Appel à contributions : dossier « Simon Leys »

La revue Textyles , revue interuniversitaire des lettres belges de langue française, publiera en 2007 un dossier consacré à Simon Leys.

Après des études de droit et d’histoire de l’art à l’Université catholique de Louvain, de langue, de littérature et d’art chinois à Taiwan, Pierre Ryckmans entame, par le biais de la traduction et de recherches sur la peinture chinoise, une brillante carrière de sinologue, qui le conduit à enseigner en Australie, où il s’installe en 1970. Il devient Simon Leys au moment de publier Les Habits neufs du président Mao . Cet essai est suivi d’autres ouvrages polémiques, qui le placent sous les feux de l’actualité au début des années 80. Il poursuit sa carrière d’écrivain en diversifiant ses intérêts et en faisant preuve de talents multiples. Il traduit par exemple le classique américain de Richard Henry Dana, Deux années sur le gaillard avant et publie des essais sur Orwell, Confucius, Malraux, Simenon, Balzac, D.H. Lawrence, Gide, Hugo, Cervantès, etc., ainsi que des récits, comme La Mort de Napoléon et Les Naufragés du Batavia .

On s’aperçoit aujourd’hui que les textes de Simon Leys transcendent les circonstances dans lesquelles ils ont été écrits. Ainsi les Essais sur la Chine ont-ils été réédités et continuent-ils d’être lus, même par les générations qui n’ont pas connu le maoïsme. Un tel constat amène à considérer son entreprise comme proprement littéraire. Au-delà de sa valeur propre, son ouvre nous semble également constituer un objet de recherche intéressant de par les positions atypiques occupées par l’écrivain : au plan idéologique et politique, il évolue souvent à contre-courant et ses textes apportent par là même un éclairage singulier sur certains aspects ou « moments » du champ littéraire ; au plan esthétique, il s’illustre dans des genres relevant de ce qu’on appelle la littérature d’idées (essai et, plus récemment, recueil de citations), genres très peu reconnus en Belgique francophone ; au plan géographique, il est sans doute le plus international des écrivains belges, puisqu’il bénéficie d’une large audience tant dans le monde francophone que dans le monde anglo-saxon.

C’est sous ces différents angles que nous souhaitons aborder l’ouvre de Simon Leys, par la collection d’études portant (notamment) sur les aspects suivants :

1) les principes esthétiques : les théories explicites ou implicites de l’écriture et de ses enjeux, l’articulation des questions éthiques et esthétiques, les affinités et les influences (notamment de l’esthétique chinoise), la reprise et l’usage des genres (essai, anthologie, récit historique, conte philosophique, compte rendu critique, etc.), la question de la traduction, l’activité critique ;
2) les contextes historiques : la valeur polémique de l’ouvre (avec qui polémique-t-il, par quels canaux, selon quelles méthodes ?) ; la situation de Leys dans le champ littéraire (occupe-t-il une position d’intellectuel ?) ;
3) le rayonnement international, dont il s’agirait de prendre la mesure, notamment au travers d’une analyse des revues où publie Simon Leys (le Magazine littéraire New York Review of books .).

Les propositions de contribution sont à envoyer avant le 30 septembre 2006 à Pierre Piret : piret@rom.ucl.ac.be

Les articles (30 000 signes au maximum) sont attendus pour le 31 décembre 2006.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *