Appel à contributions pour un dossier de la revue Textyles sur l’animal dans les lettres belges (titre provisoire : « Bêtes de livres »)

Coordination : Paul Aron et Judyta Zbierska-Mościcka

La question du vivant – malmené, menacé, méconnu, et pourtant essentiel – s’impose de plus en plus urgemment et demande une réflexion susceptible de produire des manières de penser et d’agir qui sauraient entraver la dégradation de l’environnement naturel. Depuis un certain temps, le domaine de la recherche littéraire se voit, lui aussi, concerné. Des perspectives herméneutiques croisées prolifèrent, qui placent la lecture des œuvres dans des contextes allant de la philosophie aux sciences naturelles en passant par l’éthologie, l’écologie, la sociologie, la géographie, et la liste est loin d’être exhaustive. L’éco- et zoocritique ainsi que l’éco- et zoopoétique, développées aux États-Unis et en Angleterre à partir des années 1990, pénètrent aussi, non sans quelques résistances, dans le domaine français et francophone européen, et multiplient des questionnements qui permettent d’approcher la thématique environnementale de manières jusqu’ici inédites.

Nous désirons consacrer une prochaine livraison de Textyles à un des domaines de ce vaste champ d’études : la présence de l’animal dans la littérature belge francophone. Qu’il s’agisse de pister des lieux, formes et modalités de la rencontre homme-animal, d’explorer des relations interspécifiques, d’interroger l’impact de l’animal sur les manières de (se) penser ou celles de créer, ou encore de sonder la possibilité d’abandon de la perspective anthropocentrique – la recherche littéraire a de quoi alimenter sa réflexion.

La littérature belge est en effet habitée et traversée par des figures animales qui n’ont pas été jusqu’ici étudiées dans leur ensemble. Le dossier annoncé ne saura certes combler cette lacune, mais il apportera, nous l’espérons, des éléments de cadrage et des analyses particulières. Quelques noms d’auteurs s’imposent d’emblée : André-Marcel Adamek, Christine Van Acker, Caroline Lamarche, Véronique Bergen, Veronika Mabardi, Pascal Leclercq, Eugène Savitzkaya, Sandrine Willems. D’autres complètent, sans l’épuiser, cette première liste – Vera Feyder, Monique Watteau – ou, plus loin dans le temps, évidemment, Maurice Maeterlinck, Camille Lemonnier ou Marie Gevers.  

Plusieurs axes d’étude peuvent être envisagés dont nous donnons quelques exemples :

  • En quoi chausser les lunettes animalières change-t-il la lecture des œuvres? Ouvre-t-il à de nouvelles échelles de valeur? Crée-t-il des parcours de sens inédits ?
  • Quels mondes les bêtes fabriquent-elles ? quelle est notre place dans ces mondes ?
  • Qu’est-ce qui résulte pour nous de ces différents voisinages, croisements, enchevêtrements, coopérations, etc. qui constituent autant de modes de relations entre espèces ?
  • Comment les différentes présences animales (narrateurs, personnages) transforment-elles la structure des œuvres ? qu’est-ce qui découle de l’adoption du point de vue animal sur le plan de l’expérience humaine et sur celui de l’esthétique ?
  • Quelles altérités la figure animale permet-elle d’approcher ou de produire ?
  • Comment la thématique animalière informe-t-elle la langue d’écriture et le genre ? Crée-t-elle de nouveaux modèles narratifs ? y aurait-il un lien entre l’insécurité linguistique d’écrivains belges et l’« écrire animal » expérimentant/épousant l’altérité spécifique ?
  • Y-a-t-il des « bêtes belges », des animaux privilégiés ou particulièrement importants dans le corpus ?

Calendrier

En vue d’une livraison à paraître en 2024 :

  • Juin 2023 : envoi de propositions d’articles accompagnées d’une brève note bio-bibliographique. Les propositions sont à envoyer à Paul Aron (Paul.aron@ulb.be) et à Judyta Zbierska-Mościcka (j.zbierska-moscicka@uw.edu.pl).
  • Septembre 2023 : décision du comité scientifique de la revue
  • Novembre 2023 : envoi des articles dans leur version définitive.
  • Décembre 2023 : Évaluation des articles

Consignes de présentation

Voir : https://journals.openedition.org/textyles/2331

Bibliographie indicative (non exhaustive) :

  • ANR « Animots », et carnet de recherches. Voir le site : https://animots.hypotheses.org/contributions-en-ligne – 
  • J.-Ch. Bailly, « Les animaux conjuguent les verbes en silence », in : L’Esprit créateur, no 4 (Facing animals/Face aux bêtes), 2011, p. 106-114.
  • J.-Ch. Bailly, Le parti pris des animaux, Paris, Christian Bourgois éd., 2013.
  • J.-Ch. Bailly, Le versant animal, Montrouge, Bayard, 2018.
  • J. Derrida, L’animal que donc je suis, Paris, Galilée, 2006.
  • V. Despret, Habiter en oiseau, Arles, Actes Sud, 2019.
  • C. Füg-Pierreville, Cl. Lachet & G. Lavorel (dir.), Dictionnaire des animaux de la littérature française, tome I. Hôtes des airs et des eaux, Paris, Honoré Champion, 2015 ;  tome II. Hôtes de la terre, Paris, Honoré Champion, 2016. 
  • É. de Fontenay, Le silence des bêtes : la philosophie à l’épreuve de l’animalité, Paris, Fayard, 1998.
  • B. Morizot, Manières d’être vivant, Arles, Actes Sud, 2020.
  • P. Schoentjes, Nos regards se sont croisés. La scène de la rencontre avec un animal, Marseille, Le mot et le reste, 2022.
  • A. Simon, Une bête entre les lignes. Essai de zoopoétique, Marseille, Wildproject, 2021.
  • Zoopoétique. Des animaux en littérature moderne de langue française (dir. A. Benhaïm et A. Simon, avec la collab. de S. Valy), Revue des Sciences Humaines, no 4, 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search