Journée d’étude: « Présence et absence de Marcel Lecomte »

La prochaine journée d’étude de la revue Textyles aura lieu le 19 novembre 2016, de 10 à 18h, à l’Université Libre de Bruxelles.

Contact: Paul Aron – paron@ulb.ac.be

affiche-lecomte

Programme:

10h00-12h30 :

Accueil des participants
Paul Aron : Marcel Lecomte et le surréalisme, revue Réponse
Marie Godet : Lecomte et le « groupe de Magritte » de l’avant à l’après Seconde Guerre mondiale
Jacques Carion : La lenteur et ses effets : Michaux, Lecomte, Desmeth
Philippe Dewolf : Amis comme clef et serrure : la correspondance avec Jean Paulhan
Gérald Purnelle : Vis-à-vis  de Franz Hellens, dans l’histoire du poème en prose

14h00-17h00 :

François Félix : Les chroniques de la Lanterne
Antonio Moyano : Quand Marcel Lecomte parlait de l’Espagne
Jacques Aron : Les traductions de Constantin Brunner : recherche d’un travail alimentaire ou affinités ?
Linda Dewolf : Les traductions de Franz Kafka, les réserves de Bernard Groethuysen
Judith Pollet : La science et l’espace : un point sensible
Gwendoline Morán-Debraine : Le visible et l’invisible

17h00-17h45 :

Débat et conclusions

Appel à contributions, revue Francofonia. Dossier « Kalisky l’intempestif ? »

Appel à contributions – 15 janvier 2016

Francofonia, n°71, automne 2016. Dossier « Kalisky l’intempestif? Relectures contemporaines d’une œuvre du XXe siècle ».

Numéro coordonné par Aurélia Kalisky et Agnese Silvestri

Brusquement interrompue par sa disparition en 1981, l’œuvre du dramaturge belge d’origine juive polonaise René Kalisky (1936-1981) se concentre presque entièrement sur la décennie 1970-80. Depuis, elle semble avoir acquis un statut paradoxal. Qualifiée par certains critiques d’« incontournable » au sein de la production théâtrale francophone (M. Quaghebeur), elle reste cependant relativement peu étudiée, et rares sont les pièces qui ont été montées depuis les années 1980. Continuer la lecture de Appel à contributions, revue Francofonia. Dossier « Kalisky l’intempestif ? »

Appel à contributions. Dossier « État de la recherche en littérature belge »

Appel à contributions – 30 septembre 2015

Textyles, revue des lettres belges de langue française

Dossier « Etat de la recherche en littérature belge »

 

La revue des lettres belges de langue française Textyles lance un appel à varias pour un prochain numéro qui se propose de dresser un état des lieux de la recherche actuelle dans le domaine de la littérature belge. Tous types de sujets et d’approches sont les bienvenus. Ce numéro sera également ouvert aux confrontations entre corpus belge et corpus étrangers et aux études interdisciplinaires. Nous attendons des articles d’une longueur moyenne de 30-35 000 signes, éventuellement accompagnés d’illustrations (libres de droits). Continuer la lecture de Appel à contributions. Dossier « État de la recherche en littérature belge »

Appel à contributions: dossier « La lettre et ses usages dans le champ francophone belge »

Appel à contributions – 11 janvier 2015

Textyles. Revue des lettres belges de langue française (http://textyles.revues.org/)

Dossier La lettre et ses usages dans le champ francophone belge

Coordonné par Jean-François Plamondon

 

La revue Textyles invite les chercheurs qui étudient l’épistolaire à proposer un article pour son numéro à paraître en 2015 sur le thème de la lettre et ses usages dans la littérature belge de langue française. Si le phénomène de la correspondance, de l’épistolaire ou l’écriture de la lettre a fait l’objet d’études ponctuelles, peu de travaux académiques se sont arrêtés au champ littéraire belge comme terrain d’investigation. Nous proposons de pallier cette lacune avec ce numéro que nous souhaitons aussi riche que diversifié. Continuer la lecture de Appel à contributions: dossier « La lettre et ses usages dans le champ francophone belge »

Annonce: Prochaine journée d’étude de la revue Textyles: « De l’écrit à la scène » (ULB, Maison des Arts, 14 novembre 2014)

Journée d’étude

De l’écrit à la scène

Textyles, revue des lettres belges de langue française (http://textyles.revues.org/)

 

 

14 novembre 2014, 9h30-17h30

Maison des Arts (ULB)

 

Coordonné par Catherine Bouko (ULB) et Karel Vanhaesebrouck (ULB)

 

 

Depuis la fin du siècle dernier (et même bien avant), on a pu observer une mise en crise systématique du texte théâtral, voire de l’idée du répertoire tout court. Le texte a non seulement perdu sa position centrale en tant que yin et yang de la pratique culturelle qu’on appelle en occident le « théâtre », mais, de plus en plus, les metteurs en scène et les auteurs semblent également ressentir la nécessité de (faire) ré-écrire les textes, qu’il s’agisse de romans, d’autres textes de théâtre ou, plus rarement, de poésie. Le théâtre postmoderne a introduit la mise en crise de l’idée même du récit tout en continuant à insister sur sa propre spécificité médiale. La pratique de la « ré-écriture » s’inscrit dans ce développement où l’adaptation ne se limite plus à la simple transposition d’une structure narrative d’un médium (le texte) à un autre (la scène), mais où elle se veut un véritable travail de « re-création ». Au-delà de la question de l’adaptation du texte à la scène, cette journée d’étude se veut une analyse exploratoire de ce texte intermédiaire, au statut étrange et fondamentalement provisoire, sans finalité ou déterminisme établis.

Les différents intervenants s’axeront particulièrement sur la réécriture comme objet, plutôt que sur les questions d’adaptation, d’inspiration ou de réappropriation. Nous voudrions ainsi mieux comprendre la spécificité de ce texte intermédiaire (publié ou non), entre le texte-source et la mise en spectacle, entre écriture (narrative ou non) et démonstration théâtrale, et donc la ré-écriture comme concept opératoire pour réfléchir au statut de l’écriture théâtrale contemporaine. Les analyses devraient mener à une meilleure compréhension de la place de certains textes dans le champ belge et stimuler la réflexion autour du statut du « répertoire » théâtral en Belgique francophone et ailleurs. Cette journée d’étude souhaite donc explorer les ré-écritures de textes belges (et autres) pour le théâtre, soit les ré-écritures effectuées par des auteurs, dramaturges ou metteurs en scène belges.

Programme

 

9h30               Nancy Delhalle (Université de Liège) – Introduction

10h                 Benoît Hennaut (Université Libre de Bruxelles & EHESS) – Réécrire en scène : de l’appropriation au supplément

10h30             Marie-Line Zucchiatti (Université de Bologne) – La traduction pour la scène contemporaine : une autre ré-écriture théâtrale.

11h30             Esther Gouarné (Université de Rouen) – La réécriture : une étape intermédiaire entre le texte postdramatique et le théâtre performantiel.

12h                 Sabine Hillen (Vrije Universiteit Brussel / Universiteit Antweroen) – La matière mise en scène : Delvaux lecteur de Yourcenar

14h                 Karolina Svobodova (Université Libre de Bruxelles)- Pratique de réécriture(s) chez Selma Alaoui : à la recherche d’une dénomination adéquate

14h30             Maëline Le Lay (CNRS / Université de Bordeaux) – La ré-écriture de témoignages du Congo chez David Van Reybrouck et Lorent Wanson

15h00             Catherine Bouko (Université Libre de Bruxelles) Hitchcock et Shelley dans le théâtre de Claude Schmitz

16h00             Karel Vanhaesebrouck (Université Libre de Bruxelles) – Les ré-écritures de Shakespeare par Jean-Marie Piemme.

16h30                 Jean-Marie Piemme (auteur) – Ecrire dans la trace.

Lieu:

Université Libre de Bruxelles

Campus Solbosch

Maison des Arts

Avenue Jeanne 56

1050 Bruxelles

http://www.ulb.ac.be/campus/solbosch/plan.html

Contact :

Catherine.bouko@ulb.ac.be

Karel.Vanhaesebrouck@ulb.ac.be

ULB Spectacle vivant: http://spectviv.ulb.ac.be et www.facebook.com/ULBSpectViv

Annonce: Exposition « En route! Sur les traces des artistes belges en voyage » (Namur, Musée Rops)

« Le Magyare a encore une fois besoin d’air & des grands infinis. Je crèverais à Paris ! Je reviendrai calmé. », écrit Félicien Rops la  veille d’un départ ; lui qui s’est inventé des ascendances hongroises et espagnoles, abusant ses premiers biographes qui crurent à cette légende… En train, en bateau, en diligence, à dos d’âne ou à pied, Rops comme beaucoup d’autres artistes parcourt l’Europe et les États-Unis à partir de 1870. « Je me sens tourner en prix de Rome » ironise l’artiste namurois pour décrier cette reconnaissance officielle qui assurait à une série d’artistes un séjour tous frais payés en Italie. C’est à partir de ces voyages de formation et d’étude que débute l’exposition : Navez, Wiertz, Portaels. Rapidement, les artistes vont s’éloigner de l’épicentre de l’académisme romain pour se rendre en Espagne puis en Afrique du Nord ou en Inde : Evenepoel, Van Rysselberghe, Meunier, Robie, etc.
À partir de 1880, autodidactes ou dessinateurs confirmés en quête d’exotisme et d’aventures se lancent à la découverte de l’Afrique noire : Callewaert, Hens, Dardenne, etc. s’apparentent à des anthropologues de la première heure. Dans l’entre-deux guerres, les artistes belges au Congo évoluent vers une vision plus synthétique (Allard l’Olivier, de Vaucleroy).
De ces séjours à l’étranger, chaque artiste va ramener des croquis qu’il consigne dans des carnets, des impressions qu’il partage dans des missives, des livres ou des articles. Pour certains d’entre eux, la photographie sert de support à la création. Le temps du voyage se prolonge ensuite dans l’atelier, une fois l’artiste rentré dans ses pénates. La découverte d’autres horizons est envisagée comme le laboratoire d’oeuvres où s’essaient de nouvelles techniques, où s’élaborent de nouveaux gestes, où surgissent de nouveaux sujets pour l’artiste.
L’exposition fait dialoguer tableaux, dessins, esquisses, pochades, photographies et carnets de voyage, lettres et autres écrits. Organisée par destinations, l’exposition favorise quatre grands ensembles : les voyages de Félicien Rops ; l’Italie, l’Espagne et l’Orient ; le Congo et enfin les dessinateurs de BD contemporaine, qui poursuivent aujourd’hui, à leur manière, cette tradition viatique en faisant dialoguer, entre carnets et planches, écrits et images. De Heyn, Goblet et Löwenthal, trois artistes actuels, invitent le visiteur à pénétrer dans leurs « ateliers du voyage ».

Artistes exposés : Allard l’Olivier, Callewaert, Dardenne, de Vaucleroy, de Witte, Evenepoel, Gilson, Heintz, Hens, Huysmans, Manduau, Meunier, Moreels, Navez, Portaels, Robert, Robie, Rops, Schmalzigaug, Stroobant, Tercafs, Van Engelen, Van Rysselberghe, Van Strydonck, Wauters, Wiertz et les artistes contemporains : De Heyn, Goblet et Löwenthal.

Télécharger l’affiche de l’exposition

Télécharger le dépliant de l’exposition

Appel à contributions : Journée d’étude « De l’écrit à la scène »

 

Appel à contributions

Textyles, revue des lettres belges de langue française (http://textyles.revues.org/)

 

Journée d’étude De l’écrit à la scène

 

Coordonné par Catherine Bouko (ULB) et Karel Vanhaesebrouck (ULB)

 

Depuis la fin du siècle dernier (et même bien avant), on a pu observer une mise en crise systématique du texte théâtral, voire de l’idée du répertoire tout court. Le texte a non seulement perdu sa position centrale en tant que yin et yang de la pratique culturelle qu’on appelle en occident le « théâtre », mais, de plus en plus, les metteurs en scène et les auteurs semblent également ressentir la nécessité de (faire) ré-écrire les textes, qu’il s’agisse de romans, d’autres textes de théâtre ou, plus rarement, de poésie. Le théâtre postmoderne a introduit la mise en crise de l’idée même du récit tout en continuant à insister sur sa propre spécificité médiale. La pratique de la « ré-écriture » s’inscrit dans ce développement où l’adaptation ne se limite plus à la simple transposition d’une structure narrative d’un médium (le texte) à un autre (la scène), mais où elle se veut un véritable travail de « re-création ».

Au-delà de la question de l’adaptation du texte à la scène, la journée se veut une analyse exploratoire de ce texte intermédiaire, au statut étrange et fondamentalement provisoire, sans finalité ou déterminisme établis.

La pratique de la ré-écriture s’inscrit dans un des débats-clés de ces dernières décennies : la spécificité médiale, qui semble hanter toutes les théories de l’adaptation et qui se heurte de manière perpétuelle à l’hybridation des pratiques culturelles postmodernes. En effet, elle est bien plus qu’une simple question de forme ou de support et gagnerait à être considérée comme une véritable pratique culturelle qui permet de repenser son propre fonctionnement. Longtemps, la relation entre le texte et la scène a été étudiée sous un angle explicitement narratif, l’idée étant que le récit du texte (et non, par exemple, sa matérialité performative) faciliterait le passage de l’écrit à la scène. Cette idée allait de pair avec une croyance presque absolue dans la nature autonome et donc isolable de cette dimension narrative (il suffirait d’isoler la trame narrative du texte-source pour la transposer). Cette hégémonie réductrice de la narration et du narrateur est aujourd’hui fortement contestée, tant au niveau théorique qu’au niveau pratique, entre autres par Hans-Thies Lehmann dont le livre Le Théâtre postdramatique alimente les débats autour du théâtre contemporain depuis une vingtaine d’années. Cependant, on pourrait également défendre le point de vue historiographique que cette mise en crise ne constitue pas un moment de rupture inaugurale, mais qu’elle est l’aboutissement d’un mouvement décrit, entre autres, par Bernard Dort, qui réfère à l’ « émancipation de la représentation » et qui faisait du fameux « faire théâtre du tout » d’Antoine Vitez l’aboutissement de ce mouvement. Plutôt qu’une disparition du texte (comme on interprète trop souvent – à tort – l’idée du postdramatique), l’idée de la ré-écriture nous permet ainsi de mieux cerner la transformation d’un théâtre du texte à un théâtre de texte (pour reprendre une distinction de M. Corvin), un théâtre où le texte est un matériau pour la scène plus qu’une œuvre en soi, à représenter.

Dès lors, les propositions de communication pourront s’articuler autour des questions suivantes :

–    Les enjeux de la réécriture : pourquoi réécrire ? Quels sont les nécessités et enjeux dramaturgiques qui poussent à la réécriture, au risque de subir des accusations de réduction ou de détournement ? Quelles sont les limites de la pratique de la réécriture ? En quoi ces pratiques nous permettent-elles de mieux saisir la dramaturgie contemporaine ? Quelles sont les idéologies de ces réécritures ?

–    La nature du texte réécrit : en quoi ce texte est-il provisoire ? S’agit-il d’une étape de l’œuvre ou au contraire d’un processus en constante mutation? Comprend-il un contenu spécifique ? Quelles sont les caractéristiques génériques et formelles de ces textes (y compris les carnets d’écriture, visuels ou non) ?

–    Le rapport entre le texte réécrit et le spectacle : comment les caractéristiques de ce texte  programment-elles sa mise en spectacle ? L’un des enjeux de ce texte interstitiel serait-il de stimuler l’intégration d’éléments imprévus ou, au contraire, de programmer la séance théâtrale dans ses moindres détails ?

–    Le statut de l’auteur du texte réécrit : qui est l’auteur d’un tel texte ? Quelle position adopte-t-il envers les versions précédentes ?

–    Le statut du texte réécrit : quel est le statut d’un tel texte interstitiel, publié ou non ?

La journée d’études s’axera particulièrement sur la réécriture comme objet, plutôt que sur les questions d’adaptation, d’inspiration ou de réappropriation. Nous voudrions mieux comprendre la spécificité de ce texte intermédiaire (publié ou non), entre le texte-source et la mise en spectacle, entre écriture (narrative ou non) et démonstration théâtrale, et donc la ré-écriture comme concept opératoire pour réfléchir au statut de l’écriture théâtrale contemporaine. Les analyses devraient mener à une meilleure compréhension de la place de certains textes dans le champ belge et stimuler la réflexion autour du statut du « répertoire » théâtral en Belgique francophone et ailleurs. Cette journée d’étude souhaite donc explorer les ré-écritures de textes belges pour le théâtre, soit les ré-écritures effectuées par des auteurs, dramaturges ou metteurs en scène belges. Cependant, des éclairages théoriques sur la question à partir d’œuvres non belges sont également bienvenus.

Les propositions de communication sont à adresser aux organisateurs avant le 15 juin 2014. La journée d’étude aura lieu le 14 novembre 2014 à la Maison des Arts de l’ULB.

Contact :

Catherine.bouko@ulb.ac.be

Karel.Vanhaesebrouck@ulb.ac.be

Annonce: Colloque belgo-franco-russe à l’Université catholique de Louvain: Phénomènes de circulation littéraire entre la Belgique, la France et la Russie (1870-1940)

Affiche pour diffusion

Télécharger le programme de l’événement


Comité organisateur du colloque
Karine Alavardian, Professeure, Université Libre de Bruxelles
Laurent Béghin, Chargé de cours, Institut Libre Marie Haps
Svetlana Cecovic, Assistante de Recherche FSR, Université catholique de Louvain
Anne Ducrey, Maître de Conférences, Université Paris IV Sorbonne
Elena Galtsova, Professeur à l’Université d’État des Sciences
Humaines de Russie (RGGU-RSUH, Moscou), Directeur de recherches à l’Institut de littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie (IMLI RAN)
Pierre Piret, Professeur ordinaire, Université catholique de Louvain
Hubert Roland, Maître de Recherches F.R.S.-FNRS et professeur, Université catholique de Louvain

Comité scientifique
Paul Aron, Directeur de recherches du F.R.S.-FNRS et professeur à l’Université Libre de Bruxelles
Lieven D’Hulst, Professeur ordinaire, KULeuven (campus Courtrai)
Claude De Greve, Professeur émérite, Paris X-Nanterre
Michel Espagne, Directeur de recherches au CNRS, École Normale Supérieure
François Provenzano, Chargé de cours, Université de Liège
Reine Meylaert, Professeure, Directrice du Centre for Translation Studies, KULeuven
Blaise Wilfert, Maître de Conférences à l’École Normale Supérieure & chercheur à l’IHMC

Appel à contributions: dossier « Géographie et littérature »

Appel à contributions – 31 mars 2014

Textyles. Revue des lettres belges de langue française (http://textyles.revues.org/)

Dossier Géographie et littérature

Coordonné par Paul Aron et Laurence Brogniez

Depuis quelques années, on peut noter une nouvelle focalisation des études littéraires sur les questions de spatialité. Cet intérêt s’inscrit dans la continuité d’un « spatial turn » qui a profondément bouleversé les sciences humaines – l’histoire au premier plan, l’histoire de l’art (ARTL@S: http://www.artlas.ens.fr) et l’histoire littéraire (Ein literarischer Atlas Europas : http://www.literaturatlas.eu) beaucoup plus récemment.

Dans un mouvement similaire, la géographie a, de son côté, donné une place plus importante, dans ses préoccupations, aux dimensions historique, sociale et culturelle. En témoignent les travaux de nombreux géographes qui ont mis la littérature au cœur de leur questionnement, comme Bertrand Levy (Université de Genève), par exemple, avec son projet GeoLit « Géographie urbaine et littérature : mythe, image et expérience des métropoles » (http://unige.academia.edu/BertrandLevy).

Nous souhaitons éditer une livraison de Textyles à la convergence de ces deux disciplines. On fera ainsi se rencontrer (1) une approche géographique de la vie littéraire et (2) une approche littéraire de la géographie. Cette rencontre permettra d’envisager notamment (a) la littérature comme expression d’une relation subjective, affective et symbolique à l’espace, (b) les espaces référentiels ou imaginaires représentés dans les textes et (c) l’organisation spatiale de la vie littéraire et artistique.

Paris, Londres ou Berlin ayant une forte présence littéraire, elles ont déjà fait l’objet de ce type d’approches. Bruxelles (comme les autres villes belges) demeure un territoire qui reste encore largement à explorer, peut-être parce que la relation des écrivains à l’espace urbain est plus problématique dans cette « petite métropole » que dans d’autres capitales.

On s’intéressera donc aux lieux tels que représentés dans la littérature (au sens large du terme : textes fictionnels, poèmes, articles de presse, guides, lettres, etc.) dans le but de dégager une perception subjective de l’espace urbain, tout en documentant, voire en réévaluant, nos connaissances de la géographie de la ville à une époque donnée. Mais l’on travaillera également sur les pratiques urbaines des écrivains, leurs modes d’habiter et de vivre la ville. En considérant tant l’espace fictif que l’espace référentiel – et plus particulièrement le rapport mimétique qui les unit –, cette double approche, centrée sur l’écrivain dans la ville et/ou l’écriture de la ville nous permettra de mieux comprendre comment les écrivains écrivent l’espace, mais aussi comment, en retour, la perception de l’espace peut être affectée par les représentations littéraires.

Le présent appel à communication s’adresse donc à tous ceux qui veulent participer à une appréhension géographique des villes en relation avec le monde littéraire. Le projet est ouvert à tous les espaces urbains en Belgique, mais il importe de ne pas saisir le « géographique » comme une simple métaphore de l’espace, afin d’ancrer la recherche dans une saisie concrète de l’espace. Cartes et schémas sont bienvenus.

Les propositions de communication sont à adresser aux éditeurs avant le 31 mars 2014. Les textes, env. 25000 signes au maximum, sont attendus en juin 2014, pour parution à l’automne.

Paul Aron : paron@ulb.ac.be

Laurence Brogniez :  lbrognie@ulb.ac.be

Prochaine journée d’étude de la revue Textyles: « Bruxelles, une géographie littéraire » (ULB, Maison des Arts, 25 octobre 2013)

Depuis quelques années, on peut noter une nouvelle focalisation des études sur l’inscription de la littérature dans l’espace et/ou sur la représentation des lieux dans les textes littéraires. Cet intérêt, récent dans le domaine des lettres, s’inscrit dans la continuité du « tournant spatial », qui a profondément bouleversé les sciences humaines – l’histoire au premier plan, l’histoire de l’art beaucoup plus récemment.
Dans un mouvement similaire, la géographie a, de son côté, donné une place plus importante, dans ses préoccupations, aux dimensions historique, sociale et culturelle. En témoignent les travaux de nombreux géographes qui ont mis la littérature au cœur de leur questionnement, comme Bertrand Levy (Université de Genève), par exemple, avec son projet GeoLit « Géographie urbaine et littérature : mythe, image et expérience des métropoles ».
Nous souhaiterions placer notre journée d’études à la convergence de ces deux disciplines dont les approches peuvent s’avérer complémentaires, en considérant, du point de vue géographique, la littérature comme expression d’une relation subjective, affective et symbolique à l’espace et, du point de vue littéraire, en envisageant avec une attention nouvelle les espaces où se déploie l’écriture et les espaces qui se déploient dans l’écriture.
Si Paris, Londres ou Berlin ont déjà fait l’objet de ce type d’approches, Bruxelles (comme les autres villes belges) reste un territoire qui reste encore largement à explorer, la relation des écrivains à l’espace urbain s’avérant peut-être plus problématique dans cette « petite métropole » que dans d’autres capitales.
On s’intéressera donc aux lieux bruxellois tels que représentés dans la littérature (au sens large du terme : textes fictionnels, poèmes, articles de presse, guides, lettres, etc.) dans le but de dégager une perception subjective de l’espace urbain, tout en documentant, voire en réévaluant, nos connaissances de la géographie de la ville à une époque donnée. Mais l’on travaillera également sur les pratiques urbaines des écrivains, leurs modes d’habiter et de vivre la ville. En considérant tant l’espace fictif que l’espace référentiel – et plus particulièrement le rapport mimétique qui les unit –, cette double approche, centrée sur l’écrivain dans la ville et/ou l’écriture de la ville nous permettra de mieux comprendre comment les écrivains écrivent l’espace, mais aussi comment, en retour, la perception de l’espace peut être affectée par les représentations littéraires.

Journée Textyles

Appel à contributions: dossier « Utopies et mondes possibles. Le récit d’anticipation en Belgique francophone »

Appel à contributions – 15 décembre 2013

Textyles. Revue des lettres belges de langue française (n°47, 2015)

« Utopies et mondes possibles. Le récit d’anticipation en Belgique francophone »

(dir. Valérie Stiénon)

Terre fertile en paralittératures, familière des littératures de l’imaginaire, la Belgique semble paradoxalement peu représentée dans la veine utopique. Si en France le récit d’anticipation moderne se constitue en prolongement, souvent négatif, de l’utopie narrative d’Ancien Régime, la situation est plus difficile à déterminer pour la Belgique, où cette écriture n’a pas acquis de véritable visibilité auctoriale ou éditoriale et paraît loin de constituer un genre autonome. On reconnaît plus volontiers à la littérature belge d’expression française ses particularités, tôt développées, dans les domaines du fantastique et de la science-fiction. Il s’agit assurément d’esthétiques voisines, mais il ne faudrait pas les confondre. Roger Bozzetto a insisté pour considérer le fantastique et la fiction spéculative comme « deux genres spécifiques avec des origines, des généalogies et des visées différentes »[1], tandis que Darko Suvin a proposé des critères distinguant l’utopie de la science-fiction[2]. Sous la désignation de « littérature utopique »[3] peuvent se regrouper des œuvres qui ont en commun les caractéristiques de la fiction prospective ou conjecturale associées à un traitement rationnel, généralement centré sur des préoccupations sociétales. Une telle définition repose à la fois sur des traits narratifs (cadre spatio-temporel d’anticipation), figuratifs (représentations de la collectivité humaine) et logiques (lien de vraisemblance entre monde fictif représenté et référence au réel). Ce numéro de la revue Textyles proposera un premier état des lieux de cette production hybride, disparate et peu considérée. Il associera, pour ce faire, des études de cas à une réflexion d’ensemble. Quatre orientations pourront être investiguées, ensemble ou séparément :

– étude thématique : existe-t-il des thèmes spécifiques à l’utopie belge ainsi entendue ? L’écriture du tableau urbain et la poétique des ruines au futur antérieur, bien représentées dans la production française, trouvent-elles leurs équivalentes en Belgique ? Se développe-t-il dans la production belge une inscription topographique et politique particulière, comme semble l’indiquer par exemple Le Siège de Bruxelles de Jacques Neirynck (1996) ? L’utopie s’oriente-t-elle, comme en France, vers un pessimiste dystopique, ce que pourraient confirmer les oeuvres de Jacques Sternberg, (Mai 86, 1978) et de Florian Houdart (Black-Out, 2009) développant une forme de catastrophisme prophétique qu’il reste à caractériser ? Quels aspects de l’imaginaire social ces fictions privilégient-elles, à l’instar de la précoce Mort de la Terre (1910) de Rosny Aîné, qui pose avec clairvoyance les questions écologique, démographique et atomique, ou à l’image du Species Technica (1981, publié en 2001) de Gilbert Hottois, qui explore la thématique des technosciences ?

– étude générique : quels sont les sous-genres investis par l’anticipation belge ? La question s’étend de l’anti-utopie au steampunk, en passant par l’uchronie revisitée récemment par Stéphane de Lobkowicz avec La reine Astrid n’est pas morte à Küssnacht (2011). Comment ces frontières génériques interfèrent-elles par ailleurs avec les esthétiques du merveilleux scientifique, de l’absurde, du surréalisme ou du réalisme magique manifesté notamment par un Franz Hellens dans son recueil Le dernier jour du monde (1967) ? La notion de « récit » sera entendue au sens le plus large pour mieux considérer la diversité des formes génériques susceptibles d’accueillir l’écriture d’anticipation : roman, nouvelle, conte, journal personnel, enquête fictive, entretien imaginaire, etc. Elle inclura volontiers la dimension visuelle propre à la bande dessinée. Que l’on pense à la série Les Cités obscures, conçue par François Schuiten et Benoît Peeters à partir de 1983, ou à certains albums de Blake et Mortimer (le « chronoscaphe » du Piège diabolique, 1960). Les traits définitoires du genre pourront aussi être déterminés par comparaison avec l’essai, le roman d’aventures, la littérature de voyage donnée comme authentique ou imaginaire et la littérature de jeunesse, représentée par exemple chez Philippe Ebly [Jacques Gouzou] avec Les Patrouilleurs de l’an 4003 (1984-86).

– étude sociologique : si les auteurs belges se sont rarement spécialisés dans le seul genre du récit d’anticipation, en revanche certaines structures éditoriales ont pu contribuer à la cohérence et au rayonnement de cette forme d’écriture en Belgique. En témoigne par exemple la revue spécialisée Anticipations, qui publie des fascicules sériels en petit format en 1945 et 1946. Pour déterminer les échanges internationaux et les effets de réseaux, il importe aussi de faire le départ entre les lieux d’édition spécifiquement belges (Marabout avant son intégration par Hachette ; La Concorde publiant à Bruxelles Le dernier couple de Roger-Henri Jacquart en 1945) et les réseaux étrangers investis occasionnellement par les auteurs belges, à l’exemple de la collection française « Anticipation » au Fleuve Noir, qui publie notamment le tandem Jean-Gaston Vandel [Jean Libert et Gaston Vandenpanhuyse] auteur de L’agonie des civilisés (1953). On pourra aussi s’interroger sur les modalités de collaboration des auteurs, sur les carrières d’écrivains et sur la composition des équipes éditoriales autour de la littérature d’anticipation.

– étude monographique : parallèlement au profil socio-littéraire de l’auteur et aux réseaux qui ont favorisé sa production, on pourra choisir d’étudier non pas les entours de l’oeuvre, mais l’oeuvre elle-même de manière intrinsèque, afin de la faire mieux connaître et de déterminer la part laissée à l’écriture particulière de l’utopie dans un parcours d’écriture, un projet créateur, une esthétique. Il s’agira alors de mettre en évidence des caractéristiques et des dominantes discursives ou stylistiques, mais aussi des évolutions, des emprunts, des influences qui fondent la dynamique d’un ou plusieurs texte(s) au regard de la littérature utopique. La question peut être posée pour tout auteur belge concerné. Songeons entre autres à Franz Hellens, Marcel Thiry (Échec au Temps, 1945), Alain Le Bussy, Henri Vernes et sa série des Bob Morane.

Ce numéro thématique de la revue Textyles poursuit deux objectifs complémentaires. D’une part, à travers des études de cas documentées, il entend mettre en évidence cette fraction particulière de la production belge pour proposer une première esquisse d’histoire littéraire s’étendant sur un peu plus d’un siècle, de Rosny Aîné (La Mort de la Terre, 1910) à Luc Delisse (2013 Année terminus, 2012). D’autre part, il vise à interroger, par une réflexion transversale analytique et comparative, les raisons de la faible visibilité et de la relative non-reconnaissance de la littérature utopique en Belgique francophone.

Les propositions de contributions (environ 500 mots) accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique sont à adresser à Valérie Stiénon (V.Stienon@ulg.ac.be) avant le 30 novembre 2013. La présélection sera communiquée aux auteurs pour le 15 décembre 2013. Les articles retenus seront à envoyer pour le 1er mai 2014. Ils feront l’objet d’une évaluation par le directeur du dossier et par le comité scientifique de la revue.


[1]Roger BOZZETTO, L’obscur objet d’un savoir. Fantastique et science-fiction : deux littératures de l’imaginaire, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1992, p. 13.

[2]Darko SUVIN, Pour une poétique de la science-fiction, Presses de l’Université du Québec, Montréal, 1977.

[3] Natacha VAS-DEYRES, Ces Français qui ont écrit demain. Utopie, anticipation et science-fiction au XXe siècle, Paris, Champion, 2012.

Appel à contributions : dossier « Figurations de la vie littéraire »

Appel à contributions – 15 mai 2013

Textyles. Revue des lettres belges de langue française, 2014, no 1.

« Figurations de la vie littéraire »

(dir. B.-O. Dozo et A. Glinoer)

Les travaux sur la représentation des écrivains (et plus largement des acteurs littéraires : éditeurs, critiques, journalistes, etc.) au sein des fictions (romans, nouvelles, théâtre, biographies imaginaires, etc.) se sont multipliés ces dernières années : le GREMLIN (Groupe de recherches sur les médiations littéraires et les institutions) en a fait son objet principal d’investigation, donnant lieu à plusieurs volumes collectifs1, à différents colloques et journées d’études et à la constitution d’une base de données sur les romans francophones de la vie littéraire. L’équipe « Littératures, imaginaires, représentations » de l’UCL a également investigué sur ces figurations, notamment lors du colloque intitulé « Figurations de l’auteur. L’écrivain comme objet culturel »2 . La littérature française et la littérature québécoise ont surtout attiré l’attention de ces chercheurs. Il serait maintenant utile d’interroger le corpus belge sur ces questions.

Parmi les questions traitées pour les œuvres françaises et québécoises, certaines pourraient être examinées à nouveaux frais sur le corpus belge. Nous avons regroupé en cinq axes (non limitatifs) quelques grandes questions à explorer :

–          Modernité : comment est représentée dans ces œuvres la contradiction fondatrice de la modernité, à savoir la constitution d’une part d’un régime de singularité3 et d’autre part d’un univers social spécifique, le champ littéraire4 ? quel y est le traitement spécifique de la modernité belge, celle-ci interrogeant l’autonomie du littéraire moins vis-à-vis de la sphère économique que du champ politique5 , voire juridique, comme dans le roman Les deux consciences de Camille Lemonnier, mettant en scène un écrivain poursuivi pour outrage aux bonnes mœurs ?

–          Statut de l’écrivain : quel statut est donné aux écrivains, au sein du monde social, ou plus spécifiquement en rapport avec d’autres professions de l’écrit (journalistes, éditeurs, etc.) ? quel impact les figurations des acteurs littéraires ont-elles sur le statut effectif6 de l’écrivain en Belgique francophone ? Les sources périodiques seront ici particulièrement utiles, en cela qu’elles témoignent parfois de personnages au rôle plus discret mais néanmoins indispensable, comme Gaston Pulings, qui bénéficie d’un portrait théâtral fictif dans le Pourquoi Pas ? du 20 mai 1921, le campant en homme-orchestre, animant vie littéraire et vie politique à partir de son bureau de la questure du Sénat.

–          Savoir de l’écrivain : quel savoir spécifique peut se dégager de ce corpus produit par les acteurs de cet univers ? comment l’écrivain rend-il compte de sa connaissance du champ littéraire à partir de la mise en scène de configurations fictionnelles spécifiques ? en quoi l’œuvre littéraire (y compris la bande dessinée, que l’on songe au Gang Mazda ou à Gaston Lagaffe) produit-elle une forme de savoir spécifique sur le travail littéraire ?

–          Rapport à la France : certaines problématiques spécifiques à la littérature belge pourront en outre être interrogées : la thématisation du rapport à la France au sein des romans de la vie littéraire, les discours sur les institutions littéraires belges, l’ethos des personnages liés à la vie littéraire (misérabilisme de l’écrivain belge, posture du poète national, etc.) ou encore les moyens textuels spécifiques mis en œuvre dans les figurations du personnel littéraire. L’Histoire exécrable d’un héros brabançon de Jean Muno constitue un bel exemple des possibilités de thématisation complexe de ce rapport d’un écrivain belge à la France au sein d’un récit pseudo-autobiographique.

–          Textes non fictionnels : il sera loisible aux contributeurs d’ouvrir la problématique aux textes non fictionnels produits par des écrivains (mémoires, journaux intimes, souvenirs, témoignages, etc.), afin de comparer les modalités de traitement de ces mises en scène de la vie littéraire. Il est ainsi possible d’analyser de nombreuses formes littéraires, du portrait d’écrivain sous forme de chronique (La Bataille littéraire le pratiqua régulièrement) aux textes d’histoires et de souvenirs littéraires (Gilkin et Gille construisant rétrospectivement la légende de la Jeune Belgique par exemple).

Les notes d’intention (une demi-page) sont à envoyer pour le 15 mai 2013 aux adresses bo.dozo@ulg.ac.be et anthony.glinoer@usherbrooke.ca. La réponse concernant la présélection sera donnée pour le 1er juin. Les articles sont à envoyer pour le 1er novembre 2013. Ils seront évalués par le comité scientifique de la revue ; le cas échéant, des modifications seront demandées à l’auteur.

  1. Citons notamment Gremlin (dir.), Fictions du champ littéraire, Montréal, coll. « Discours social », vol. XXXIV, 2010 et Björn-Olav Dozo, Michel Lacroix et Anthony Glinoer (dir.), Imaginaires de la vie littéraire. Fictions, figurations, configurations, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2012. Voir aussi le site http://legremlin.org. []
  2. David Martens, Myriam Watthee-Delmotte (dir.), L’écrivain, un objet culturel, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, collection « Écritures », 2012. []
  3. Nathalie Heinich, Être écrivain. Création et identité, Paris, La Découverte, 2000 []
  4. Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1998 (2e édition), coll. « Points ». []
  5. Michel Biron, La Modernité belge. Littérature et société, Bruxelles, Labor, 1994, coll. « Archives du futur ». []
  6. André Belleau, Le romancier fictif. Essai sur la représentation de l’écrivain dans le roman québécois, Québec, Nota Bene, 1999. []

Compte rendu de l’ouvrage Remember. Cycle de Dachau-Zyklus (Si lourd de sang – Mit Blut durchtränkt). Poème pour l’Europe – Gedicht für Europa

Par Hubert Roland (FRS/FNRS-UCL)

Haulot (Arthur), Remember. Cycle de Dachau-Zyklus (Si lourd de sang – Mit Blut durchtränkt). Poème pour l’Europe – Gedicht für Europa, traduits en langue allemande et pourvus d’une introduction par Léo Wintgens, dans Helios & Obelit, Neue literaturhefte – Nouveaux cahiers littéraires, n°iii, 2007.

Le poète liégeois Arthur Haulot (1913-2005) est connu dans l’historiographie des lettres belges pour son action au sein du Journal des Poètes dans l’immédiat après-guerre. En particulier, il se distingua par la création des Rencontres européennes de la poésie en 1951 – pour laquelle il obtint le soutien de Paul-Henri Spaak – puis par la mise sur pied des Biennales internationales de la poésie à Knokke en septembre 1952, avec Pierre-Louis Flouquet1. Le comité organisateur des Biennales entendait, dans un esprit pacifiste hérité du mouvement Clarté et des efforts de Romain Rolland et d’Henri Barbusse à la fin de la Première Guerre mondiale, privilégier la médiation culturelle comme vecteur d’internationalisation et de construction d’une société civile européenne. Comme Clarté à l’époque, ce mouvement achoppa sur une série d’obstacles de nature politique – la question de l’engagement ou de « l’apolitisme » de la poésie ou le refus d’Haulot et du comité d’inviter des poètes d’Allemagne de l’Est2. Toutefois, l’institution se pérennisa et vit se succéder des auteurs en provenance du monde entier comme Léopold Sédar Senghor ou Octavio Paz.

La position de choix de Haulot dans le champ littéraire belge de l’après-guerre fut soutenue par son autorité de résistant et de rescapé des camps de concentration. Arrêté à Bruxelles par la Gestapo, emprisonné un temps à Saint-Gilles et à Forest, il fut déporté au camp de concentration de Mauthausen et ensuite transféré à Dachau.

La présente publication de l’écrivain et intellectuel belge germanophone Léo Wintgens est une traduction du « cycle de Dachau », ensemble de poèmes sur l’expérience concentrationnaire. Haulot les avait publiés dès 1946 sous le titre Si lourd de sang et il les réédita en 1986 sous le titre Remember, avec des gravures de l’artiste bruxelloise Godelieve Simons (reprises également dans cette publication). En concertation et amitié avec Haulot, Wintgens a conçu cette traduction et sa présentation à l’adresse de lecteurs allemands, qui paraît à présent comme numéro thématique de la revue Helios & Obelit, Neue literaturhefte – Nouveaux cahiers littéraires, accompagné d’un cd-audio bilingue. Il s’agit donc ici d’une œuvre qu’on se plaît à (re)découvrir dans une perspective de médiation culturelle qui élargit son rayonnement.

Dans l’introduction qu’il consacre à la biographie de Haulot et à la genèse de ce projet, Wintgens insiste notamment sur la volonté que Haulot afficha, dès 1978, de faire une place à la littérature belge de langue allemande dans le Journal des Poètes. Haulot et les animateurs de cette revue, dont son fondateur Pierre Bourgeois, affichèrent ainsi leur attachement à cette région particulière. Quand on connaît les conditions historiques difficiles de l’intégration de la région d’Eupen-Malmedy-(Saint-Vith) à la Belgique de l’entre-deux-guerres – elle fit suite à une décision arbitraire du Traité de Versailles et déchira de très nombreuses familles après la « réincorporation » de force dans le iiie Reich –, on réalise l’importance de cette mission culturelle, qui facilita in fine l’émergence de la Communauté Germanophone de Belgique et apaisa ainsi ce passé douloureux.

Les spécialistes des recherches sur la traduction littéraire se plairont à évaluer l’appropriation originale que fait Wintgens de certains passages des poèmes en français dans sa Übertragung « à l’adresse des lecteurs allemands », accomplie grâce à une bourse de séjour au « Collège européen des traducteurs littéraires » du Château de Seneffe. Certains écarts sont sans doute dus à des échos qui résonnent peut-être mieux dans le sillage de la tradition allemande :

Le temps n’est pas venu de rire ni de boire
il reste trop de peur au-dessus de tes champs
 
Hier ist nicht zeit zu fröhlichem spiel
Zuviel angst hängt noch über deinem land (p. 48-49)
 
Quelque part un enfant sans voix se met à rire
et le ciel s’illumine
Merles et alouettes
Les oiseaux du bonheur jaillissent de sa bouche
 
Irgendwo klingt erlöstes kinderlachen auf
und der himmel erstrahlt
Amseln und schwalben
die glücksvögel steigen auf aus unbekümmerten mündern(p. 40-41)

À moins qu’il ne s’agisse de choix délibérés du traducteur, comme l’ajout (à mon goût superflu) de unbekümmert dans ce dernier vers, ou de sa volonté systématique de ne pas appliquer la majuscule au substantif allemand, comme dans la poésie Fin de Siècle du cercle de Stefan George.

À plusieurs égards, la présente publication présente donc une valeur didactique et son exploitation dans ce sens réjouira sans aucun doute son initiateur.

  1. Voir Fréché (Bibiane), Littérature et société en Belgique francophone (1944-1960), Bruxelles, Le Cri/ciel-ulb-ulg, 2009, p. 180 et suivantes. []
  2. En revanche, une place fut faite au poète expressionniste Gottfried Benn, compromis un temps pour affinités avec le pouvoir national-socialiste. Pierre Mertens ouvre son roman sur Gottfried Benn Les Éblouissements par un chapitre sur la participation du poète allemand aux Biennales en 1952. []

Compte rendu de l’ouvrage Relire Madeleine Bourdouxhe. Regards croisés sur son œuvre littéraire

Par Émilie Goin, ULg

Kovacshazy (Cécile) et Solte-Gresser (Christiane) (dir.), Relire Madeleine Bourdouxhe. Regards croisés sur son œuvre littéraire, Bruxelles/Berne/Berlin/Frankfurt, P.I.E. Peter Lang/Archives et Musée de la littérature, coll. Document pour l’Histoire des Francophonies, 2011, 220p.

Cette première monographie consacrée à Madeleine Bourdouxhe est basée sur le colloque du même nom organisé à Paris en 2009 et reprend d’ailleurs les mêmes subdivisions que celui-ci en abordant les romans, les nouvelles puis diverses analyses thématiques et contextuelles. Elle est toutefois agrémentée de plusieurs suppléments : trois témoignages de femmes-artistes proches de l’auteur (soit Simone de Beauvoir, son éditrice et traductrice Faith Evans et sa petite-fille cinéaste, N. Benzekni), une partie « Documents » regroupant des images de correspondance (avec Raymond Queneau et Gaston Gallimard) et de deux éditions originales, ainsi qu’une réponse de l’auteur à une enquête menée par La Cité chrétienne sur le thème : « L’écrivain catholique doit-il s’efforcer de produire une œuvre catholique ? ». En fin d’ouvrage apparait une biobibliographie et une bibliographie exhaustive.

Le choix d’aborder les données biographiques et contextuelles après l’analyse de l’œuvre me parait judicieux dans la mesure où l’interprétation de celle-ci a trop souvent été influencée par l’étiquette d’écrivaine féministe accolée à Bourdouxhe, surtout lorsque celle-ci est redécouverte dans les années 1980. D’après Cécile Kovacshazy et Christiane Solte-Gresser, c’est en effet dans l’optique de ne plus soumettre cette œuvre à des grilles idéologiques et de ne plus limiter son appréhension au genre et à la nationalité de l’auteur que se construit ce volume, témoin d’une deuxième redécouverte de l’œuvre bourdouxhienne que l’on devrait peut-être nommer « Re-relire Madeleine Bourdouxhe ». Les directrices de l’ouvrage s’empressent d’ajouter que ces dimensions ne seront toutefois pas « ignorées ». En effet, dans certaines contributions, l’étiquette du féminisme est toujours bien présente et influence lourdement l’interprétation des textes.

Je commencerai par décrire brièvement la troisième partie de l’ouvrage intitulée « Thèmes et contexte », avant de commenter plus longuement les analyses propres à chaque récit qui paraissent plus sujettes à critiques.

Les analyses transversales liées au contexte de production sont au nombre de six. Jacques Dubois ouvre la marche. Il s’interroge sur l’inscription de l’œuvre de Bourdouxhe dans la mouvance populiste en distinguant celle-ci du populisme en politique et de la littérature prolétarienne, ainsi qu’en valorisant une définition du populisme au sens large qui se perpétuerait bien après l’entre-deux-guerres. Mais dans une œuvre comme La Femme de Gilles, l’illustration du monde ouvrier ne semble pas être une fin mais plutôt un prétexte pour se libérer du carcan de l’intellectualisme afin de représenter la pureté et l’universalité des sensations. Dubois se demande donc avec raison si Bourdouxhe n’est pas attirée à son insu dans cette mouvance. C’est aussi sur une question d’étiquette que s’attarde Jeannine Paque : l’œuvre de Bourdouxhe prise dans son ensemble ne devrait pas être qualifiée de féministe ou de militante mais plutôt de féminine, puisqu’il s’agit principalement d’un regard et d’une écriture de femme prenant pour objet la relation des femmes au monde. Les choix énonciatifs censés caractériser fémininement cette perspective sont ensuite décrits, de la vie intérieure représentée sous forme de sous-conversations aux visions fantasmées à partir d’objets du quotidien, en passant par la sexualité présente uniquement sous forme d’allusions. Paque décrit également l’ambivalence de l’engagement féministe représenté dans l’œuvre à la fois par l’espoir et le désespoir : désespoir dans la difficulté d’être au monde et dans la conscience collective de l’impuissance, mais espoir dans le désir de résister néanmoins à l’aliénation et dans la possibilité d’être comprise grâce au geste de l’écriture. La question de l’engagement est également posée par Paul Aron pour qui La Femme de Gilles est définitivement empreinte d’un engagement féministe et personnaliste (cf. l’idéologie du personnalisme théorisée par Emmanuel Mounier). Le suicide de l’héroïne s’expliquerait en effet par un refus de s’enfermer dans un rôle assigné par la société, et il permettrait à Élisa d’enfin obtenir le statut de personne 1. Aron situe également Bourdouxhe du côté de Mauriac dans le débat sur la crise du roman qui, dans les années 1930, oppose ce dernier à Sartre. En effet, pour l’écrivaine, l’auteur ne peut trahir son personnage s’il se contente tout simplement de dire ce qu’il voit. Christiane Solte-Gresser propose, quant à elle, une description des différentes formes de silences et des motifs auxquels ceux-ci se rattachent dans l’œuvre de Bourdouxhe. Malheureusement, elle soumet celle-ci à une lecture féministe qui voudrait que le silence de la femme « libérée » (Marie) mène à la joie de vivre et d’être soi, tandis que celui de la femme au foyer (Élisa, Blanche) serait synonyme d’aliénation2. L’œuvre est ensuite analysée d’un point de vue narratif par Laurent Demoulin, qui y relève plusieurs usages non normés des figures genettiennes de la vitesse (soit le sommaire, l’ellipse, la paralipse, la pause). Trois grands types d’usages déviants (« figure Stendhal », « figure Flaubert » et métalipse) sont décrits et relevés dans l’œuvre de Bourdouxhe où, grâce eux, il est possible d’aborder des thèmes osés liés à la sexualité avec pudeur. Enfin, Véronique Adam propose une étude de l’intertexte entre l’œuvre de Bourdouxhe et celle d’Apollinaire. Elle effectue principalement un rapprochement entre le recueil Alcool et Sous le pont Mirabeau en vertu de la symbolique des différents types de liquides plus ou moins liés au corps féminin.

Les récits de Bourdouxhe font donc l’objet d’études thématiques et contextuelles transversales, mais ils sont également commentés un à un dans les deux premières parties du volume, en étant soumis à des angles d’approche très variés.

Dans sa lecture de La Femme de Gilles, qu’elle présente comme un roman expérimental, Sylvie Thorel-Cailleteau pose deux questions essentielles concernant la production technique de l’œuvre : d’une part, « Comment rendre compte de la vie intérieure d’une femme provenant d’un milieu modeste et étant de ce fait incapable de verbaliser elle-même ses pensées et sensations ? » et, d’autre part, « Comment ne pas tomber dans un psychologisme distancié mais au contraire conserver une forte proximité au personnage ? » Pour répondre à ces questions, Thorel-Cailleteau observe avec justesse le jeu d’interdépendance entre le point de vue du personnage principal et celui de « la voix surplombante » qu’elle se refuse (pour des raisons obscures) à nommer « narrateur ». Si ce roman est qualifié d’expérimental, c’est en vertu de la manière jugée « étrange » dont « la voix » utilise la focalisation interne pour décrire les pensées du personnage tout en s’adressant par moment à ce dernier pour lui conseiller une attitude à suivre.

C’est en comparaison avec ce récit que Thorel-Cailleteau compose ensuite une lecture d’À la recherche de Marie. Dans les deux œuvres, on retrouve le silence qui s’explique en partie par le caractère indicible de la vie intérieure des personnages. Les héroïnes, Élisa et Marie, présentent plusieurs ressemblances : toutes deux vivent un amour fusionnel, prennent du plaisir aux tâches ménagères et seraient animées d’une même indifférence à l’histoire et au monde3. Les deux femmes restent néanmoins bien différentes puisque l’une, épuisée d’attendre son mari adultère, se suicide, tandis que l’autre choisit de « se libérer » en entretenant justement une relation adultère. Thorel-Cailleteau en conclut que la femme libérée, Marie, est conçue par Bourdouxhe comme un aboutissement, une renaissance après la mort nécessaire de la femme au foyer aliénée qu’était Élisa. Je conserve pour ma part quelques doutes quant à la pertinence de cette addition des différents ouvrages de l’auteur dans le but de trouver une morale englobante qui se voudrait encore une fois féministe. Il s’ensuit une analyse comparative des manipulations des perspectives et temporalités dans les deux récits dont les observations s’avèrent intéressantes bien qu’elles soient subordonnées à la conclusion moraliste susdite.

Viennent ensuite les lectures des trois romans inédits. Cécile Kovacshazy explique comment, dans Mantoue est trop loin, différents mécanismes de confusion des intrigues (imbriquées l’une dans l’autre), des personnages, des époques, des lieux et des temporalités permettent de déconstruire la réalité de manière à produire un roman autoréférentiel, autrement dit une fiction. Elle pose donc la question esthétique de la transformation de la réalité en fiction et inversement de la manière de donner un effet de réel à la fiction, en la liant étroitement à la question de l’identité féminine : « Comment devenir soi lorsqu’on est une femme ? » La même commentatrice analyse Le Voyageur fatigué et explique en quoi ce roman fait figure d’exception dans l’œuvre de Bourdouxhe : la nature y est omniprésente au point qu’elle pénètre dans les personnages par le biais des odeurs faisant resurgir des souvenirs d’enfance, la polyphonie intérieure y serait également plus marquée que dans les autres récits (mais tout de même moindre que dans Mantoue est trop loin), posant la question de l’intégration de l’altérité dans son propre être. L’aspect inachevé de la nouvelle est lui aussi mis en question. Enfin, le premier texte de Bourdouxhe, Vacances, est interrogé dans sa structure lacunaire dont on peut se demander si elle n’est pas volontaire, surtout si l’on considère la polysémie du titre. Kathrina Reschka effectue un rapprochement entre la lacune principale du texte (le fait que l’on ne sache pas si l’héroïne parviendra ou non à avoir la vie dont elle rêve) et un existentialisme relativisé pour la femme par Simone de Beauvoir. Elle rattache également la non-réalisation textuelle de l’héroïne et la vie de l’auteur : Bourdouxhe aurait, par son parcours personnel, comblé les lacunes de ce premier texte, devenant la femme que rêvait d’être sa première héroïne. Le rapprochement est touchant et l’est peut-être même un peu trop.

La partie consacrée aux nouvelles s’ouvre sur une lecture de Sous le pont Mirabeau. Christiane Solte-Gresser analyse cette œuvre dans sa structure circulaire et dans sa façon de représenter littérairement l’expérience historique. Elle en déduit que l’absence de cadre historique tracé et la multiplication des fragments scéniques (presque invariants et donnant une impression de déjà-vu perpétuelle) donnent un effet de non-objectivité et de désorientation, lequel est renforcé par une focalisation purement interne qui abolit la distinction entre la réalité de l’Histoire et la perception qu’en a l’individu. Solte-Gresser commente également deux nouvelles du recueil Les Jours de la femme Louise. Et autres nouvelles 4, soit Blanche et Anna. Dans la première, elle relève le contact particulier que l’héroïne noue avec le monde et surtout avec les ustensiles du quotidien qui l’entourent. Lorsque Blanche touche ces objets, les frontières entre intériorité et extériorité s’anéantissent et l’héroïne est alors sujette à des visions tantôt euphoriques, tantôt inquiétantes qui peuvent la mener au bord de la folie. Ces perceptions extraordinaires valorisent Blanche par rapport à son mari plus terre à terre et fermé au monde. Ceci permet à la commentatrice de souligner très justement que l’œuvre ne dénonce pas la mauvaise condition des femmes au foyer mais au contraire valorise celles-ci dans le contact exceptionnel qu’elles parviennent à nouer avec le monde. Solte-Gresser montre ensuite comment la nouvelle Anna échappe à la loi selon laquelle les récits relatent toujours des évènements d’ordre exceptionnel. Si le sujet de la nouvelle est bien « le quotidien », c’est la manière dont ce quotidien est perçu et relaté qui est exceptionnelle notamment grâce aux incursions de la voix de la narratrice dans les récits de pensées et les ambiguïtés entre focalisations interne et externe. Solte-Gresser montre aussi que si l’espace fictif est limité (et l’est encore plus par les impressions de déjà-vu et le caractère circulaire et répétitif de la structure du récit), un autre espace plus vaste est ouvert par les perceptions extraordinaires d’Anna qui transgressent la « normalité » de sa vie. Les objets du quotidien serviraient alors de passerelle entre vie réelle et vie rêvée.

C’est aussi ce thème du passage entre mondes réel et irréel qu’interroge Véronique Adam puisque, d’après elle, la nouvelle « Clara » serait l’expérimentation littéraire d’un « au-delà » du réalisme, c’est-à-dire que l’effet de réel serait inversé de manière à matérialiser la mort dans le récit des derniers jours d’une femme sourde qui s’est suicidée, cette partie de la nouvelle étant narrée par la morte elle-même. La narratrice morte viderait donc les objets du récit de leur fonction référentielle : disparition des détails visuels, omniprésent rappel au silence, la morte ne percevant plus que des mouvements vibratoires qu’elle projette sur son histoire5. La mort serait aussi matérialisée au travers de l’organisation des lieux allant jusqu’à détourner la figure de la fenêtre réaliste (qui ne s’ouvre plus sur un paysage mais sur le néant). Cette réorganisation sémantique de l’espace par la morte est ensuite mise en rapport avec d’autres nouvelles du recueil.

Mireille Ruppli relève également cette matérialisation du rêve dans « Champs de lavande », mais il s’agit ici d’un phénomène purement rhétorique. Il y aurait tout d’abord un éloignement métaphorique de la dame coiffée par le héros. La chevelure de celle-ci ferait ensuite l’objet d’une comparaison synesthésique passant du touché et de l’odeur à la vision d’un champ de lavande. Mais plus la dame est présentée comme insaisissable, plus le comparant champ de lavande est quant à lui actualisé dans la narration, avant de faire lui-même l’objet d’une comparaison métanarrative avec l’image de la création littéraire de la nouvelle.

Les trois derniers commentaires qu’il nous reste à décrire posent la question de l’engagement de l’auteur et de son œuvre dans le surréalisme, la politique et l’existentialisme.

Après avoir livré une brève chronologie critique des différentes parutions de Bourdouxhe et de leur réception (en faisant notamment apparaitre les liens de l’écrivaine avec les orbites féministe, existentialiste et surréaliste), Josette Gousseau s’attarde sur les différentes éditions et adaptations de « Un clou, une rose » avant d’analyser cette même nouvelle. Elle questionne la signification des objets du titre, approche qui se veut typique du surréalisme. Le clou et la rose, symboles de la passion du Christ selon Florence Nys, sont ici appréhendés par rapport à leur fonctionnalité dans le récit. S’agissant de cadeaux d’homme, ils symboliseraient la chance (le clou appartenant à un fer à cheval) et la renaissance (la rose de Jéricho pouvant sans cesse revenir à la vie)6. Ayant divisé le récit en séquences suivant les personnages et voix en présence, Gousseau relève aussi l’importance du dialogue qui permet de transformer les conflits en interactions cordiales.

Peut-on relever dans l’œuvre de Bourdouxhe un engagement politique semblable à celui dont a fait preuve l’auteur dans sa propre vie ? C’est la question que pose Lea Wagner en analysant « L’Aube est déjà grise » qui peut paraitre comme le texte le plus politique de Bourdouxhe puisqu’il traite de l’échec d’une grève ouvrière menée par d’anciens combattants. La réponse serait « oui », car la raison qui aurait poussé l’héroïne à assassiner le responsable de l’échec de la grève ne serait pas d’ordre personnelle mais politique : celle-ci aurait commis ce meurtre par solidarité avec le reste du village, se prenant naïvement pour la « sauveuse » de ce dernier7. Wagner souligne tout de même que la dimension politique du texte est atténuée par une focalisation sur le parcours de la jeune femme, qui bien qu’elle dénote des autres personnages de Bourdouxhe par son engagement, sa liberté, sa mobilité et ses caractéristiques masculines, leur ressemble néanmoins en ce qu’elle est sans cesse hantée par des visions et des souvenirs. Ces derniers revêtent un aspect hallucinatoire et irréel, d’autant plus que l’héroïne est dotée d’un talent de synesthète.

C’est également cette question de l’engagement que pose Jacques Dubois dans son analyse de « Les jours de la femme Louise ». Il se demande en effet pourquoi cette nouvelle est intégrée dans un numéro engagé des Temps Modernes (regroupant féminisme, existentialisme et écrivains de l’exclusion), alors que l’héroïne, bien que provenant d’un milieu modeste, n’émet aucune revendication par rapport à sa condition, elle transcende même son quotidien par de riches sensations, une joie de servir et un amour pour sa maîtresse qui enrobent l’œuvre d’une aura poétique. L’engagement de cette nouvelle se voudrait existentialiste et résiderait en fait dans une critique subtile de la relation maître/domestique. Dubois montre en effet, que si cette relation n’est pas combattue avec violence comme le fait par exemple Genet dans Les Bonnes, ses effets sociopsychologiques néfastes sont néanmoins dénoncés, en toute retenue.

L’ouvrage Relire Madeleine Bourdouxhe a réussi son pari de présenter l’œuvre de l’écrivaine dans son entièreté en utilisant des angles d’approche divers et variés. Si chaque récit fait l’objet d’un commentaire particulier, on peut également apprécier l’effort fourni pour mettre les différents textes en rapport. Toutefois, il me semble qu’additionner le sens global de tous les récits dans le but de déduire l’idéologie générale de l’œuvre entière (idéologie souvent perçue comme féministe) n’est pas une bonne idée. Par ailleurs, si les analyses contextuelles montrent bien en quoi leur approche diffère de celle des critiques des années 1930 et 1980, il n’en va pas toujours de même des analyses thématiques, rhétoriques et narratives, qui non seulement démontrent rarement l’originalité de leur démarche, mais abordent aussi parfois l’œuvre en l’enfermant a priori dans le carcan du féminisme.

  1. Si l’interprétation est séduisante, on déplore tout de même une caricature de l’aliénation d’Élisa : celle-ci serait notamment « myope au monde ». Aron prend comme justification le fait qu’Élisa ne comprend pas l’emploi du mot justice dans la bouche des ouvriers grévistes. Bien plus qu’un signe de désintérêt ou d’ignorance, il s’agit d’un constat de la relativité profonde du sens de cette notion. Élisa constate en effet que personne ne sait définir clairement le sens de ce mot puisque la justice correspond toujours à un intérêt particulier revendiqué par la personne qui réclame justice. Pour Élisa, cette notion n’a pas lieu d’être puisque, en bonne chrétienne, elle estime que l’homme a seulement le droit d’accepter son sort. Elle se moque par ailleurs des personnes comme Victorine qui donnent au terme une définition naïve. []
  2. Or, il me semble que dans La Femme de Gilles, le silence d’Élisa est conçu comme une force qu’on pourrait presque qualifier de chrétienne puisqu’il s’agit de recevoir les coups de la vie sans broncher, tel un martyr. Par ailleurs, celle-ci se sent de nouveau supérieure aux personnes telles que Victorine qui parlent sans cesse pour ne rien dire et sont incapables de se laisser aller à la contemplation de ce qui les entoure. []
  3. Thorel-Cailleteau prend également pour exemple le passage où Élisa ne comprend pas les revendications sociales des ouvriers (voir note 1). []
  4. Tel est le titre de la dernière édition belge, Babel 2009. []
  5. Selon Adam, les objets de la nouvelle ne sont perçus et décrits qu’en surface, ce qui, à ses yeux, est un signe de mort. Pourtant, il me semble observer le contraire : parce que l’héroïne est murée dans le silence, tout ce qu’elle perçoit par ses autres sens devient pour elle mot ou symbole à déchiffrer et à interpréter. Son amie Clara, son nom, son regard, le pyjama fleuri de l’enfant tout propre, tout est surcaractérisé, même l’écorce de bois sur laquelle elle voit Clara passer ses mains : « Tu prenais les bûches, tes mains s’attardaient sur les dessins du bois comme sur des signes déchiffrables, […] Et tout ceci n’a plus valeur que de symbole ou de mot. J’ai besoin de ma vérité, Clara. Je veux rejoindre le large abîme de la vérité infinie, où tout est pur commencement. » (Bourdouxhe (Madeleine), Les Jours de la femme Louise et autres nouvelles, Arles, Actes Sud, coll. Babel, 2009, p. 58-59). C’est donc pour empêcher ce déferlement des signes que l’héroïne se suicide. []
  6. L’agresseur au marteau offre après coup un clou à sa victime lui stipulant que celui-ci lui portera chance. Il aurait peut-être été intéressant de noter l’ironie qui résulte de ce cadeau atypique. []
  7. Il nous semble plutôt que l’héroïne est habitée par les souvenirs traumatisants des guerres auxquelles son défunt compagnon aurait vraisemblablement participé, cet homme avec lequel elle dit à plusieurs reprises ne faire qu’un. Et lorsque, entre deux visions de décors sanglants ou en flammes, elle tue (avec le couteau de son amant perdu) l’homme qui sert de bouc émissaire au village, ce n’est pas parce qu’elle est victime d’une superstition mais parce qu’elle-même et l’esprit du soldat qui l’habite désirent, tout comme les anciens combattants du village, se servir de ce bouc émissaire pour se venger des pertes et souffrances engendrées par la guerre. Le fait que l’héroïne puisse accomplir des tâches d’homme témoigne de cette fusion entre les esprits des amants. []

Compte rendu de l’ouvrage Mesures de l’écrivain

Par André Bénit (Universidad Autónoma de Madrid)

Dozo (Björn-Olav), Mesures de l’écrivain. Profil socio-littéraire et capital relationnel dans l’entre-deux-guerres en Belgique francophone, Presses universitaires de Liège – Sciences humaines, coll. Situations, 2011.

Après la publication en 2010, aux éditions Le Cri, de La Vie littéraire à la toise. Études quantitatives des professions et des sociabilités des écrivains belges francophones (1918-1940) – un ouvrage contenant des études publiées dans la foulée de sa thèse de doctorat (préparée sous la direction de Jean-Marie Klinkenberg) ainsi que des inédits –, Björn-Olav Dozo fait paraître aux Presses universitaires de Liège, dans la collection Situations dirigée par Jean-Pierre Bertrand et Pascal Durand, Mesures de l’écrivain. Profil socio-littéraire et capital relationnel dans l’entre-deux-guerres en Belgique francophone. Il y expose en détail le cadre théorique et méthodologique de ses recherches, lesquelles s’articulent essentiellement autour de deux axes, la sociologie de la littérature et les humanités numériques.

L’analyse, extrêmement minutieuse, menée par le chercheur liégeois autour de la vie littéraire belge francophone dans l’entre-deux-guerres s’appuie sur une réflexion rigoureuse à propos de la mise en série d’informations sociologiques et historiques sur les écrivains, ainsi que de la construction de catégories adaptées à l’étude en question et que du traitement quantitatif de ces séries. C’est dire que, loin de s’en tenir à des listes de noms et des tableaux de chiffres (malheureusement certains sont imprimés à l’envers, ce qui rend leur lecture peu aisée), Dozo offre une lecture sociologique, fondée sur la mise en relief de ces données.

L’essai comprend deux parties. La première pose les fondements théoriques et méthodologiques généraux. Après avoir situé l’approche quantitative au sein des études littéraires (lesquelles ont permis d’objectiver l’approche du personnel littéraire grâce à la méthode prosopographique, dont l’objectif est de mettre en évidence la structure du champ littéraire en fonction des attributs qui décrivent les agents) et s’être interrogé sur la manière la plus adéquate de s’en servir pour rendre compte de son objet d’étude, Dozo présente deux outils quantitatifs : l’analyse factorielle des correspondances multiples (outil statistique de présentation et d’analyse de tableaux de données, apte à réconcilier le point de vue individuel de l’écrivain avec son inscription sociale) et l’analyse structurale des relations sociales considérée comme un paradigme propre, et ce avant de spécifier les enjeux de leur usage et d’exposer les indicateurs de centralité – degré, proximité, intermédiarité, pouvoir d’un individu – indispensables pour établir le niveau de sociabilité littéraire des écrivains. Autant de mesures qui seront mobilisées par la suite, lors de l’étude du réseau des lieux de sociabilité au sein du sous-champ littéraire belge francophone de l’époque envisagée.

Dans la deuxième partie, consacrée à l’analyse des profils du personnel littéraire belge francophone, après une présentation des caractéristiques de la base de données du ciel (Collectif Interuniversitaire d’Étude du Littéraire) – laquelle reprend les données prosopographiques actuellement disponibles et lui fournit l’essentiel des informations pour son étude socio-statistique – et de ses sources, Dozo s’attache avec soin à définir son corpus d’agents ainsi que les différentes variables retenues, analytiques et synthétiques. L’étude fondée sur des variables analytiques (études, professions, genres pratiqués…) lui permet non seulement de mettre en évidence des grands profils d’écrivains liés aux générations socio-littéraires et à leur classe professionnelle mais aussi de dégager des rôles littéraires restés dans l’ombre jusqu’ici. Il met ainsi en lumière la catégorie des animateurs de la vie littéraire (préfaciers réguliers, directeurs de revue, secrétaires de groupe littéraire, gestionnaires et hauts fonctionnaires du service public impliqués dans les instances décisionnelles…) : autant de figures dont Dozo souligne la légitimité et l’influence dans le sous-champ littéraire belge – espace où les relations se révèlent primordiales. Le chercheur substitue au concept de « génération littéraire » celui de « générations socio-littéraires » afin de prendre en compte l’ancrage social de la littérature dans sa grande diversité : la génération sociale lui semble plus pertinente que la simple classe d’âge pour rendre compte du vécu commun à un groupe d’individus confrontés aux mêmes événements au cours d’une période déterminée. Fort de ce concept, il définit quatre variables synthétiques : le « capital relationnel » (celui que l’agent doit à sa position dans son tissu de relations sociales), le capital économique (calculé sur la base de la profession de l’agent et de celle du père), le capital culturel (qui renvoie à la formation de l’agent, dans un sens très large comprenant le cadre familial ou les hobbies…) et la « reconnaissance symbolique » (acquise – et exploitée – par les écrivains belges tant dans leur pays natal qu’en France). Les deux graphiques qui en résultent tendent à montrer globalement une même structure relationnelle pour les attributs catégorisant le personnel littéraire, que ces attributs prennent la forme de variables analytiques ou synthétiques ; ils permettent ainsi de définir une série de profils types d’écrivains belges correspondant à trois « moments » de l’histoire de la littérature belge, qui se côtoient de manière éphémère au cours de l’entre-deux-guerres.

Parmi les apports les plus originaux de l’approche proposée dans cet essai fort instructif (mais de lecture assez ardue pour les non-initiés !), il convient également de souligner la mise en évidence de la rupture socioprofessionnelle, qui se produit après la Première Guerre mondiale, entre la génération de 1880 – celle qui incarne des positions désormais considérées comme d’arrière-garde – et la génération nouvelle – celle qui s’efforce de renouveler tant les thématiques que les esthétiques. Dozo analyse également la forte corrélation entre une reconnaissance importante au sein du sous-champ littéraire belge francophone et un capital relationnel élevé, ainsi que l’impérieuse nécessité, pour les littérateurs belges de l’époque, de s’intégrer dans un réseau de relations afin d’exister en tant qu’écrivains.