-Marie Piemme. Quel théâtre pour le temps présent ? » (Journée d’étude)

Appel à contributions: Achille Chavée

Dossier Textyles. Coordination : Gérald Purnelle et Gwendoline Morán

Achille Chavée est décédé le 4 décembre 1969. Cinquante ans après ce décès, la revue Textyles consacrera en 2019 un numéro thématique à cette personnalité majeure des lettres belges, reconnu comme la figure centrale du surréalisme dans la région du Hainaut. Chaque aspect de son parcours mérite d’être étudié ou réinvesti ; les « thèmes » ouverts aux propositions de contributions sont donc multiples. Continuer la lecture de Appel à contributions: Achille Chavée

Appel à contribution: Belgique. Portraits d’un pays

Dossier Textyles, s. dir. Laurence Brogniez (ULB) & David Martens (KU Leuven – MDRN)

Dans le vaste domaine de la littérature de voyage, plusieurs genres tiennent le haut du pavé. Le récit de voyage est sans doute celui qui a bénéficié au cours de la modernité récente de la légitimité la plus marquée et de la plus grande reconnaissance littéraire. Présentant d’autres finalités et d’autres formes, le guide touristique a cependant lui aussi transformé la pratique du voyage et connaît un succès durable depuis le XIXe siècle. Fortement standardisé et relevant de la culture de masse, il est peu investi par les écrivains. Entre ces deux pôles de la littérature viatique, le portrait de pays constitue un genre méconnu. Il consiste en la description d’un territoire déterminé, qu’il s’agisse d’une nation, d’une ville ou d’une région, qui constitue le sujet principal ou exclusif du propos. Continuer la lecture de Appel à contribution: Belgique. Portraits d’un pays

Journée d’étude: « Ouvrir l’album. Autour de la littérature d’enfance en Belgique francophone »

La prochaine journée d’étude de la revue Textyles « Ouvrir l’album. Autour de la  littérature d’enfance en Belgique francophone » se tiendra à l’Université de Namur le 3 novembre prochain. La journée se clôturera à la Librairie Point Virgule autour une rencontre avec l’auteur et illustratrice Mélanie Rutten.

Télécharger ici le programme complet de la journée.

Inscription avant le 20 octobre 2017.

Contact: Laurence Brogniez (lbrognie@ulb.ac)

 

Journée d’étude: « Présence et absence de Marcel Lecomte »

La prochaine journée d’étude de la revue Textyles aura lieu le 19 novembre 2016, de 10 à 18h, à l’Université Libre de Bruxelles.

Contact: Paul Aron – paron@ulb.ac.be

affiche-lecomte

Programme:

10h00-12h30 :

Accueil des participants
Paul Aron : Marcel Lecomte et le surréalisme, revue Réponse
Marie Godet : Lecomte et le « groupe de Magritte » de l’avant à l’après Seconde Guerre mondiale
Jacques Carion : La lenteur et ses effets : Michaux, Lecomte, Desmeth
Philippe Dewolf : Amis comme clef et serrure : la correspondance avec Jean Paulhan
Gérald Purnelle : Vis-à-vis  de Franz Hellens, dans l’histoire du poème en prose

14h00-17h00 :

François Félix : Les chroniques de la Lanterne
Antonio Moyano : Quand Marcel Lecomte parlait de l’Espagne
Jacques Aron : Les traductions de Constantin Brunner : recherche d’un travail alimentaire ou affinités ?
Linda Dewolf : Les traductions de Franz Kafka, les réserves de Bernard Groethuysen
Judith Pollet : La science et l’espace : un point sensible
Gwendoline Morán-Debraine : Le visible et l’invisible

17h00-17h45 :

Débat et conclusions

Appel à contributions, revue Francofonia. Dossier « Kalisky l’intempestif ? »

Appel à contributions – 15 janvier 2016

Francofonia, n°71, automne 2016. Dossier « Kalisky l’intempestif? Relectures contemporaines d’une œuvre du XXe siècle ».

Numéro coordonné par Aurélia Kalisky et Agnese Silvestri

Brusquement interrompue par sa disparition en 1981, l’œuvre du dramaturge belge d’origine juive polonaise René Kalisky (1936-1981) se concentre presque entièrement sur la décennie 1970-80. Depuis, elle semble avoir acquis un statut paradoxal. Qualifiée par certains critiques d’« incontournable » au sein de la production théâtrale francophone (M. Quaghebeur), elle reste cependant relativement peu étudiée, et rares sont les pièces qui ont été montées depuis les années 1980. Continuer la lecture de Appel à contributions, revue Francofonia. Dossier « Kalisky l’intempestif ? »

Appel à contributions. Dossier « État de la recherche en littérature belge »

Appel à contributions – 30 septembre 2015

Textyles, revue des lettres belges de langue française

Dossier « Etat de la recherche en littérature belge »

 

La revue des lettres belges de langue française Textyles lance un appel à varias pour un prochain numéro qui se propose de dresser un état des lieux de la recherche actuelle dans le domaine de la littérature belge. Tous types de sujets et d’approches sont les bienvenus. Ce numéro sera également ouvert aux confrontations entre corpus belge et corpus étrangers et aux études interdisciplinaires. Nous attendons des articles d’une longueur moyenne de 30-35 000 signes, éventuellement accompagnés d’illustrations (libres de droits). Continuer la lecture de Appel à contributions. Dossier « État de la recherche en littérature belge »

Appel à contributions: dossier « La lettre et ses usages dans le champ francophone belge »

Appel à contributions – 11 janvier 2015

Textyles. Revue des lettres belges de langue française (http://textyles.revues.org/)

Dossier La lettre et ses usages dans le champ francophone belge

Coordonné par Jean-François Plamondon

 

La revue Textyles invite les chercheurs qui étudient l’épistolaire à proposer un article pour son numéro à paraître en 2015 sur le thème de la lettre et ses usages dans la littérature belge de langue française. Si le phénomène de la correspondance, de l’épistolaire ou l’écriture de la lettre a fait l’objet d’études ponctuelles, peu de travaux académiques se sont arrêtés au champ littéraire belge comme terrain d’investigation. Nous proposons de pallier cette lacune avec ce numéro que nous souhaitons aussi riche que diversifié. Continuer la lecture de Appel à contributions: dossier « La lettre et ses usages dans le champ francophone belge »

Annonce: Prochaine journée d’étude de la revue Textyles: « De l’écrit à la scène » (ULB, Maison des Arts, 14 novembre 2014)

Journée d’étude

De l’écrit à la scène

Textyles, revue des lettres belges de langue française (http://textyles.revues.org/)

 

 

14 novembre 2014, 9h30-17h30

Maison des Arts (ULB)

 

Coordonné par Catherine Bouko (ULB) et Karel Vanhaesebrouck (ULB)

 

 

Depuis la fin du siècle dernier (et même bien avant), on a pu observer une mise en crise systématique du texte théâtral, voire de l’idée du répertoire tout court. Le texte a non seulement perdu sa position centrale en tant que yin et yang de la pratique culturelle qu’on appelle en occident le « théâtre », mais, de plus en plus, les metteurs en scène et les auteurs semblent également ressentir la nécessité de (faire) ré-écrire les textes, qu’il s’agisse de romans, d’autres textes de théâtre ou, plus rarement, de poésie. Le théâtre postmoderne a introduit la mise en crise de l’idée même du récit tout en continuant à insister sur sa propre spécificité médiale. La pratique de la « ré-écriture » s’inscrit dans ce développement où l’adaptation ne se limite plus à la simple transposition d’une structure narrative d’un médium (le texte) à un autre (la scène), mais où elle se veut un véritable travail de « re-création ». Au-delà de la question de l’adaptation du texte à la scène, cette journée d’étude se veut une analyse exploratoire de ce texte intermédiaire, au statut étrange et fondamentalement provisoire, sans finalité ou déterminisme établis.

Les différents intervenants s’axeront particulièrement sur la réécriture comme objet, plutôt que sur les questions d’adaptation, d’inspiration ou de réappropriation. Nous voudrions ainsi mieux comprendre la spécificité de ce texte intermédiaire (publié ou non), entre le texte-source et la mise en spectacle, entre écriture (narrative ou non) et démonstration théâtrale, et donc la ré-écriture comme concept opératoire pour réfléchir au statut de l’écriture théâtrale contemporaine. Les analyses devraient mener à une meilleure compréhension de la place de certains textes dans le champ belge et stimuler la réflexion autour du statut du « répertoire » théâtral en Belgique francophone et ailleurs. Cette journée d’étude souhaite donc explorer les ré-écritures de textes belges (et autres) pour le théâtre, soit les ré-écritures effectuées par des auteurs, dramaturges ou metteurs en scène belges.

Programme

 

9h30               Nancy Delhalle (Université de Liège) – Introduction

10h                 Benoît Hennaut (Université Libre de Bruxelles & EHESS) – Réécrire en scène : de l’appropriation au supplément

10h30             Marie-Line Zucchiatti (Université de Bologne) – La traduction pour la scène contemporaine : une autre ré-écriture théâtrale.

11h30             Esther Gouarné (Université de Rouen) – La réécriture : une étape intermédiaire entre le texte postdramatique et le théâtre performantiel.

12h                 Sabine Hillen (Vrije Universiteit Brussel / Universiteit Antweroen) – La matière mise en scène : Delvaux lecteur de Yourcenar

14h                 Karolina Svobodova (Université Libre de Bruxelles)- Pratique de réécriture(s) chez Selma Alaoui : à la recherche d’une dénomination adéquate

14h30             Maëline Le Lay (CNRS / Université de Bordeaux) – La ré-écriture de témoignages du Congo chez David Van Reybrouck et Lorent Wanson

15h00             Catherine Bouko (Université Libre de Bruxelles) Hitchcock et Shelley dans le théâtre de Claude Schmitz

16h00             Karel Vanhaesebrouck (Université Libre de Bruxelles) – Les ré-écritures de Shakespeare par Jean-Marie Piemme.

16h30                 Jean-Marie Piemme (auteur) – Ecrire dans la trace.

Lieu:

Université Libre de Bruxelles

Campus Solbosch

Maison des Arts

Avenue Jeanne 56

1050 Bruxelles

http://www.ulb.ac.be/campus/solbosch/plan.html

Contact :

Catherine.bouko@ulb.ac.be

Karel.Vanhaesebrouck@ulb.ac.be

ULB Spectacle vivant: http://spectviv.ulb.ac.be et www.facebook.com/ULBSpectViv

Annonce: Exposition « En route! Sur les traces des artistes belges en voyage » (Namur, Musée Rops)

« Le Magyare a encore une fois besoin d’air & des grands infinis. Je crèverais à Paris ! Je reviendrai calmé. », écrit Félicien Rops la  veille d’un départ ; lui qui s’est inventé des ascendances hongroises et espagnoles, abusant ses premiers biographes qui crurent à cette légende… En train, en bateau, en diligence, à dos d’âne ou à pied, Rops comme beaucoup d’autres artistes parcourt l’Europe et les États-Unis à partir de 1870. « Je me sens tourner en prix de Rome » ironise l’artiste namurois pour décrier cette reconnaissance officielle qui assurait à une série d’artistes un séjour tous frais payés en Italie. C’est à partir de ces voyages de formation et d’étude que débute l’exposition : Navez, Wiertz, Portaels. Rapidement, les artistes vont s’éloigner de l’épicentre de l’académisme romain pour se rendre en Espagne puis en Afrique du Nord ou en Inde : Evenepoel, Van Rysselberghe, Meunier, Robie, etc.
À partir de 1880, autodidactes ou dessinateurs confirmés en quête d’exotisme et d’aventures se lancent à la découverte de l’Afrique noire : Callewaert, Hens, Dardenne, etc. s’apparentent à des anthropologues de la première heure. Dans l’entre-deux guerres, les artistes belges au Congo évoluent vers une vision plus synthétique (Allard l’Olivier, de Vaucleroy).
De ces séjours à l’étranger, chaque artiste va ramener des croquis qu’il consigne dans des carnets, des impressions qu’il partage dans des missives, des livres ou des articles. Pour certains d’entre eux, la photographie sert de support à la création. Le temps du voyage se prolonge ensuite dans l’atelier, une fois l’artiste rentré dans ses pénates. La découverte d’autres horizons est envisagée comme le laboratoire d’oeuvres où s’essaient de nouvelles techniques, où s’élaborent de nouveaux gestes, où surgissent de nouveaux sujets pour l’artiste.
L’exposition fait dialoguer tableaux, dessins, esquisses, pochades, photographies et carnets de voyage, lettres et autres écrits. Organisée par destinations, l’exposition favorise quatre grands ensembles : les voyages de Félicien Rops ; l’Italie, l’Espagne et l’Orient ; le Congo et enfin les dessinateurs de BD contemporaine, qui poursuivent aujourd’hui, à leur manière, cette tradition viatique en faisant dialoguer, entre carnets et planches, écrits et images. De Heyn, Goblet et Löwenthal, trois artistes actuels, invitent le visiteur à pénétrer dans leurs « ateliers du voyage ».

Artistes exposés : Allard l’Olivier, Callewaert, Dardenne, de Vaucleroy, de Witte, Evenepoel, Gilson, Heintz, Hens, Huysmans, Manduau, Meunier, Moreels, Navez, Portaels, Robert, Robie, Rops, Schmalzigaug, Stroobant, Tercafs, Van Engelen, Van Rysselberghe, Van Strydonck, Wauters, Wiertz et les artistes contemporains : De Heyn, Goblet et Löwenthal.

Télécharger l’affiche de l’exposition

Télécharger le dépliant de l’exposition

Appel à contributions : Journée d’étude « De l’écrit à la scène »

 

Appel à contributions

Textyles, revue des lettres belges de langue française (http://textyles.revues.org/)

 

Journée d’étude De l’écrit à la scène

 

Coordonné par Catherine Bouko (ULB) et Karel Vanhaesebrouck (ULB)

 

Depuis la fin du siècle dernier (et même bien avant), on a pu observer une mise en crise systématique du texte théâtral, voire de l’idée du répertoire tout court. Le texte a non seulement perdu sa position centrale en tant que yin et yang de la pratique culturelle qu’on appelle en occident le « théâtre », mais, de plus en plus, les metteurs en scène et les auteurs semblent également ressentir la nécessité de (faire) ré-écrire les textes, qu’il s’agisse de romans, d’autres textes de théâtre ou, plus rarement, de poésie. Le théâtre postmoderne a introduit la mise en crise de l’idée même du récit tout en continuant à insister sur sa propre spécificité médiale. La pratique de la « ré-écriture » s’inscrit dans ce développement où l’adaptation ne se limite plus à la simple transposition d’une structure narrative d’un médium (le texte) à un autre (la scène), mais où elle se veut un véritable travail de « re-création ».

Au-delà de la question de l’adaptation du texte à la scène, la journée se veut une analyse exploratoire de ce texte intermédiaire, au statut étrange et fondamentalement provisoire, sans finalité ou déterminisme établis.

La pratique de la ré-écriture s’inscrit dans un des débats-clés de ces dernières décennies : la spécificité médiale, qui semble hanter toutes les théories de l’adaptation et qui se heurte de manière perpétuelle à l’hybridation des pratiques culturelles postmodernes. En effet, elle est bien plus qu’une simple question de forme ou de support et gagnerait à être considérée comme une véritable pratique culturelle qui permet de repenser son propre fonctionnement. Longtemps, la relation entre le texte et la scène a été étudiée sous un angle explicitement narratif, l’idée étant que le récit du texte (et non, par exemple, sa matérialité performative) faciliterait le passage de l’écrit à la scène. Cette idée allait de pair avec une croyance presque absolue dans la nature autonome et donc isolable de cette dimension narrative (il suffirait d’isoler la trame narrative du texte-source pour la transposer). Cette hégémonie réductrice de la narration et du narrateur est aujourd’hui fortement contestée, tant au niveau théorique qu’au niveau pratique, entre autres par Hans-Thies Lehmann dont le livre Le Théâtre postdramatique alimente les débats autour du théâtre contemporain depuis une vingtaine d’années. Cependant, on pourrait également défendre le point de vue historiographique que cette mise en crise ne constitue pas un moment de rupture inaugurale, mais qu’elle est l’aboutissement d’un mouvement décrit, entre autres, par Bernard Dort, qui réfère à l’ « émancipation de la représentation » et qui faisait du fameux « faire théâtre du tout » d’Antoine Vitez l’aboutissement de ce mouvement. Plutôt qu’une disparition du texte (comme on interprète trop souvent – à tort – l’idée du postdramatique), l’idée de la ré-écriture nous permet ainsi de mieux cerner la transformation d’un théâtre du texte à un théâtre de texte (pour reprendre une distinction de M. Corvin), un théâtre où le texte est un matériau pour la scène plus qu’une œuvre en soi, à représenter.

Dès lors, les propositions de communication pourront s’articuler autour des questions suivantes :

–    Les enjeux de la réécriture : pourquoi réécrire ? Quels sont les nécessités et enjeux dramaturgiques qui poussent à la réécriture, au risque de subir des accusations de réduction ou de détournement ? Quelles sont les limites de la pratique de la réécriture ? En quoi ces pratiques nous permettent-elles de mieux saisir la dramaturgie contemporaine ? Quelles sont les idéologies de ces réécritures ?

–    La nature du texte réécrit : en quoi ce texte est-il provisoire ? S’agit-il d’une étape de l’œuvre ou au contraire d’un processus en constante mutation? Comprend-il un contenu spécifique ? Quelles sont les caractéristiques génériques et formelles de ces textes (y compris les carnets d’écriture, visuels ou non) ?

–    Le rapport entre le texte réécrit et le spectacle : comment les caractéristiques de ce texte  programment-elles sa mise en spectacle ? L’un des enjeux de ce texte interstitiel serait-il de stimuler l’intégration d’éléments imprévus ou, au contraire, de programmer la séance théâtrale dans ses moindres détails ?

–    Le statut de l’auteur du texte réécrit : qui est l’auteur d’un tel texte ? Quelle position adopte-t-il envers les versions précédentes ?

–    Le statut du texte réécrit : quel est le statut d’un tel texte interstitiel, publié ou non ?

La journée d’études s’axera particulièrement sur la réécriture comme objet, plutôt que sur les questions d’adaptation, d’inspiration ou de réappropriation. Nous voudrions mieux comprendre la spécificité de ce texte intermédiaire (publié ou non), entre le texte-source et la mise en spectacle, entre écriture (narrative ou non) et démonstration théâtrale, et donc la ré-écriture comme concept opératoire pour réfléchir au statut de l’écriture théâtrale contemporaine. Les analyses devraient mener à une meilleure compréhension de la place de certains textes dans le champ belge et stimuler la réflexion autour du statut du « répertoire » théâtral en Belgique francophone et ailleurs. Cette journée d’étude souhaite donc explorer les ré-écritures de textes belges pour le théâtre, soit les ré-écritures effectuées par des auteurs, dramaturges ou metteurs en scène belges. Cependant, des éclairages théoriques sur la question à partir d’œuvres non belges sont également bienvenus.

Les propositions de communication sont à adresser aux organisateurs avant le 15 juin 2014. La journée d’étude aura lieu le 14 novembre 2014 à la Maison des Arts de l’ULB.

Contact :

Catherine.bouko@ulb.ac.be

Karel.Vanhaesebrouck@ulb.ac.be

Annonce: Colloque belgo-franco-russe à l’Université catholique de Louvain: Phénomènes de circulation littéraire entre la Belgique, la France et la Russie (1870-1940)

Affiche pour diffusion

Télécharger le programme de l’événement


Comité organisateur du colloque
Karine Alavardian, Professeure, Université Libre de Bruxelles
Laurent Béghin, Chargé de cours, Institut Libre Marie Haps
Svetlana Cecovic, Assistante de Recherche FSR, Université catholique de Louvain
Anne Ducrey, Maître de Conférences, Université Paris IV Sorbonne
Elena Galtsova, Professeur à l’Université d’État des Sciences
Humaines de Russie (RGGU-RSUH, Moscou), Directeur de recherches à l’Institut de littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie (IMLI RAN)
Pierre Piret, Professeur ordinaire, Université catholique de Louvain
Hubert Roland, Maître de Recherches F.R.S.-FNRS et professeur, Université catholique de Louvain

Comité scientifique
Paul Aron, Directeur de recherches du F.R.S.-FNRS et professeur à l’Université Libre de Bruxelles
Lieven D’Hulst, Professeur ordinaire, KULeuven (campus Courtrai)
Claude De Greve, Professeur émérite, Paris X-Nanterre
Michel Espagne, Directeur de recherches au CNRS, École Normale Supérieure
François Provenzano, Chargé de cours, Université de Liège
Reine Meylaert, Professeure, Directrice du Centre for Translation Studies, KULeuven
Blaise Wilfert, Maître de Conférences à l’École Normale Supérieure & chercheur à l’IHMC

Appel à contributions: dossier « Géographie et littérature »

Appel à contributions – 31 mars 2014

Textyles. Revue des lettres belges de langue française (http://textyles.revues.org/)

Dossier Géographie et littérature

Coordonné par Paul Aron et Laurence Brogniez

Depuis quelques années, on peut noter une nouvelle focalisation des études littéraires sur les questions de spatialité. Cet intérêt s’inscrit dans la continuité d’un « spatial turn » qui a profondément bouleversé les sciences humaines – l’histoire au premier plan, l’histoire de l’art (ARTL@S: http://www.artlas.ens.fr) et l’histoire littéraire (Ein literarischer Atlas Europas : http://www.literaturatlas.eu) beaucoup plus récemment.

Dans un mouvement similaire, la géographie a, de son côté, donné une place plus importante, dans ses préoccupations, aux dimensions historique, sociale et culturelle. En témoignent les travaux de nombreux géographes qui ont mis la littérature au cœur de leur questionnement, comme Bertrand Levy (Université de Genève), par exemple, avec son projet GeoLit « Géographie urbaine et littérature : mythe, image et expérience des métropoles » (http://unige.academia.edu/BertrandLevy).

Nous souhaitons éditer une livraison de Textyles à la convergence de ces deux disciplines. On fera ainsi se rencontrer (1) une approche géographique de la vie littéraire et (2) une approche littéraire de la géographie. Cette rencontre permettra d’envisager notamment (a) la littérature comme expression d’une relation subjective, affective et symbolique à l’espace, (b) les espaces référentiels ou imaginaires représentés dans les textes et (c) l’organisation spatiale de la vie littéraire et artistique.

Paris, Londres ou Berlin ayant une forte présence littéraire, elles ont déjà fait l’objet de ce type d’approches. Bruxelles (comme les autres villes belges) demeure un territoire qui reste encore largement à explorer, peut-être parce que la relation des écrivains à l’espace urbain est plus problématique dans cette « petite métropole » que dans d’autres capitales.

On s’intéressera donc aux lieux tels que représentés dans la littérature (au sens large du terme : textes fictionnels, poèmes, articles de presse, guides, lettres, etc.) dans le but de dégager une perception subjective de l’espace urbain, tout en documentant, voire en réévaluant, nos connaissances de la géographie de la ville à une époque donnée. Mais l’on travaillera également sur les pratiques urbaines des écrivains, leurs modes d’habiter et de vivre la ville. En considérant tant l’espace fictif que l’espace référentiel – et plus particulièrement le rapport mimétique qui les unit –, cette double approche, centrée sur l’écrivain dans la ville et/ou l’écriture de la ville nous permettra de mieux comprendre comment les écrivains écrivent l’espace, mais aussi comment, en retour, la perception de l’espace peut être affectée par les représentations littéraires.

Le présent appel à communication s’adresse donc à tous ceux qui veulent participer à une appréhension géographique des villes en relation avec le monde littéraire. Le projet est ouvert à tous les espaces urbains en Belgique, mais il importe de ne pas saisir le « géographique » comme une simple métaphore de l’espace, afin d’ancrer la recherche dans une saisie concrète de l’espace. Cartes et schémas sont bienvenus.

Les propositions de communication sont à adresser aux éditeurs avant le 31 mars 2014. Les textes, env. 25000 signes au maximum, sont attendus en juin 2014, pour parution à l’automne.

Paul Aron : paron@ulb.ac.be

Laurence Brogniez :  lbrognie@ulb.ac.be

Prochaine journée d’étude de la revue Textyles: « Bruxelles, une géographie littéraire » (ULB, Maison des Arts, 25 octobre 2013)

Depuis quelques années, on peut noter une nouvelle focalisation des études sur l’inscription de la littérature dans l’espace et/ou sur la représentation des lieux dans les textes littéraires. Cet intérêt, récent dans le domaine des lettres, s’inscrit dans la continuité du « tournant spatial », qui a profondément bouleversé les sciences humaines – l’histoire au premier plan, l’histoire de l’art beaucoup plus récemment.
Dans un mouvement similaire, la géographie a, de son côté, donné une place plus importante, dans ses préoccupations, aux dimensions historique, sociale et culturelle. En témoignent les travaux de nombreux géographes qui ont mis la littérature au cœur de leur questionnement, comme Bertrand Levy (Université de Genève), par exemple, avec son projet GeoLit « Géographie urbaine et littérature : mythe, image et expérience des métropoles ».
Nous souhaiterions placer notre journée d’études à la convergence de ces deux disciplines dont les approches peuvent s’avérer complémentaires, en considérant, du point de vue géographique, la littérature comme expression d’une relation subjective, affective et symbolique à l’espace et, du point de vue littéraire, en envisageant avec une attention nouvelle les espaces où se déploie l’écriture et les espaces qui se déploient dans l’écriture.
Si Paris, Londres ou Berlin ont déjà fait l’objet de ce type d’approches, Bruxelles (comme les autres villes belges) reste un territoire qui reste encore largement à explorer, la relation des écrivains à l’espace urbain s’avérant peut-être plus problématique dans cette « petite métropole » que dans d’autres capitales.
On s’intéressera donc aux lieux bruxellois tels que représentés dans la littérature (au sens large du terme : textes fictionnels, poèmes, articles de presse, guides, lettres, etc.) dans le but de dégager une perception subjective de l’espace urbain, tout en documentant, voire en réévaluant, nos connaissances de la géographie de la ville à une époque donnée. Mais l’on travaillera également sur les pratiques urbaines des écrivains, leurs modes d’habiter et de vivre la ville. En considérant tant l’espace fictif que l’espace référentiel – et plus particulièrement le rapport mimétique qui les unit –, cette double approche, centrée sur l’écrivain dans la ville et/ou l’écriture de la ville nous permettra de mieux comprendre comment les écrivains écrivent l’espace, mais aussi comment, en retour, la perception de l’espace peut être affectée par les représentations littéraires.

Journée Textyles

Appel à contributions: dossier « Utopies et mondes possibles. Le récit d’anticipation en Belgique francophone »

Appel à contributions – 15 décembre 2013

Textyles. Revue des lettres belges de langue française (n°47, 2015)

« Utopies et mondes possibles. Le récit d’anticipation en Belgique francophone »

(dir. Valérie Stiénon)

Terre fertile en paralittératures, familière des littératures de l’imaginaire, la Belgique semble paradoxalement peu représentée dans la veine utopique. Si en France le récit d’anticipation moderne se constitue en prolongement, souvent négatif, de l’utopie narrative d’Ancien Régime, la situation est plus difficile à déterminer pour la Belgique, où cette écriture n’a pas acquis de véritable visibilité auctoriale ou éditoriale et paraît loin de constituer un genre autonome. On reconnaît plus volontiers à la littérature belge d’expression française ses particularités, tôt développées, dans les domaines du fantastique et de la science-fiction. Il s’agit assurément d’esthétiques voisines, mais il ne faudrait pas les confondre. Roger Bozzetto a insisté pour considérer le fantastique et la fiction spéculative comme « deux genres spécifiques avec des origines, des généalogies et des visées différentes »[1], tandis que Darko Suvin a proposé des critères distinguant l’utopie de la science-fiction[2]. Sous la désignation de « littérature utopique »[3] peuvent se regrouper des œuvres qui ont en commun les caractéristiques de la fiction prospective ou conjecturale associées à un traitement rationnel, généralement centré sur des préoccupations sociétales. Une telle définition repose à la fois sur des traits narratifs (cadre spatio-temporel d’anticipation), figuratifs (représentations de la collectivité humaine) et logiques (lien de vraisemblance entre monde fictif représenté et référence au réel). Ce numéro de la revue Textyles proposera un premier état des lieux de cette production hybride, disparate et peu considérée. Il associera, pour ce faire, des études de cas à une réflexion d’ensemble. Quatre orientations pourront être investiguées, ensemble ou séparément :

– étude thématique : existe-t-il des thèmes spécifiques à l’utopie belge ainsi entendue ? L’écriture du tableau urbain et la poétique des ruines au futur antérieur, bien représentées dans la production française, trouvent-elles leurs équivalentes en Belgique ? Se développe-t-il dans la production belge une inscription topographique et politique particulière, comme semble l’indiquer par exemple Le Siège de Bruxelles de Jacques Neirynck (1996) ? L’utopie s’oriente-t-elle, comme en France, vers un pessimiste dystopique, ce que pourraient confirmer les oeuvres de Jacques Sternberg, (Mai 86, 1978) et de Florian Houdart (Black-Out, 2009) développant une forme de catastrophisme prophétique qu’il reste à caractériser ? Quels aspects de l’imaginaire social ces fictions privilégient-elles, à l’instar de la précoce Mort de la Terre (1910) de Rosny Aîné, qui pose avec clairvoyance les questions écologique, démographique et atomique, ou à l’image du Species Technica (1981, publié en 2001) de Gilbert Hottois, qui explore la thématique des technosciences ?

– étude générique : quels sont les sous-genres investis par l’anticipation belge ? La question s’étend de l’anti-utopie au steampunk, en passant par l’uchronie revisitée récemment par Stéphane de Lobkowicz avec La reine Astrid n’est pas morte à Küssnacht (2011). Comment ces frontières génériques interfèrent-elles par ailleurs avec les esthétiques du merveilleux scientifique, de l’absurde, du surréalisme ou du réalisme magique manifesté notamment par un Franz Hellens dans son recueil Le dernier jour du monde (1967) ? La notion de « récit » sera entendue au sens le plus large pour mieux considérer la diversité des formes génériques susceptibles d’accueillir l’écriture d’anticipation : roman, nouvelle, conte, journal personnel, enquête fictive, entretien imaginaire, etc. Elle inclura volontiers la dimension visuelle propre à la bande dessinée. Que l’on pense à la série Les Cités obscures, conçue par François Schuiten et Benoît Peeters à partir de 1983, ou à certains albums de Blake et Mortimer (le « chronoscaphe » du Piège diabolique, 1960). Les traits définitoires du genre pourront aussi être déterminés par comparaison avec l’essai, le roman d’aventures, la littérature de voyage donnée comme authentique ou imaginaire et la littérature de jeunesse, représentée par exemple chez Philippe Ebly [Jacques Gouzou] avec Les Patrouilleurs de l’an 4003 (1984-86).

– étude sociologique : si les auteurs belges se sont rarement spécialisés dans le seul genre du récit d’anticipation, en revanche certaines structures éditoriales ont pu contribuer à la cohérence et au rayonnement de cette forme d’écriture en Belgique. En témoigne par exemple la revue spécialisée Anticipations, qui publie des fascicules sériels en petit format en 1945 et 1946. Pour déterminer les échanges internationaux et les effets de réseaux, il importe aussi de faire le départ entre les lieux d’édition spécifiquement belges (Marabout avant son intégration par Hachette ; La Concorde publiant à Bruxelles Le dernier couple de Roger-Henri Jacquart en 1945) et les réseaux étrangers investis occasionnellement par les auteurs belges, à l’exemple de la collection française « Anticipation » au Fleuve Noir, qui publie notamment le tandem Jean-Gaston Vandel [Jean Libert et Gaston Vandenpanhuyse] auteur de L’agonie des civilisés (1953). On pourra aussi s’interroger sur les modalités de collaboration des auteurs, sur les carrières d’écrivains et sur la composition des équipes éditoriales autour de la littérature d’anticipation.

– étude monographique : parallèlement au profil socio-littéraire de l’auteur et aux réseaux qui ont favorisé sa production, on pourra choisir d’étudier non pas les entours de l’oeuvre, mais l’oeuvre elle-même de manière intrinsèque, afin de la faire mieux connaître et de déterminer la part laissée à l’écriture particulière de l’utopie dans un parcours d’écriture, un projet créateur, une esthétique. Il s’agira alors de mettre en évidence des caractéristiques et des dominantes discursives ou stylistiques, mais aussi des évolutions, des emprunts, des influences qui fondent la dynamique d’un ou plusieurs texte(s) au regard de la littérature utopique. La question peut être posée pour tout auteur belge concerné. Songeons entre autres à Franz Hellens, Marcel Thiry (Échec au Temps, 1945), Alain Le Bussy, Henri Vernes et sa série des Bob Morane.

Ce numéro thématique de la revue Textyles poursuit deux objectifs complémentaires. D’une part, à travers des études de cas documentées, il entend mettre en évidence cette fraction particulière de la production belge pour proposer une première esquisse d’histoire littéraire s’étendant sur un peu plus d’un siècle, de Rosny Aîné (La Mort de la Terre, 1910) à Luc Delisse (2013 Année terminus, 2012). D’autre part, il vise à interroger, par une réflexion transversale analytique et comparative, les raisons de la faible visibilité et de la relative non-reconnaissance de la littérature utopique en Belgique francophone.

Les propositions de contributions (environ 500 mots) accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique sont à adresser à Valérie Stiénon (V.Stienon@ulg.ac.be) avant le 30 novembre 2013. La présélection sera communiquée aux auteurs pour le 15 décembre 2013. Les articles retenus seront à envoyer pour le 1er mai 2014. Ils feront l’objet d’une évaluation par le directeur du dossier et par le comité scientifique de la revue.


[1]Roger BOZZETTO, L’obscur objet d’un savoir. Fantastique et science-fiction : deux littératures de l’imaginaire, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1992, p. 13.

[2]Darko SUVIN, Pour une poétique de la science-fiction, Presses de l’Université du Québec, Montréal, 1977.

[3] Natacha VAS-DEYRES, Ces Français qui ont écrit demain. Utopie, anticipation et science-fiction au XXe siècle, Paris, Champion, 2012.