Prochaine journée d’étude de la revue Textyles: « Bruxelles, une géographie littéraire » (ULB, Maison des Arts, 25 octobre 2013)

Depuis quelques années, on peut noter une nouvelle focalisation des études sur l’inscription de la littérature dans l’espace et/ou sur la représentation des lieux dans les textes littéraires. Cet intérêt, récent dans le domaine des lettres, s’inscrit dans la continuité du « tournant spatial », qui a profondément bouleversé les sciences humaines – l’histoire au premier plan, l’histoire de l’art beaucoup plus récemment.
Dans un mouvement similaire, la géographie a, de son côté, donné une place plus importante, dans ses préoccupations, aux dimensions historique, sociale et culturelle. En témoignent les travaux de nombreux géographes qui ont mis la littérature au cœur de leur questionnement, comme Bertrand Levy (Université de Genève), par exemple, avec son projet GeoLit « Géographie urbaine et littérature : mythe, image et expérience des métropoles ».
Nous souhaiterions placer notre journée d’études à la convergence de ces deux disciplines dont les approches peuvent s’avérer complémentaires, en considérant, du point de vue géographique, la littérature comme expression d’une relation subjective, affective et symbolique à l’espace et, du point de vue littéraire, en envisageant avec une attention nouvelle les espaces où se déploie l’écriture et les espaces qui se déploient dans l’écriture.
Si Paris, Londres ou Berlin ont déjà fait l’objet de ce type d’approches, Bruxelles (comme les autres villes belges) reste un territoire qui reste encore largement à explorer, la relation des écrivains à l’espace urbain s’avérant peut-être plus problématique dans cette « petite métropole » que dans d’autres capitales.
On s’intéressera donc aux lieux bruxellois tels que représentés dans la littérature (au sens large du terme : textes fictionnels, poèmes, articles de presse, guides, lettres, etc.) dans le but de dégager une perception subjective de l’espace urbain, tout en documentant, voire en réévaluant, nos connaissances de la géographie de la ville à une époque donnée. Mais l’on travaillera également sur les pratiques urbaines des écrivains, leurs modes d’habiter et de vivre la ville. En considérant tant l’espace fictif que l’espace référentiel – et plus particulièrement le rapport mimétique qui les unit –, cette double approche, centrée sur l’écrivain dans la ville et/ou l’écriture de la ville nous permettra de mieux comprendre comment les écrivains écrivent l’espace, mais aussi comment, en retour, la perception de l’espace peut être affectée par les représentations littéraires.

Journée Textyles


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *