Journée d’étude: « Présence et absence de Marcel Lecomte »

La prochaine journée d’étude de la revue Textyles aura lieu le 19 novembre 2016, de 10 à 18h, à l’Université Libre de Bruxelles.

Contact: Paul Aron – paron@ulb.ac.be

affiche-lecomte

Programme:

10h00-12h30 :

Accueil des participants
Paul Aron : Marcel Lecomte et le surréalisme, revue Réponse
Marie Godet : Lecomte et le « groupe de Magritte » de l’avant à l’après Seconde Guerre mondiale
Jacques Carion : La lenteur et ses effets : Michaux, Lecomte, Desmeth
Philippe Dewolf : Amis comme clef et serrure : la correspondance avec Jean Paulhan
Gérald Purnelle : Vis-à-vis  de Franz Hellens, dans l’histoire du poème en prose

14h00-17h00 :

François Félix : Les chroniques de la Lanterne
Antonio Moyano : Quand Marcel Lecomte parlait de l’Espagne
Jacques Aron : Les traductions de Constantin Brunner : recherche d’un travail alimentaire ou affinités ?
Linda Dewolf : Les traductions de Franz Kafka, les réserves de Bernard Groethuysen
Judith Pollet : La science et l’espace : un point sensible
Gwendoline Morán-Debraine : Le visible et l’invisible

17h00-17h45 :

Débat et conclusions

Annonce: Prochaine journée d’étude de la revue Textyles: « De l’écrit à la scène » (ULB, Maison des Arts, 14 novembre 2014)

Journée d’étude

De l’écrit à la scène

Textyles, revue des lettres belges de langue française (http://textyles.revues.org/)

 

 

14 novembre 2014, 9h30-17h30

Maison des Arts (ULB)

 

Coordonné par Catherine Bouko (ULB) et Karel Vanhaesebrouck (ULB)

 

 

Depuis la fin du siècle dernier (et même bien avant), on a pu observer une mise en crise systématique du texte théâtral, voire de l’idée du répertoire tout court. Le texte a non seulement perdu sa position centrale en tant que yin et yang de la pratique culturelle qu’on appelle en occident le « théâtre », mais, de plus en plus, les metteurs en scène et les auteurs semblent également ressentir la nécessité de (faire) ré-écrire les textes, qu’il s’agisse de romans, d’autres textes de théâtre ou, plus rarement, de poésie. Le théâtre postmoderne a introduit la mise en crise de l’idée même du récit tout en continuant à insister sur sa propre spécificité médiale. La pratique de la « ré-écriture » s’inscrit dans ce développement où l’adaptation ne se limite plus à la simple transposition d’une structure narrative d’un médium (le texte) à un autre (la scène), mais où elle se veut un véritable travail de « re-création ». Au-delà de la question de l’adaptation du texte à la scène, cette journée d’étude se veut une analyse exploratoire de ce texte intermédiaire, au statut étrange et fondamentalement provisoire, sans finalité ou déterminisme établis.

Les différents intervenants s’axeront particulièrement sur la réécriture comme objet, plutôt que sur les questions d’adaptation, d’inspiration ou de réappropriation. Nous voudrions ainsi mieux comprendre la spécificité de ce texte intermédiaire (publié ou non), entre le texte-source et la mise en spectacle, entre écriture (narrative ou non) et démonstration théâtrale, et donc la ré-écriture comme concept opératoire pour réfléchir au statut de l’écriture théâtrale contemporaine. Les analyses devraient mener à une meilleure compréhension de la place de certains textes dans le champ belge et stimuler la réflexion autour du statut du « répertoire » théâtral en Belgique francophone et ailleurs. Cette journée d’étude souhaite donc explorer les ré-écritures de textes belges (et autres) pour le théâtre, soit les ré-écritures effectuées par des auteurs, dramaturges ou metteurs en scène belges.

Programme

 

9h30               Nancy Delhalle (Université de Liège) – Introduction

10h                 Benoît Hennaut (Université Libre de Bruxelles & EHESS) – Réécrire en scène : de l’appropriation au supplément

10h30             Marie-Line Zucchiatti (Université de Bologne) – La traduction pour la scène contemporaine : une autre ré-écriture théâtrale.

11h30             Esther Gouarné (Université de Rouen) – La réécriture : une étape intermédiaire entre le texte postdramatique et le théâtre performantiel.

12h                 Sabine Hillen (Vrije Universiteit Brussel / Universiteit Antweroen) – La matière mise en scène : Delvaux lecteur de Yourcenar

14h                 Karolina Svobodova (Université Libre de Bruxelles)- Pratique de réécriture(s) chez Selma Alaoui : à la recherche d’une dénomination adéquate

14h30             Maëline Le Lay (CNRS / Université de Bordeaux) – La ré-écriture de témoignages du Congo chez David Van Reybrouck et Lorent Wanson

15h00             Catherine Bouko (Université Libre de Bruxelles) Hitchcock et Shelley dans le théâtre de Claude Schmitz

16h00             Karel Vanhaesebrouck (Université Libre de Bruxelles) – Les ré-écritures de Shakespeare par Jean-Marie Piemme.

16h30                 Jean-Marie Piemme (auteur) – Ecrire dans la trace.

Lieu:

Université Libre de Bruxelles

Campus Solbosch

Maison des Arts

Avenue Jeanne 56

1050 Bruxelles

http://www.ulb.ac.be/campus/solbosch/plan.html

Contact :

Catherine.bouko@ulb.ac.be

Karel.Vanhaesebrouck@ulb.ac.be

ULB Spectacle vivant: http://spectviv.ulb.ac.be et www.facebook.com/ULBSpectViv

Annonce: Exposition « En route! Sur les traces des artistes belges en voyage » (Namur, Musée Rops)

« Le Magyare a encore une fois besoin d’air & des grands infinis. Je crèverais à Paris ! Je reviendrai calmé. », écrit Félicien Rops la  veille d’un départ ; lui qui s’est inventé des ascendances hongroises et espagnoles, abusant ses premiers biographes qui crurent à cette légende… En train, en bateau, en diligence, à dos d’âne ou à pied, Rops comme beaucoup d’autres artistes parcourt l’Europe et les États-Unis à partir de 1870. « Je me sens tourner en prix de Rome » ironise l’artiste namurois pour décrier cette reconnaissance officielle qui assurait à une série d’artistes un séjour tous frais payés en Italie. C’est à partir de ces voyages de formation et d’étude que débute l’exposition : Navez, Wiertz, Portaels. Rapidement, les artistes vont s’éloigner de l’épicentre de l’académisme romain pour se rendre en Espagne puis en Afrique du Nord ou en Inde : Evenepoel, Van Rysselberghe, Meunier, Robie, etc.
À partir de 1880, autodidactes ou dessinateurs confirmés en quête d’exotisme et d’aventures se lancent à la découverte de l’Afrique noire : Callewaert, Hens, Dardenne, etc. s’apparentent à des anthropologues de la première heure. Dans l’entre-deux guerres, les artistes belges au Congo évoluent vers une vision plus synthétique (Allard l’Olivier, de Vaucleroy).
De ces séjours à l’étranger, chaque artiste va ramener des croquis qu’il consigne dans des carnets, des impressions qu’il partage dans des missives, des livres ou des articles. Pour certains d’entre eux, la photographie sert de support à la création. Le temps du voyage se prolonge ensuite dans l’atelier, une fois l’artiste rentré dans ses pénates. La découverte d’autres horizons est envisagée comme le laboratoire d’oeuvres où s’essaient de nouvelles techniques, où s’élaborent de nouveaux gestes, où surgissent de nouveaux sujets pour l’artiste.
L’exposition fait dialoguer tableaux, dessins, esquisses, pochades, photographies et carnets de voyage, lettres et autres écrits. Organisée par destinations, l’exposition favorise quatre grands ensembles : les voyages de Félicien Rops ; l’Italie, l’Espagne et l’Orient ; le Congo et enfin les dessinateurs de BD contemporaine, qui poursuivent aujourd’hui, à leur manière, cette tradition viatique en faisant dialoguer, entre carnets et planches, écrits et images. De Heyn, Goblet et Löwenthal, trois artistes actuels, invitent le visiteur à pénétrer dans leurs « ateliers du voyage ».

Artistes exposés : Allard l’Olivier, Callewaert, Dardenne, de Vaucleroy, de Witte, Evenepoel, Gilson, Heintz, Hens, Huysmans, Manduau, Meunier, Moreels, Navez, Portaels, Robert, Robie, Rops, Schmalzigaug, Stroobant, Tercafs, Van Engelen, Van Rysselberghe, Van Strydonck, Wauters, Wiertz et les artistes contemporains : De Heyn, Goblet et Löwenthal.

Télécharger l’affiche de l’exposition

Télécharger le dépliant de l’exposition

Annonce: Colloque belgo-franco-russe à l’Université catholique de Louvain: Phénomènes de circulation littéraire entre la Belgique, la France et la Russie (1870-1940)

Affiche pour diffusion

Télécharger le programme de l’événement


Comité organisateur du colloque
Karine Alavardian, Professeure, Université Libre de Bruxelles
Laurent Béghin, Chargé de cours, Institut Libre Marie Haps
Svetlana Cecovic, Assistante de Recherche FSR, Université catholique de Louvain
Anne Ducrey, Maître de Conférences, Université Paris IV Sorbonne
Elena Galtsova, Professeur à l’Université d’État des Sciences
Humaines de Russie (RGGU-RSUH, Moscou), Directeur de recherches à l’Institut de littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie (IMLI RAN)
Pierre Piret, Professeur ordinaire, Université catholique de Louvain
Hubert Roland, Maître de Recherches F.R.S.-FNRS et professeur, Université catholique de Louvain

Comité scientifique
Paul Aron, Directeur de recherches du F.R.S.-FNRS et professeur à l’Université Libre de Bruxelles
Lieven D’Hulst, Professeur ordinaire, KULeuven (campus Courtrai)
Claude De Greve, Professeur émérite, Paris X-Nanterre
Michel Espagne, Directeur de recherches au CNRS, École Normale Supérieure
François Provenzano, Chargé de cours, Université de Liège
Reine Meylaert, Professeure, Directrice du Centre for Translation Studies, KULeuven
Blaise Wilfert, Maître de Conférences à l’École Normale Supérieure & chercheur à l’IHMC

Prochaine journée d’étude de la revue Textyles: « Bruxelles, une géographie littéraire » (ULB, Maison des Arts, 25 octobre 2013)

Depuis quelques années, on peut noter une nouvelle focalisation des études sur l’inscription de la littérature dans l’espace et/ou sur la représentation des lieux dans les textes littéraires. Cet intérêt, récent dans le domaine des lettres, s’inscrit dans la continuité du « tournant spatial », qui a profondément bouleversé les sciences humaines – l’histoire au premier plan, l’histoire de l’art beaucoup plus récemment.
Dans un mouvement similaire, la géographie a, de son côté, donné une place plus importante, dans ses préoccupations, aux dimensions historique, sociale et culturelle. En témoignent les travaux de nombreux géographes qui ont mis la littérature au cœur de leur questionnement, comme Bertrand Levy (Université de Genève), par exemple, avec son projet GeoLit « Géographie urbaine et littérature : mythe, image et expérience des métropoles ».
Nous souhaiterions placer notre journée d’études à la convergence de ces deux disciplines dont les approches peuvent s’avérer complémentaires, en considérant, du point de vue géographique, la littérature comme expression d’une relation subjective, affective et symbolique à l’espace et, du point de vue littéraire, en envisageant avec une attention nouvelle les espaces où se déploie l’écriture et les espaces qui se déploient dans l’écriture.
Si Paris, Londres ou Berlin ont déjà fait l’objet de ce type d’approches, Bruxelles (comme les autres villes belges) reste un territoire qui reste encore largement à explorer, la relation des écrivains à l’espace urbain s’avérant peut-être plus problématique dans cette « petite métropole » que dans d’autres capitales.
On s’intéressera donc aux lieux bruxellois tels que représentés dans la littérature (au sens large du terme : textes fictionnels, poèmes, articles de presse, guides, lettres, etc.) dans le but de dégager une perception subjective de l’espace urbain, tout en documentant, voire en réévaluant, nos connaissances de la géographie de la ville à une époque donnée. Mais l’on travaillera également sur les pratiques urbaines des écrivains, leurs modes d’habiter et de vivre la ville. En considérant tant l’espace fictif que l’espace référentiel – et plus particulièrement le rapport mimétique qui les unit –, cette double approche, centrée sur l’écrivain dans la ville et/ou l’écriture de la ville nous permettra de mieux comprendre comment les écrivains écrivent l’espace, mais aussi comment, en retour, la perception de l’espace peut être affectée par les représentations littéraires.

Journée Textyles

Annonce : journée d’étude « Éditer les écrivains belges »

Journée d’étude Textyles

« Éditer les écrivains belges » – 24 juin 2011

Textyles. Revue des lettres belges de langue française

Lieu : éditions Le Cri – Avenue Léopold Wiener, 18 – 1170 Bruxelles

Cette journée d’étude se veut une rencontre conviviale chez notre éditeur, les éditions Le Cri. La matinée sera consacrée aux doctorants qui présenteront l’état de leurs recherches. L’après-midi verra plusieurs intervenants évoquer la problématique de l’édition des écrivains belges. La journée se prolongera par un barbecue.

Programme

9h30 Accueil

10h Alice RICHIR (UCL), Écriture et fantasme chez Tanguy Viel et Jean-Philippe Toussaint : diffraction littéraire de l’identité

10h30 Cristina PETRACHE (Université de Bucarest), Réussite et échec du personnage masculin de Pierre Mertens

11h Pause

11h30 Elisabeth CASTADOT (UCL), Le discours humoristique face à la crise des identifications : une voie du théâtre francophone contemporain

12h Florence HUYBRECHTS (ULB), Les écrivains et la musique, entre presse et littérature : de la critique à l’ekphrasis (1918-1940). Le cas d’E.L.T. Mesens

12h30 : Repas de midi

14h Björn-Olav DOZO (ULg) et Fabrice PREYAT (ULB), Quelle politique publique pour promouvoir la bande dessinée? Le cas de la Communauté française de Belgique

14h30 Jean-Luc OUTERS (CFWB), La fragilité de l’éditeur

15h Pause

15h30 Tanguy HABRAND (ULg) et Pascal DURAND (ULg), Les Mutations contemporaines du champ éditorial en Wallonie et à Bruxelles : Entre concentration et mutualisation

16h00 Christian LUTZ (Le Cri édition), Trente ans d’édition à caractère littéraire à Bruxelles – contradicteur : Jacques CARION (UCL)

18h00 Barbecue

Inscriptions (avant le 15 juin 2011) : bo.dozo@ulg.ac.be, imayeur@ulb.ac.be

Le repas de midi est offert. Pour le barbecue, une participation aux frais de 15 euros sera demandée. Merci de préciser dans la réservation si vous souhaitez y prendre part.

Annonce : journées d’études « Écrit(ure)s de peintres belges »

Journées d’études  

Écrit(ure)s de peintres belges  

24-25 mai 2007 

Département de Langues et Littératures romanes

Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix

(Namur) 

Appel à contributions

Débattue depuis plus d’un siècle, la question des rapports entre peinture et littérature en Belgique occupe depuis une quinzaine d’années une place déterminante dans l’étude du champ littéraire belge. Souvent envisagée sous l’angle de l’analyse des « écrits d’art » (critique d’art ou transposition littéraire d’œuvres picturales), des pratiques « mixtes » où mots et images se partagent le même espace (logogrammes et poèmes visuels) ou encore de la problématique des « écrivains-peintres », l’étude des rapports solidaires qu’entretiennent champs littéraire et artistique en Belgique depuis la moitié du XIX e siècle n’a, en revanche, que très rarement donné lieu, du point de vue des études littéraires, à des travaux sur la question des « écrits de peintres ».

Certes, il existe des travaux sur l’influence réciproque d’un moyen d’expression sur l’autre dans les créations d’artistes doubles, à la fois reconnus en tant que peintres et écrivains, comme Jean Delville, Henri Michaux ou Christian Dotremont. Mais les écrits de peintres stricto sensu (qu’il s’agisse d’écrits intimes ou de textes destinés à la publication) n’ont jamais fait l’objet d’une étude systématique quant à leur statut discursif et leur inscription dans le champ des lettres belges.

C’est donc au départ de ce constat, et à la faveur de publications traitant du sujet dans le champ français (telles que les études de J.-P. Guillerm ou d’Anne Larue sur le journal de Delacroix, les recherches de Richard Hobbs sur les conditions d’apparition du peintre-écrivain au milieu du XIXe siècle en France, ou la publication, sous la direction de Françoise Levaillant, des actes du colloque international sur les écrits d’artistes français depuis 1940 (a)), que le projet de deux journées d’étude consacrées aux « Écrits de peintres belges   » a vu le jour aux Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur. Celles-ci devraient avoir lieu les 24 et 25 mai 2007 à Namur.

Dans cette perspective, nous souhaiterions rassembler des propositions d’intervention portant, notamment, sur les questions suivantes :

•  L’examen de la position historique et institutionnelle de la figure du peintre-écrivain

•  L’analyse du mode d’inscription sociologique des « écrits de peintres » (édition, diffusion, conservation, etc.)

•  La définition du statut générique des « écrits de peintres »

•  Les spécificités formelles de l’écriture du peintre

Par ailleurs, lors de ces deux journées, le Département de Langues et Littératures françaises et romanes aura le plaisir de présenter sa base de donnéesPictoriana , outil inédit consacré aux peintres-écrivains belges.

Les propositions de contribution sont à envoyer avant le 20 novembre à Laurence Brogniez ( laurence.brogniez@fundp.ac.be ) et Charlyne Audin (charlyne.audin@fundp.ac.be )

(a) Guillerm (Jean-Pierre), Couleurs du Noir. Le Journal de Delacroix , Lille, Presses Universitaires de Lille, 1990 ; larue (Anne), Romantisme et mélancolie. LeJournal de Delacroix , Paris, Champion, 1998 ; Hobbs (Richard), « L’Apparition du peintre-écrivain », Le Champ littéraire 1860-1900 , K. Cameron et J. Kearns (éd.), Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 1996, pp. 127-137 ; Les Écrits d’artistes depuis 1940 . Textes réunis par Levaillant ( Françoise ), Actes du colloque international (Paris et Caen, 6-9 mars 2002), IMEC, 2004.

Lancement du site de la revue (première mouture)

Comment le premier site de la revue a été annoncé :

Créée en 1985, TEXTYLES est la seule revue scientifique exclusivement consacrée aux lettres belges de langue française. Animée par un comité de rédaction interuniversitaire, elle a pour objectif de stimuler les recherches consacrées à la littérature de Belgique et de faire connaître les travaux qui lui sont consacrés. Ses pages sont donc ouvertes à tous les chercheurs qui travaillent dans ce domaine. TEXTYLES s’adresse aussi bien à la communauté scientifique qu’aux professeurs et étudiants soucieux de se documenter sur les lettres et écrivains francophones de Belgique. TEXTYLES paraît deux fois par an.

Chaque numéro de TEXTYLES comporte un dossier complet, consacré à un écrivain ou à une problématique précise, faisant l’objet d’analyses serrées et croisées. S’y ajoutent des articles de varias. Tous les volumes proposent également une rubrique de compte rendu sur les dernières publications critiques, ainsi que des échos des manifestations récentes (colloques, expositions, journées d’études, etc.) dont l’objet était, en tout ou en partie, les lettres belges de langue française. Enfin, une fois par an, paraît une bibliographie courante des travaux sur la littérature francophone de Belgique.

Le site de la revue (http://www.textyles.be) vous donne toutes les informations pratiques relatives à la revue et à ses activités. Vous y trouverez également un sommaire détaillé des numéros et des articles publiés. Il est également possible de télécharger le contenu des numéros 1 à 15, ainsi que celui des deux numéros hors-série.

Url de référence :
http://www.textyles.be

Annonce : Christian Dotremont et la revue Textyles

Rendez-vous :
jeudi 16 novembre 2006
Christian Dotremont et la revue Textyles
de 18h à 19h
Rencontre avec l’oeuvre d’un des plus grands poètes belges, initiateur du mouvement d’avant-garde européen COBRA, à l’occasion du numéro spécial que lui consacre la revue TEXTYLES.

Christian Dotremont (Tervuren, 1922 — Bruxelles, 1979) fut membre du groupe surréaliste belge, cofondateur du mouvement Cobra (1948-1951) ; il fut l’un de ses principaux théoriciens et le rédacteur en chef de la revue du groupe. Marqué par un voyage en Laponie (1956), il se lança dans une recherche à la fois graphique et poétique, où le logogramme, né du pinceau sur la feuille blanche comme la trace du traîneau sur la neige, compose des empreintes à la recherche d’une forme (Logbook, 1974; Traces, 1980).
Interventions de Paul Aron (U.L.B), directeur du dossier « Dotremont » dans le prochain numéro (sous presse) de Textyles, et Nathalie Aubert (Brookes University, Oxford), auteur d’un article dans ce dossier et d’un livre sur Dotremont, à paraître.

Entendre Christian Dotremont :
http://www.dmnet.be/voix/main/fr/pgatfr/autfr31.html

Maison de la poésie, 28 rue Fumal, 5000 Namur
http://www.maisondelapoesie.be

Affiche de la rencontre en PDF

Annonce : colloque « Droit et lettres en Belgique »

Droit et lettres en Belgique
Colloque
6e rencontre interuniversitaire organisée par
Textyles
revue des lettres belges de langue française

16-17 mars 2006
FACULTÉS UNIVERSITAIRES NOTRE-DAME DE LA PAIX
Salles des Conseils (6e étage)
61 rue de Bruxelles
5000 Namur 

Depuis quelques années, des groupes de recherche à vocation interdisciplinaire proposent en Europe travaux, séminaires et colloques autour du thème « Droit et littérature ». En Belgique, c’est aux Facultés universitaires Saint-Louis que se sont organisées les recherches, sous la direction de François Ost et de Laurent Van Eynde, autour d’un questionnement sur les conditions d’ouverture et d’articulation réciproques des deux disciplines. Rencontres et publications ont créé une dynamique de recherche qui invite à poursuivre ce questionnement dans de nouvelles directions en lui proposant d’autres objets d’étude.

Dans le cadre de sa 6e journée d’études, qui prendra cette année la forme d’un colloque de deux jours aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur, Textyles propose d’aborder la question en la confrontant aux spécificités du champ littéraire belge. Plusieurs thématiques, où se croisent lettres et droit, nous semblent en effet susceptibles d’éclairer des aspects méconnus ou peu traités de notre histoire littéraire. Des phénomènes qui méritent développement et à propos desquels spécialistes de la littérature et du droit sont invités à échanger leurs points de vue et à apporter leurs lectures respectives.

COMITÉ ORGANISATEUR
Paul Aron (ULB/FNRS), Jean-Pierre Bertrand (ULG), Laurence Brogniez (FUNDP), Laurent Demoulin (ULG), Benoît Denis (ULG), Björn-Olav Dozo (ULG), Pierre Halen (Université de Metz), Denis Laoureux (ULB), Ginette Michaux (UCL), Véronique Jago-Antoine (Archives et Musée de la Littérature), Pierre Piret (UCL/FNRS), Marc Quaghebeur (Archives et Musée de la Littérature), Hubert Roland (UCL/FNRS)

COMITÉ SCIENTIFIQUE
Paul Aron (ULB/ FNRS), Laurence Brogniez (FUNDP), Jean-Marie Klinkenberg (ULG), Ginette Michaux (UCL), François Ost (FUSL), René Robaye (FUNDP), Anne Simonin (CNRS)

PROGRAMME

Jeudi 16 mars

Matinée

9h30
Présidence de séance : François Ost (FUSL)

Conférence inaugurale
Anne Simonin (Chargée de recherche, CNRS-Maison Française d’Oxford)
 » Eloge de l’éclectisme : histoire positive d’un champ impossible à constituer. Le mouvement « Droit et Littérature » aux Etats-Unis « 

Paul Aron (FNRS-ULB)
 » Formes littéraires de la littérature des juristes « 

Björn-Olav Dozo (ULG)
 » La présence des juristes dans le personnel littéraire belge (1920-1960). Faits et représentations « 

Pierre Halen (Université de Metz)
 » La sur-représentation des magistrats dans le corpus des auteurs coloniaux « 

Déjeuner

Après-midi

14h 
Présidence de séance : Pierre Piret (UCL/FNRS)

Séverine Dusollier (FUNDP)
 » Le Droit à la défense des auteurs: droit d’auteur et ouvres littéraires en Belgique « 

Emmanuelle Danblon (FNRS/ULB)
 » La rhétorique du langage juridique « 

Pause

Table ronde présidée par Léon Ingber (ULB)
Avec Christian Biet (Université de Paris X-Nanterre), Pol Heyvaert (Victoria), Karel Vanhaesebrouck (Erasmushogeschool Brussel) : autour de la pièce  » Aalst/Alost  »
Pierre Mertens (sous réserve), René Robaye (FUNDP), René Swennen, Xavier Thunis (FUNDP)

Vendredi 17 mars

Matinée

9h30
Présidence de séance : René Robaye (FUNDP)

Emmanuel Pierrat (Paris)
 » La Belgique, terre de refuge pour éditeurs et écrivains français censurés « 

Benoît Denis (ULG)
 » L’écrivain et son double. Représentations de l’homme de loi chez Camille Lemonnier « 

Lisbeth Hansen (Université de Copenhague)
 » Droit, loi et littérature dans l’ouvre romanesque de David Scheinert « 

Bibiane Fréché (ULB)
 » L’épuration des Lettres en Belgique francophone : se faire justice ou que justice soit faite ? « 

Conclusions

12h30
Banquet de clôture

Informations : laurence.brogniez@fundp.ac.be 
Inscriptions au repas-sandwich du jeudi 16 et/ou au déjeuner du vendredi 17 : michele.devos@fundp.ac.be

Affiche disponible en cliquant ici au format PDF.

Annonce : journée d’étude Textyles

19 février 2004, Archives et Musée de la Littérature – Bibliothèque Royale (Bruxelles) (journée annuelle)

4e Journée détudes des chercheurs
en littérature francophone de Belgique
Journée détudes organisée par la revue Textyles

Archives et Musée de la Littérature

Jeudi 19 février 2004
PROGRAMME
Matinée
Rencontre des jeunes chercheurs en littérature belge
10h-12h30
Birgit Krämer (Université de Marburg) : Les romans « préhistoriques » de J.-H. Rosny
Maria de Jesus Cabral (Université catholique de Viseu) : Maeterlinck et Mallarmé
Bibiane Fréché (U.L.B) : La reconstruction du champ littéraire après 1945
François Provenzano (U.L.G) : Les enquêtes littéraires en Belgique
Pause Déjeuner
12h30-14h
Après-midi
Table ronde : « La littérature belge, une littérature à succès ? »
14h-17h
Jean-Luc Outers (Promotion des lettres belges dexpression française) : Les succès littéraires en Belgique francophone
Michel Zumkir : Amélie Nothomb de 1 à 400 000
Laurent Demoulin (U.L.G) : Une salle de bain en or : Jean-Philippe Toussaint

Carmelo Virone (Le Carnet et les Instants) : Succès de limmigration
Pascal Durand (U.L.G) : De léchec
La journée aura lieu à la Bibliothèque Royale (Galerie de Nassau, salle +2), 4 boulevard de lEmpereur, 1000 Bruxelles
Participation gratuite
Infos : paron@ulb.ac.be