Appel à contributions: « Penser la bibliothèque: bibliothèques d’écrivains et d’artistes belges (XIXe-XXIe siècles) »

Le présent appel à contributions concerne un numéro thématique de la revue des lettres belges de langue française, Textyles.                                                                                                                                                                       

 « […] on m’oubliera. En attendant, j’aurais écrit, aimé, bondi de surprise en surprise, et surtout lu, lu sans fin », déclare Caroline Lamarche, auteur belge, sur la page « varia » de son site officiel. Cet onglet, qui aurait pu être nommé « Cabinet de lecture » tel le collage réalisé par l’écrivain et affiché sur la même page, présente une série de citations tirées de divers ouvrages : Autobiographie de Thérèse d’Avila, Histoire d’une solitude de Milán Füst, Histoire de l’œil de Georges Bataille, et bien d’autres. Alors que la personne même de l’écrivain, selon Lamarche, sera finalement oubliée après « avoir été fauchée par le néant » – pour paraphraser cette dernière –, cette liste de lectures perdurera et nous rappellera que « l’écrivain mort, l’ensemble de ses livres parle encore » (Valéry). Ainsi, en dévoilant une partie de son horizon de lecture, Lamarche révèle le terreau de ses idées et de sa création littéraire, un rapport ontologique s’établissant entre elle et sa bibliothèque.

Selon cette perspective, il est possible d’envisager la bibliothèque comme un terrain de recherche pertinent pour ses dimensions intellectuelle et herméneutique, tant dans le champ littéraire qu’artistique. Les ouvrages, aujourd’hui de référence, Bibliothèques d’écrivains, dirigé par Paolo D’Iorio et Daniel Ferrer (CNRS éd., 2001) et Les Bibliothèques d’artistes (XXe-XXIe siècles), dirigé par Françoise Levaillant, Dario Gamboni et Jean-Roch Bouiller (Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, 2010), ainsi que le projet « Bibliothèques d’artistes », lancé en 2017 et dirigé par Ségolène Le Men, sont autant de signes de cette nouvelle mise en évidence de la bibliothèque comme ressource pour les études littéraires et artistiques.

L’exemple de Lamarche éclaire à propos la problématique que nous nous proposons d’aborder dans ce numéro de la revue Textyles consacré aux bibliothèques d’écrivains et d’artistes (plasticiens, architectes, musiciens) belges, du XIXe siècle à nos jours. Comparé aux bibliothèques d’écrivains et d’artistes français qui ont déjà mené à divers projets de recherche, le champ des bibliothèques belges n’a été encore que peu investigué. Pourtant, la conservation de bibliothèques d’écrivains et d’artistes belges dans diverses institutions (Ghelderode à l’Université libre de Bruxelles, Bauchau à l’Université Catholique de Louvain, Lemonnier au Musée Camille Lemonnier, etc.) et la publication de quelques inventaires (voir Bibliographie indicative ci-dessous) révèlent un terrain de recherche prometteur. Afin d’engager le mouvement, le présent numéro invite à penser la bibliothèque selon une perspective à la fois méthodologique, théorique et pratique, à travers quatre axes de réflexion, susceptibles de se croiser et qui n’en excluent pas d’autres :

  • Premièrement, la bibliothèque peut être considérée comme un dispositif régissant le rapport à la culture (S. Lojkine, 2007) et mettant au jour les réseaux intellectuels qui caractérisent l’horizon culturel de son propriétaire ; ce qui invite à s’intéresser, entre autres, aux questions de conservation et d’inventaire de la bibliothèque matérielle (celle qui subsiste matériellement), de reconstitution de la bibliothèque virtuelle (ensemble de tous les livres lus par l’écrivain/l’artiste), d’analyse de la culture lettrée et de la dynamique intellectuelle du propriétaire, des réseaux de pensée qui traversent la bibliothèque.
  • Deuxièmement, comme l’ont souligné les généticiens Paolo D’Iorio et Daniel Ferrer, la bibliothèque participe à la genèse des œuvres : cette dernière en est une composante à la fois intellectuelle et matérielle, tant pour l’artiste (par exemple, en tant qu’iconothèque) que pour l’écrivain. Dans cette perspective, nous nous intéresserons notamment à l’étude des traces de lecture, internes et externes aux volumes de la bibliothèque et à leur influence sur l’œuvre de leurs propriétaires (annotations dans les marges, carnet de notes, brouillons, épreuves, etc.).
  • Troisièmement, si elle peut être appréhendée par le biais de son contenu, la bibliothèque, comme pièce à part entière du domicile ou comme meuble particulier du cabinet de travail ou de l’atelier, peut l’être aussi par le biais de sa physionomie et de son agencement qui renseignent sur les modalités selon lesquelles s’établit le dialogue entre le lecteur et les livres. Dans la lignée des études menées sur les maisons et ateliers d’artistes et d’écrivains, il s’agit de traiter l’un des éléments constitutifs de cette « métaphore de l’univers mental du créateur » (Gribenski, Meyer et Solange, 2007 : 10).
  • Quatrièmement, nous nous intéresserons à la représentation de la bibliothèque, en littérature comme dans les arts visuels : comment la bibliothèque, dans la matérialité de son agencement et la virtualité de ses lectures et de son catalogue, est-elle représentée par l’artiste ou l’écrivain ; quels sont les enjeux d’une telle figuration artistique ou littéraire pour son auteur et pour son œuvre ? Cet axe amène aussi à penser les bibliothèques imaginaires dont est peuplée la littérature, celles dont les livres n’ont jamais eu d’autre existence que fictionnelle, ou celles qui n’ont jamais connu de véritable concrétisation malgré des livres, eux, bien réels.

Ce numéro sera donc l’occasion, selon une perspective interdisciplinaire croisant arts et littérature, de penser la bibliothèque dans le champ belge et, par là même, peut-être, de réveiller quelques fonds endormis.

Les propositions, de 500 mots maximum, sont à envoyer pour le 3 février 2020 aux adresses suivantes : medemont@ulb.ac.be et laurence.brogniez@ulb.ac.be.

Bibliographie indicative

Art Andrée et Fayt René, Inventaire de la bibliothèque de Max Elskamp léguée à l’Université libre de Bruxelles, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1973.

Bivort Olivier, « Les bibliothèques de Verhaeren. À propos d’un inventaire », Textyles, n° 15, 1999, p. 189-194.

Detemmerman Jacques et Fayt René, Inventaire de la bibliothèque de Michel de Ghelderode léguée à l’Université Libre de Bruxelles, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1983.

D’Iorio Paolo et Ferrer Daniel (dir.), Bibliothèques d’écrivains, Paris, CNRS éd., 2001.

La Bibliothèque des textes fantômes, Fabula LHT, novembre 2014, n°13. URL : https://www.fabula.org/lht/13/.

Le Men Ségolène, « Les bibliothèques d’artistes : une ressource pour l’histoire de l’art », Perspective, n° 2, 2016, mis en ligne le 30 juin 2017. URL : http://perspective.revues.org/6872.

Mayaux Catherine, « Le fonds extrême-oriental de la bibliothèque de trois poètes : Paul Claudel, Saint-John Perse, Henry Bauchau », dans Belin Olivier, Mayaux Catherine et Verdure-Mary Anne (dir.), Bibliothèques d’écrivains. Lecture et création, histoire et transmission, Turin, Rosenberg & Sellier, « Biblioteca di Studi Francesi », 2019.

Levaillant Françoise, Gamboni Dario et Bouiller Jean-Roch (dir.), Les Bibliothèques d’artistes (XXe-XXIe siècles), Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, 2010.

Lojkine Stéphane, « La bibliothèque comme dispositif. La non-lecture selon P. Bayard », Acta fabula, vol. 8, n° 2, mars-avril 2007. URL : http://www.fabula.org/acta/document2983.php.

Mahieu Stéphane, La Bibliothèque invisible. Catalogue des livres imaginaires, Paris, Éditions du Sandre, 2014.

Milon Alain et Perelman Marc (dir.), Le livre et ses espaces, Nanterre, Presses Universitaires de Paris X, 2007.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.