Compte rendu de l’ouvrage Remember. Cycle de Dachau-Zyklus (Si lourd de sang – Mit Blut durchtränkt). Poème pour l’Europe – Gedicht für Europa

Par Hubert Roland (FRS/FNRS-UCL)

Haulot (Arthur), Remember. Cycle de Dachau-Zyklus (Si lourd de sang – Mit Blut durchtränkt). Poème pour l’Europe – Gedicht für Europa, traduits en langue allemande et pourvus d’une introduction par Léo Wintgens, dans Helios & Obelit, Neue literaturhefte – Nouveaux cahiers littéraires, n°iii, 2007.

Le poète liégeois Arthur Haulot (1913-2005) est connu dans l’historiographie des lettres belges pour son action au sein du Journal des Poètes dans l’immédiat après-guerre. En particulier, il se distingua par la création des Rencontres européennes de la poésie en 1951 – pour laquelle il obtint le soutien de Paul-Henri Spaak – puis par la mise sur pied des Biennales internationales de la poésie à Knokke en septembre 1952, avec Pierre-Louis Flouquet1. Le comité organisateur des Biennales entendait, dans un esprit pacifiste hérité du mouvement Clarté et des efforts de Romain Rolland et d’Henri Barbusse à la fin de la Première Guerre mondiale, privilégier la médiation culturelle comme vecteur d’internationalisation et de construction d’une société civile européenne. Comme Clarté à l’époque, ce mouvement achoppa sur une série d’obstacles de nature politique – la question de l’engagement ou de « l’apolitisme » de la poésie ou le refus d’Haulot et du comité d’inviter des poètes d’Allemagne de l’Est2. Toutefois, l’institution se pérennisa et vit se succéder des auteurs en provenance du monde entier comme Léopold Sédar Senghor ou Octavio Paz.

La position de choix de Haulot dans le champ littéraire belge de l’après-guerre fut soutenue par son autorité de résistant et de rescapé des camps de concentration. Arrêté à Bruxelles par la Gestapo, emprisonné un temps à Saint-Gilles et à Forest, il fut déporté au camp de concentration de Mauthausen et ensuite transféré à Dachau.

La présente publication de l’écrivain et intellectuel belge germanophone Léo Wintgens est une traduction du « cycle de Dachau », ensemble de poèmes sur l’expérience concentrationnaire. Haulot les avait publiés dès 1946 sous le titre Si lourd de sang et il les réédita en 1986 sous le titre Remember, avec des gravures de l’artiste bruxelloise Godelieve Simons (reprises également dans cette publication). En concertation et amitié avec Haulot, Wintgens a conçu cette traduction et sa présentation à l’adresse de lecteurs allemands, qui paraît à présent comme numéro thématique de la revue Helios & Obelit, Neue literaturhefte – Nouveaux cahiers littéraires, accompagné d’un cd-audio bilingue. Il s’agit donc ici d’une œuvre qu’on se plaît à (re)découvrir dans une perspective de médiation culturelle qui élargit son rayonnement.

Dans l’introduction qu’il consacre à la biographie de Haulot et à la genèse de ce projet, Wintgens insiste notamment sur la volonté que Haulot afficha, dès 1978, de faire une place à la littérature belge de langue allemande dans le Journal des Poètes. Haulot et les animateurs de cette revue, dont son fondateur Pierre Bourgeois, affichèrent ainsi leur attachement à cette région particulière. Quand on connaît les conditions historiques difficiles de l’intégration de la région d’Eupen-Malmedy-(Saint-Vith) à la Belgique de l’entre-deux-guerres – elle fit suite à une décision arbitraire du Traité de Versailles et déchira de très nombreuses familles après la « réincorporation » de force dans le iiie Reich –, on réalise l’importance de cette mission culturelle, qui facilita in fine l’émergence de la Communauté Germanophone de Belgique et apaisa ainsi ce passé douloureux.

Les spécialistes des recherches sur la traduction littéraire se plairont à évaluer l’appropriation originale que fait Wintgens de certains passages des poèmes en français dans sa Übertragung « à l’adresse des lecteurs allemands », accomplie grâce à une bourse de séjour au « Collège européen des traducteurs littéraires » du Château de Seneffe. Certains écarts sont sans doute dus à des échos qui résonnent peut-être mieux dans le sillage de la tradition allemande :

Le temps n’est pas venu de rire ni de boire
il reste trop de peur au-dessus de tes champs
 
Hier ist nicht zeit zu fröhlichem spiel
Zuviel angst hängt noch über deinem land (p. 48-49)
 
Quelque part un enfant sans voix se met à rire
et le ciel s’illumine
Merles et alouettes
Les oiseaux du bonheur jaillissent de sa bouche
 
Irgendwo klingt erlöstes kinderlachen auf
und der himmel erstrahlt
Amseln und schwalben
die glücksvögel steigen auf aus unbekümmerten mündern(p. 40-41)

À moins qu’il ne s’agisse de choix délibérés du traducteur, comme l’ajout (à mon goût superflu) de unbekümmert dans ce dernier vers, ou de sa volonté systématique de ne pas appliquer la majuscule au substantif allemand, comme dans la poésie Fin de Siècle du cercle de Stefan George.

À plusieurs égards, la présente publication présente donc une valeur didactique et son exploitation dans ce sens réjouira sans aucun doute son initiateur.

  1. Voir Fréché (Bibiane), Littérature et société en Belgique francophone (1944-1960), Bruxelles, Le Cri/ciel-ulb-ulg, 2009, p. 180 et suivantes. []
  2. En revanche, une place fut faite au poète expressionniste Gottfried Benn, compromis un temps pour affinités avec le pouvoir national-socialiste. Pierre Mertens ouvre son roman sur Gottfried Benn Les Éblouissements par un chapitre sur la participation du poète allemand aux Biennales en 1952. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *